Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2005 7 02 /10 /octobre /2005 00:00

Il est mal le petit Nicolas Sarkozy ! Les sondages montrent que son discours commence à fatiguer. En bon camelot de foire, il se doit de le renouveller. La ménagère de moins de 50 ans pourrait en effet lui envoyer son bulletin de vote en travers de la figure.

Que s'est-il donc passé de grave pour qu'il sorte la machine à compter les voix et les soutiens ?

Sarkophage peut le révéler au monde : les gens se fatiguent de ses interventions et propositions logorhées.

Comme il déblatère uniquement avec en ligne de mire les sondages et projections des spécialistes du bourre-moi-le-mou, il est aujourd'hui fort dépourvu, car son discours de parvenu ne séduit plus (Sarkophage s'est toujours rêvé grand poête :o) De là à dire qu'il préfère Villepin ... )

Il lui faut donc changer les formules, réfléchir à un nouvel angle d'attaque pour vendre son programme produit. C'est en tout cas ce que l'on apprend en école de commerce quand on commence. Il devrait demander à son frère, très calé sur le sujet.

Le journal Le Monde rapporte les dires de Loin du ciel :

-------------------------------

 

Favori de la droite pour l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a choisi de se glisser dans la peau du challenger, laissant même entendre qu'il n'était pas écrit qu'il serait candidat : "Nul n'est propriétaire, y compris le président de l'UMP, d'un rôle ou d'une candidature à la candidature" , a-t-il lancé, jeudi 29 septembre, lors d'un meeting à Saint-Denis-de-la-Réunion.

C'est la première fois qu'il laisse entendre qu'il pourrait renoncer au but qu'il poursuit inlassablement. " Le moment venu, additionnons-nous autour de celui qui a été choisi. Voilà la martingale gagnante (...) : je ne ferai pas aux autres ce que je n'ai pas aimé..." "qu'on me fasse", a poursuivi l'assistance. Une allusion à la présidentielle de 1995, où le camp victorieux, celui de Jacques Chirac, avait durablement ostracisé les vaincus réunis autour d'Edouard Balladur, dont Nicolas Sarkozy.

Ce positionnement, purement tactique, est largement dicté par la publication d'un sondage Sofres pour Le Figaro Magazine du 1er octobre dans lequel M. Sarkozy, qui occupait depuis 2002 la première place, passe derrière M. de Villepin. 48 % des Français interrogés les 21 et 22 septembre souhaitent que le premier ministre "joue un rôle important dans les mois et les années à venir" . M. Sarkozy, avec 47 %, perd 6 points. Un avertissement pour le président de l'UMP. "Nicolas ne doit pas céder à la tentation des petites phrases. Il ne doit pas essayer d'être plus fort et plus dur" , lui conseille Manuel Aeschliman, un de ses conseillers.

Le candidat a cherché à minimiser la portée de cette enquête : "Ce n'est pas signifiant, confiait-il, jeudi à l'heure du dîner. Il faudrait une tendance lourde. Moi je sais ce que j'ai à faire. La route est longue , le meilleur sondage, c'est les audiences à la télé, les salles pleines..."

L'IMPATIENCE, LA CRISPATION...

D'autres études, plus confidentielles, ont alerté l'entourage du candidat. Elles révèlent que son image est désormais associée à "la dureté" , "l'impatience" , "la crispation" . Le message a été entendu et le changement de stratégie décrété et appliqué. "L'opinion publique veut que je ne cède sur rien, mais sans casser la vaisselle", traduit le ministre de l'intérieur.

A la Réunion, au cours de la première journée de son déplacement, M. Sarkozy s'est donc attaché à offrir l'image d'un homme apaisé et sans rancoeur. Le président de la République a reçu un hommage appuyé. "Je voudrais m'inscrire dans la tradition de Jacques Chirac, qui connaît et apprécie l'Outre-Mer , a-t-il lancé aux militants UMP ravis de la référence. Je voudrais que vous vous disiez, l'Outre-Mer, Sarko, il l'aime."

A son arrivée, il a fait l'impasse sur les phrases les plus critiques à l'égard du gouvernement, pourtant dûment écrites dans son discours, comme celle ou il devait évoquer le "scénario mortifère" d'un "pays qui se momifie et qui décline." Abordant, dans l'après-midi, la question de la laïcité et de la loi de 1905, il a tout juste concédé vouloir "l'adapter légèrement" et "amender à la marge" quelques articles.

Mercredi, pourtant, il s'est offert le plaisir de souligner le score du premier ministre polonais lors des élections législatives : 4 %.

Le Monde - 30.09.2005

--------------------------------

Ce qui est marrant dans ces révélations, c'est que Sarkozy utilise comme référence pour parler de la popularité. Avec comme indicateur "la télévision" et "les salles pleines", c'est sûr qu'il est en bonne voie pour savoir ce que les gens pensent de lui. A ce rythme on peut élire Derrick ou Columbo, président de la République ! Il a encore perdu une occasion de s'occuper vraiment de son boulot ! Car pendant son temps là le crime continue de payer !

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Partager cet article

Ecrit par Sarkophage avec Sarkostique anti sarkozy - dans Manipulations de Sarkozy
commenter cet article

commentaires

Manu 03/10/2005 00:16

test

scorpion 02/10/2005 18:09

il faudrait peut-être ajouter comme image associée à sarko celle de l'extrème droite!

Sifranc 02/10/2005 13:50

Le correcteur attend toujours ta réponse, voir le blog en question.
Amitiés, Sifranc

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy