Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 12:08

Cela devient préoccupant ! Imaginez un anesthésiste qui double la dose parce qu'il ne sait pas faire la différence entre 2 et 4. Imaginez un banquier qui double les taux car il ne sait pas manier les coefficients multiplicateurs. Vous ne pourriez pas accepter cela. C'est rationnel et logique.

Prenez maintenant un candidat à la présidentielle, futur responsable de la force nucléaire et de tous les joujous de destruction, entre autres, que nous possédons.

Ce candidat, Nicolas Sarkozy, ne pourrait même pas passer un CAP d'anesthésiste ! Il ne sait pas compter. Où alors sciemment il détourne les réalités à son avantage.  

Image Hosted by ImageShack.us

Démonstration :

Nicolas Sarkozy voit double au moins quand il s'agit de compter ses adhérents. Guère plus de 150 000 il parvient à en trouver 300 000. Bien sûr tous les médias de France en parlent. C'est une information de premier ordre.

Lors de son congrès du 14 janviers il voit quadruple ! Avec 25 000 personnes, les chiffres donnés à la presse et que personne ne vérifie (ce n'est bien sûr pas le boulot des journalistes !) sont de 100 000. Dans une salle qui ne peut pas accueillir plus de 30 000 personnes c'est cocasse.

Il chiffre son programme à 30 milliard d'euros. Chiffre divisé par deux. Sans doute parce qu'il ne faut pas affoler son électorat qui se barde de vertues gestionnaires. La réalité c'est que les promesses faites couteraient au bas mot 60 000 000 000 d'euros ! (60 milliards)

Là ou cela devient plus grave c'est quand il est question du budget de la France. Parce que à la rigueur si à l'UMP ils veulent utiliser les même méthodes que les ex dictatures communistes pour bourrer le mou à la populasse, c'est leur problème.  Ecoutons un économiste nous expliquer pourquoi Sarkozy raconte n'importe quoi :

-----------------------------------

Impossible promesse fiscale

Thomas Piketty est directeur d'études à l'Ehess.

Parmi les éléments les moins crédibles du programme de Nicolas Sarkozy, la palme revient sans conteste à la promesse de réduire de 4 points de PIB (produit intérieur brut) le taux de prélèvements obligatoires. Pour tous ceux qui n'ont pas la chance rare de patauger quotidiennement dans ce type de statistiques, l'objectif peut sembler abstrait et difficile à évaluer. Après tout, avec un taux global de prélèvements obligatoires en France d'environ 44 % du PIB (sous forme d'impôts, cotisations et diverses taxes), pourquoi ne serait-il pas possible d'envisager une réduction de 4 points ? Pour aider à se faire une idée et comprendre à quel point un tel objectif n'a aucune chance de se réaliser au cours de la prochaine législature, il est utile de rappeler quelques ordres de grandeur.

Quatre points de PIB, cela représente, par exemple, davantage que toutes les recettes cumulées de l'impôt sur le revenu, de l'impôt sur les successions et de l'impôt de solidarité sur la fortune. Si Sarkozy envisage de supprimer ces trois impôts d'un geste auguste, qu'il l'annonce ! A titre de comparaison, Chirac est parvenu en 2002-2007 à réduire de moins de 20 % l'impôt sur le revenu. Surtout, cette baisse a été plus que compensée par les multiples hausses de taxes et de cotisations, si bien que le taux global de prélèvements obligatoires, stabilisé autour de 42-44 points en France depuis 1985, a en réalité progressé de près de 1,5 point entre 2002 et 2007, en particulier quand l'actuel candidat UMP était en charge de Bercy... Car, pour réduire de 4 points de PIB les prélèvements tout en réduisant les déficits, il faudrait être capable de réduire de 4 points les dépenses publiques et indiquer précisément lesquelles.

Or, 4 points de PIB, cela représente, par exemple, quatre fois le budget de l'Enseignement supérieur et de la recherche, ou bien une réduction de plus de 50 % des dépenses de santé. Comment Sarkozy compte-t-il s'y prendre pour faire de telles économies ? A ce jour, les seules économies vaguement mentionnées concernent les habituels percepteurs et supposées gabegies de Bercy, gisement considérable... inférieur à 0,1 point de PIB, et qui vu la mollesse avec laquelle notre audacieux candidat évoque le prélèvement à la source a peu de chances d'être exploité. La vérité est que, compte tenu de la hausse structurelle des dépenses de santé et de retraites (qui ne pourront être stabilisées que par une régulation patiente, novatrice et courageuse), et compte tenu des nouveaux besoins (formation, recherche...), il n'est ni possible ni souhaitable de promettre des réductions de dépense aussi massives. Quant à l'idée absurde selon laquelle la croissance permettrait mécaniquement de réduire la part de l'Etat dans le PIB, elle révèle une étonnante incompréhension des mécanismes économiques élémentaires : sauf à supposer un fort décrochage des salaires du public (perspective peu souhaitable pour un Etat qui se veut efficace), l'Etat devra toujours consommer peu ou prou la même part du PIB pour offrir les mêmes services de santé, formation, retraites, etc. Si la croissance avait pour effet magique de réduire massivement le taux de prélèvements, cela se serait vu, en France comme à l'étranger.

De fait, la meilleure façon d'apprécier l'absence totale de crédibilité de la promesse sarkozienne est de jeter un coup d'oeil aux expériences internationales. La vérité toute simple est que jamais aucun pays développé n'a abaissé de 4 points son taux de prélèvements obligatoires. Au moment où la révolution thatcherienne a produit ses effets les plus forts, de 1985 à 1995, les prélèvements n'ont baissé au total que d'à peine 2 points de PIB au Royaume-Uni (avant que Blair ne les réaugmente de 2 points, retrouvant ainsi aujourd'hui le taux d'environ 37-38 points de 1985). Nicolas Sarkozy envisage-t-il de faire des coupes deux fois plus lourdes que Margaret Thatcher dans une période de temps deux fois plus courte ? Si l'on examine les autres pays, dont on vante habituellement l'expérience modernisatrice, on constate au mieux une stabilisation des prélèvements obligatoires, en aucun cas des baisses de 4 points de PIB : la Suède a stabilisé ses prélèvements autour de 50-52 points de PIB depuis 1990, le Danemark autour de 49-50 points, etc. En France, pas davantage que dans tous les autres pays, aucun gouvernement dans un avenir prévisible ne baissera de 4 points de PIB en quelques années.

En se lançant dans de telles promesses, sans même prendre la peine d'expliquer le début du commencement de la méthode envisagée (et pour cause), Nicolas Sarkozy révèle une fois encore sa vraie nature. Loin du parler vrai et de la transition douce du gaullisme vers le libéralisme social et moderne, le candidat UMP incarne une sorte de gaullo-bushisme autoritaire et populiste. Comme Bush, qui stigmatisait ceux qui osaient dénoncer les conséquences ultra-inégalitaires de ses baisses d'impôts («fuzzy Washington math»), il affiche son mépris pour les statistiques et les analyses qui le contredisent. Comme son modèle, sa foi messianique dans son intuition intime de ce que veut le «peuple» (en vérité quelques groupes de pression croisés ici et là) le rend capable de tous les excès.

-------------------------------------------------- 

Partager cet article

Ecrit par Sarkophage avec Sarkostique contre Sarkozy - dans Les casseroles de Sarko
commenter cet article

commentaires

soso 16/02/2007 15:12

on voit une fois de plus avec "sego" l'impossibilité qu'on les sarkolatres a formuler des arguments construits ,vrais et sans une dizaine d'insultes par phrases.
ceci démontre bien l'inteligence sur developpée des fanatiques sarkosites.

soso 16/02/2007 13:07

je supose que DSKadi vote lepen pour tenir des propos pareils donc si la gauche favorise le vote le pen il devrait s'en rejouir!

Jean-Philippe 16/02/2007 09:48

DSKadi : Bah, de quoi te plains tu ? Si tu bosses réellement 20h par jour - ce qui est, à mon sens, un manque d'organisation certain pour un chef d'entreprise - cela veut bien dire que tu peux le faire, que la loi sur les 35 h ne te l'interdit pas ; donc, quel est le problème ?

Penses un peu à ceux qui ont des jobs bien plus difficile que le tiens : ouvrier sur une chaine, personnel soignant,...et qui ont vécu les 35h comme une avancée sociale.

Le but d'un gouvernement n'est pas de favoriser les moins à plaindre, mais de s'occuper des plus pauvres, et la pauvreté n'est pas un choix.

Quant à l'inaction de la gauche française, n'oublie pas que si tu peux te soigner à moindre coût, si légalement tu peux avoir cinq semaines de congés par an, c'est grace à elle...

Pour finir, malgré les avancées sociales de notre pays, nous sommes la cinquième puissance économique modiale ; pour ma part, je préfère que nous conservions ces acquis, quitte à n'être plus qu'à la sixième place...

Le but ultime c'est que chacune et chacun d'entre nous puisse vivre correctement, quelque soit son travail, sa formation, ses possibilités intellectuelles.

Quand à l'angélisme mal placé que cite "Héhé" ; si tu crois que tu pourras mieux vivre en faisant preuve d'ostracisme, je te conseille humblement de te mettre à voyager un peu, de découvrir d'autres gens, d'autres cultures et tu découvriras l'étendue de ton inculture ; depuis des siècle la france est une terre d'accueil et cela lui profite : Marrane au 16ème siècle ayant ammené avec eux la médecine arabe dans les université du sud de la France ; Italiens nous ayant apporté l'art du tissage, ayant développé les industries du tissus jusqu'au début du 20ème siècle ;...Et pourtant, il y a toujours eu des gros bof pour dire qu'il fallait les renvoyer chez eux...Rien ne change.

jergud 16/02/2007 04:34

@dskadi

chasser le naturel il revient au galop... tu t'appellerais pas gaymard par hasard non ? travailler 20h00 par jour... mdr !!! Pour un "chef d'entreprise" tu as un langage outrancier et ordurier. Si tu ne supportes que ton "champion" se fasse remuer un peu, va voir ailleurs, et s'il ne gagne pas les élections et qu'il part retrouver son pote bush tu pourras toujours partir avec lui, ça nous fera un ignard de moins en France. Si le seul moyen que tu as trouvé pour tenter de sauver du naufrage le sinistre de l'intérieur est l'insulte, je me demande comment tu arrives à gérer une entreprise ? Le personnel ça se respecte (j'oubliais, tu es de droite) et on ne gère rien avec des propos aussi malodorants que les tiens. au fait bonne nuit, il est 4h30 et je bosse déja moi. je suis à gauche, chef d'entreprise, et loin d'etre un fainéant de droite qui exploite ses employés. Quant au RMI, CMU etc, j'espère pour tes enfants qu'ils n'en auront jamais besoin... dans le cas inverse tu cracheras toujours dessus ? allez rentre chez toi, fais toi une infusion, et ravale ta bile

Alex 15/02/2007 18:51

Euh, qui te dit que je suis un "fainéant"?? Qui te dit que je veux aller au Canada pour "rien foutre"??

Mais autant pour moi, c'est vrai, c'est un peu ma faute, j'aurais plutôt dû dire le Québec, oui voilà le Québec...(faut m'excuser hein, je ne suis qu'un "gland" ...)

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy