Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2006 3 10 /05 /mai /2006 07:41

[1ère publication le 7 décembre 2005]

Nicolas Sarkozy qui veut plaire à tous et toutes, se doit de rencontrer ceux qui représentent une "communauté" ou une "classe particulière" (les enseignants, les inséminateurs, les proctologues etc ....)

Il avait comme projet de rencontrer Aimé Césaire, monstre de la poésie contemporaine, qui maîtrise le verbe comme un Karcher. Lequel a rétorqué justement qu'il ne souhaitait pas se cogner le petit Sarkozy entre quatre yeux.

Aimé Césaire justifie son choix ainsi :

"Parce que, auteur du discours sur le colonialisme, je reste fidèle à ma doctrine et anticolonialiste résolu. Et ne saurais paraître me rallier à l'esprit et à la lettre de la loi du 23 février 2005" sur la reconnaissance dans les programmes scolaires du "rôle positif de la présence française en outre-mer".

C'est vrai que Sarkozy n'est pas culotté. Il est le chef du parti qui a tout fait pour que la colonisation soit enseignée comme un fait positif à nos chères têtes blondes. Avant peut-être de parler des francs et de la pureté de leur race ou je ne sais quelles avanies du même genre.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce poète à la plume acérée et habile, sarkophage propose une lecture d'une partie de son oeuvre.

Il recommande d'ailleurs à tous les populistes qui veulent réécrire l'histoire de confronter ce poème à l'illusion qu'ils veulent enseigner.

Attention, âmes sensibles s'abstenir !

----------------------------------------------

Entre colonisateur et colonisé, il n'y a de place que pour la corvée, l'intimidation, la pression, la police, l'impôt, le vol, le viol, les cultures obligatoires, le mépris, la méfiance, la morgue, la suffisance, la muflerie, des élites décérébrées, des masses avilies.

Aucun contact humain, mais des rapports de domination et de soumission qui transforment l'homme colonisateur, en pion, en adjudant, en garde-chiourme, en chicote et l'homme indigène en instrument de production.

A mon tour de poser une équation : colonisation = chosification

J'entends la tempête. On me parle de progrès, de "réalisations", de maladies guéries, de niveaux de vie élevés au-dessus d'eux même.

Moi je parle de sociétés vidées d'elles-mêmes, de cultures piétinées, d'institutions minées, de terres confisquées, de religions assassinées, de magnificences artistiques anéanties, d'extraordinaires possibilités supprimées.

On me lance à la tête des faits, des statistiques, des kilométrages de routes, de canaux, de chemins de fer.

Moi je parle de milliers d'hommes sacrifiés au Congo-Océan. Je parle de ceux qui, à l'heure ou j'écris, sont en train de creuser à la main le port d'Abidjan. Je parle de millions d'hommes arrachés à leurs dieux, à leur terre, à leurs habitudes, à leur vie, à la vie, à leur danse, à la sagesse.

Je parle de millions d'hommes à qui m'on a inculqué savamment la peur, le complexe d'infériorité, le tremblement, l'agenouillement, le désespoir, le larbinisme.

On m'en donne plein la vue de tonnage de coton ou de cacao exporté, d'hectares d'olivier ou de vignes plantés.

Moi, je parle d'économies naturelles, d'économies harmonieuses et viables, d'économies à la mesure de l'homme indigène désorganisées, de cultures vivrières détruites, de sous-alimentation installée, de développement agricole orienté selon le seul bénéfice des métropoles, de rafles de produits, de rafles de matières premières.

On se targue d'abus supprimés.

Moi aussi, je parle d'abus, mais pour dire qu'aux anciens - très réels - on en a superposés d'autres - très détestables. On me parle de tyrans locaux mis à la raison ; mais je constate qu'en général ils font très bon ménage avec les nouveaux et que, de ceux ci aux anciens et vice-versa, il s'est établi au détriment des peuples, un circuit de bons services et de complicité.

On me parle de civilisation, je parle de prolétarisation et de mystification.

Aimé Césaire

Discours sur le colonialisme

--------------------------------------------

[Maj du 08.03.2006]

Césaire s'exprimant sur Radio Caraïbe à propos de Nicolas Sarkozy et de sa visite aux Antilles :

«C'est qui, ce jeune homme ? Pourquoi voudrait-il me rencontrer ? Je ne le connais pas.»

Commentaire de Sarkophage : il y en a qui ont de la chance ! Car certains sont proches de la nausée à force de trop voir sa tête ...

[Maj du 10.05.2006]

Cesaire rencontrant Olivier Besancenot en visite à la Martinique s'exprime sur Nicolas Sarkozy :

Comme Laurent Fabius et M. Sarkozy avant lui, M. Besancenot a rencontré Aimé Césaire lors de son passage à Fort-de-France. "Vous avez été le premier à dire stop à Sarkozy", lance-t-il, admiratif. "C'est un type dangereux", lui répond le vieux poète.

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique 

 

Partager cet article

commentaires

AnimalDan 20/04/2008 22:35

Franchement, je serais Sarko (Belzébuth m'en préserve...), je me ferais discret, au moins sur ce coup-là...
Mais lui, non.
Aucun politicard n'a de fierté, mais lui boufferait sa merde en public et à la petite cuiller si ça pouvait lui permettre de "paraître", quelque chose, quelque part.
D'ailleurs, pour remonter les stats des relations commerciales avec la Chine, il est prêt à la bouffer avec des baguettes et sans serviette.
A défaut de fierté, il ne manque pas de flanc: vient-il pas de dire de Césaire qu'"il savait recevoir les Grands (?) comme les humbles" ..?
Je ne vous ferais pas l'injure de vous demander dans quelle catégorie, à votre avis, il se place là.
Mais que le vieux Nègre lui ai fait publiquement savoir à l'époque de la campagne pestilentielle- qu'il " n'(avait) rien à lui dire..." n'empêche pas Passe-Partout de se pointer, gueule enfarinée, aux Zobs Secs... C'est vrai que si le poète ni le militant de la dignité risque encore moins de lui causer aujourd'hui, il ne risque plus -non plus- de le lui faire savoir. mais son entourage aurait pu rappeler sa position, pas celle d'allongé-tout-raide je veux dire, celle du mec toujours-debout qu'il était y a si peu encore.
"Debout", Sarko doit pas savoir trop ce que ça veut dire. "Juché", à la rigueur. Il en est, disait un autre, qui "montent comme on rampe".
Il est apparemment, aujourd'hui comme hier, des "assis-couchés-au-pied" plein les media. Pas un qui ait l'échine assez raide, aussi peu que ce soit, pour rappeler la volonté du défûnt. Pires que des morts, tous, langue pourrie dans la gueule.

http://oddly-human-animal.spaces.live.com/

Freyermuth 17/04/2008 20:58

Aimer Césaire

Il ne faut plus
attendre

pour aimer Césaire

il ne faut plus
comprendre

pour aimer Césaire


il ne faut plus




juste le lire

il est vivant



on peut
pour toujours
aimer Césaire

...

Danse
dans la savane
la mémoire

ensanglantée

Danse
dans la savane
les tourments

de Gorée

Danse
la musique de son chant

à jamais ensorcelé

qui fait de la gazelle
au pas rythmé

un lion rugissant
de la métamorphose

libérateur des consciences
neg' marrons

homme noir
étendard
de tous les hommes

....

cobra 11/05/2006 10:57

le gouvernement jospin parlons en :

1) en 1996 la charge de la dette au niveau du budget de l'état était de 242,3 milliards de francs en 2001 elle dépassait les 5400 milliards de francs !

2) de nombreuses usines francaises ont fermé (moulinex, jouef, péchiney, etc...), le tout en grande partie à cause d'une hausse du coût du travail horaire, conséquence des taxes sur les entreprises, et surtout des 35 heures la plus grande absurdité du siècle !

les conséquences :
====> augmentation du chômage, baisse des profits et augmentation de la délinquance (de par l'oisiveté)

3) montée de la délinquance principalement des mineurs qui de par l'ordonnance de 1945 se croient tout permis, découragant la police (je sais de quoi je parle de par mon expérience) !

4) des problèmes très importants n'ont pas été traités :

- réforme du système de retraite
- lutte contre l'immigration clandestine
- lutte contre la délinquance
- lutte contre l'illetrisme


Martine Aubry elle même instigatrice des 35 heures a dit que le gouvernement jospin avait un bon bilan elle aurait mieux fait de se taire !

il est venu le temps du changement, trop de social tue le social, sarkozy président !

k2c 11/05/2006 02:45

Ils sont balaises à l'ump ex-rpr leur bilan mediocre au pouvoir personne n'en parle avec toutes ces polemiques mais qu'est ce qu'ils ont apporter à la France et au français...le meilleur gouvernement en 12 ans de Chiraquie aura ete le gvt Jospin
Sarko qui a ete dans des ministeres tres influents et qui est président de l'ump majoritaire au parlement veut nous faire croire qu'il n'a rien a voir avec cette parodie...Imposteurs!

kostyks 11/05/2006 00:24

Salut John,
Apparemment, la "sarkoîne" à des effets dévastateurs ... ;o). Elle inhibe la possibilité de développer toute idée à l'zncontre de la "pensée unique" tant décriée par Sarko et tellement appliquée par ... lui !!!

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy