Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juin 2006 3 21 /06 /juin /2006 12:37

[1ère publication : 29.11.2005]

Sarkophage l'a déjà maintes fois ressassé, Nicolas Sarkozy est un ami de la presse et de la liberté d'informer. Le doute est de moins en moins permis :o)

Pour preuve, cette information qui n'est pas encore officielle mais qui ne va pas tarder à le devenir, le rédacteur en chef de Paris-Match va sans doute devoir faire ses valises.

Et pourquoi donc ? Il a piqué dans la caisse ? Il a insulté le ministre ? Vous n'y êtes pas !

Il a été à l'origine du numéro resté célèbre dans les annales de Paris-Catch : Cécilia au bras de Richard Attias le ténébreux publicitaire qui a piqué la copine à Sarkozy.

Qu'il est vilain celui qui a permis cette forfaiture ! Sarkozy prouve une fois de plus qu'il a la dent dure et la mémoire loin d'être courte comme ses jambes.

Libération s'en fait l'écho dans son édition de ce matin :

----------------------------------------------

Le directeur de la rédaction en difficulté après une couverture déplaisante pour Sarkozy.

par Catherine MALLAVAL et Isabelle ROBERTS

Lundi 28 novembre 2005

«Il y a ceux que l'on vire, oui absolument, c'est la vie, je crois que c'est parfois nécessaire (...). Ça ne veut pas dire qu'on est cruel parce qu'en écartant un journaliste (...) on laisse la chance à un autre.» L'auteur de ces propos prononcés vendredi sur le plateau d'i-Télé ? Arnaud Lagardère. Au beau milieu d'une interview sur les activités en presse de son groupe, il répond à une question alambiquée de Jacques Chancel sur un éventuel «changement à Match».

Urgence. Très vite, la phrase d'Arnaud Lagardère revient aux oreilles de la rédaction de Paris Match qui la décrypte ainsi : le viré, c'est Alain Genestar, directeur général de la rédaction. La Société des journalistes (SDJ) de l'hebdomadaire décide illico d'organiser une assemblée générale prévue ce matin à 11 heures. Les reporters sont priés de rappliquer. Il y a urgence.

Mais pourquoi un tel coup de chaud alors qu'à aucun moment Lagardère n'a prononcé le nom de Genestar ? Depuis un certain jeudi 25 août, le directeur général de la rédaction est en délicatesse avec le big boss. Ce jour-là, l'hebdo fait sa une sur Cécilia Sarkozy qui «a passé l'été entre New York et Paris» avec le publicitaire Richard Attias (patron d'une filiale de Publicis). Et d'afficher une photo plein pot du couple surpris en juillet à Manhattan à consulter des plans. Un scoop ? Le nom du nouvel élu circule depuis déjà plusieurs semaines. Mais le poids des photos, c'est autre chose. Et ce numéro-là fait un carton : il s'arrache à 900 000 exemplaires, rien que ça ! Un score qui devrait satisfaire Lagardère. Pas si simple.

Face à cet étalage des amours extraconjugales de Cécilia, Nicolas enrage. D'autant plus que Lagardère est un ami. Trahison ? Selon le Canard enchaîné, ce jeudi 25 août, Lagardère attend jusqu'à 15 heures pour passer un coup de fil à Sarko. Il lui affirme alors être désolé et n'avoir pas été informé de ce choix de une. Selon des proches de Lagardère, la couverture de ce numéro de Match n'aurait pas été affichée sur les murs le soir du bouclage, contrairement à l'usage.

Conséquence : loin d'avoir les honneurs pour son «coup» journalistique, Genestar se serait fait remonter les bretelles. Pour crime de lèse-Sarkozy ? Le groupe Lagardère préfère faire circuler une autre version : si Genestar a été mis en garde, c'est par crainte d'une «pipolisation» grandissante du titre. Gare à ne pas trop jouer avec la vie privée de personnages aussi peu habitués à jongler avec les médias que le couple Sarkozy ou Albert de Monaco et sa descendance illégitime. Nettement plus politiquement correcte, cette version-là...

«Intrusion». En tout cas, depuis la fin août, selon plusieurs sources, «Genestar est prié de se tenir à carreau». Ainsi, quand il se voit proposer des photos volées de Sarkozy avec sa nouvelle compagne, l'hebdo ne tente pas le diable. Décision est prise de ne pas les publier.

«Cette intrusion du politique est inacceptable, commente un journaliste de Match. Depuis la rentrée de septembre, c'est un vrai méli-mélo. Les rumeurs d'éviction de Genestar ne cessent de courir. Cette interview à i-Télé ne fait que rajouter à l'angoisse.» Et le grand reporter Michel Peyrard, vice-président de la SDJ, de renchérir : «Cette rédaction est déstabilisée depuis trois mois. Nous voulons des éclaircissements. Savoir si Alain Genestar est concerné par ce qu'a dit Arnaud Lagardère sur i-Télé.» Alors ? Joint hier, Lagardère affirmait à Libération que ses propos ne sont qu'«un commentaire de portée générale qui ne concerne pas Alain Genestar. Il est à Paris Match jusqu'à nouvel ordre. Le reste, c'est du fantasme».

Et Alain Genestar ? Il se refusait hier à «tout commentaire.»

----------------------------------------------

Sarkophage vous aura prévenu ! Si vous voulez pouvoir continuer à lire la presse pipole avec toutes sortes d'informations futiles mais accessibles en démocratie, votez tout sauf sarkozy en 2007.

Dans le cas contraire vous aurez droit toutes les semaines à une couverture avec Sarkozy à la plage, Sarkozy en voyage, Sarkozy et sa jument, Sarkozy et son mal de ventre ... Chouette non ?

 

[Edit du 29.11.2005 à 12H30]

Genestar a démenti ces supputations et précisé qu'il ne serait sans doute pas débarqué. Cependant, il y a bien eu une grosse envie de le remercier pour ne pas vexer plus longtemps le petit Nicolas Sarkozy !

L'article de Libération ci-dessous ne laisse aucune ambiguité :

-------------------------------

«Match»: Genestar jusqu'à nouvel ordre

Hachette Filipacchi veut calmer le jeu et dément l'éviction du directeur de la rédaction.

par Catherine MALLAVAL

QUOTIDIEN : mardi 29 novembre 2005

Alain Genestar, directeur de la rédaction de Paris Match, reste à son poste. Du moins jusqu'à nouvel ordre. Non, Arnaud Lagardère, propriétaire de l'hebdo, ne le visait pas lorsqu'il dissertait vendredi sur les journalistes «que l'on vire» (Libération d'hier). Non, Nicolas Sarkozy, ami d'Arnaud, n'a pas eu la peau d'Alain Genestar, jugé coupable par le ministre de l'Intérieur d'avoir publié fin août, en couverture, une photo de Cécilia Sarkozy avec le publicitaire Richard Attias...

Tel est, en substance, le message diffusé hier à plusieurs reprises par Gérald de Roquemaurel, patron du groupe Hachette Filipacchi Médias (filiale du groupe Lagardère) auquel appartient l'hebdo. Objectif : calmer le jeu, alors que la rédaction de Paris Match avait décidé de se réunir en assemblée générale sur le cas Genestar, présumé viré depuis la parution du fameux numéro d'août ; et sans doute aussi faire retomber l'étalage médiatique des petites affaires du titre. Bref, éviter toute mauvaise pub.

«Sur le gril». Alors, sauvé, Genestar ? «Pour combien de temps, c'est toute la question, affirme un salarié. Si c'était si simple que ça, il serait venu lui-même à l'assemblée générale démentir les rumeurs.» «Il y a déjà des spéculations sur le nom de son successeur. On parle du patron de Télé 7 jours, Patrick Mahé», ajoute une autre. «C'est dur pour Alain. Il ne peut pas aller à un dîner sans qu'on lui demande s'il reste en poste», plaide un autre, qui a sa version des faits : «Arnaud, qui est vraiment proche de Sarkozy, lui en veut terriblement. Il se venge. Le met sur le gril depuis trois mois. Joue avec ses nerfs. Mais je ne suis pas sûr qu'il ait décidé de le virer. Le journal marche très bien, c'est une vache à lait. Ce ne serait pas dans l'intérêt du groupe.» La bonne version ? «Je crois plutôt qu'il attend que la pression médiatique retombe. Ça ferait quand même désordre qu'Arnaud Lagardère le vire pour faire plaisir à son ami. Et ce ne serait pas terrible non plus pour Sarkozy que ses intrusions dans les médias apparaissent au grand jour

Stratagème. Attendre que l'affaire se dégonfle : ce ne serait pas la première fois qu'Arnaud Lagardère use de ce stratagème. En 2003, il avait suffi que la presse annonce son intention de remplacer Yves Sabouret à la tête des NMPP (les Nouvelles Messageries de la presse parisienne, dont Hachette détient 49 %) pour que ledit Sabouret obtienne un sursis de quelques semaines. De la même façon, les rumeurs sur l'éviction de Jérôme Bellay, à la tête d'Europe 1, autre fleuron du groupe Lagardère, qui ont alimenté les rubriques médias, au début de cette année, ont sans doute permis à Bellay de gagner du temps. Qui n'en a pas moins été remplacé, en avril, par Jean-Pierre Elkabbach.

Alors, dans l'espoir d'en avoir le coeur net, des membres de la Société des journalistes de Paris Match doivent rencontrer aujourd'hui Gérald de Roquemaurel. Et ils ont clairement fait savoir qu'ils souhaitaient aussi s'entretenir avec Arnaud Lagardère.

---------------------------------------------

[Edit du 21 juin 2006]

La vengeance est un plat qui se mange froid, Nicolas Sarkozy pourrait être l'inventeur de cette formule. Démonstration !

Menace de grève à Paris Match

NOUVELOBS.COM | 21.06.06 | 12:17

Alors qu'Alain Genestar, directeur de la rédaction de Paris Match, est poussé vers la sortie, les journalistes se mobilisent et menacent de faire grève.

Selon nos informations, les journalistes de la rédaction de Paris Match devraient voter, mercredi 21 juin à 15h00, pour décider d'une éventuelle grève destinée à protester contre le départ, imminent, du directeur de la rédaction du magazine, Alain Genestar. Les journalistes voteraient pour décider d'arrêter le travail à partir du jour même où Alain Genestar serait "débarqué" effectivement.

Plusieurs noms circulent pour la succession. Parmi eux, Christine Ockrent, Gilles-Martin Chauffier ou Anne-Marie Corre (tous deux membres de la rédaction en chef). Néanmoins, selon la même source, ces personnes ne semblaient pas recueillir les faveurs de la majorité des journalistes.

Mardi 20 juin, la direction du groupe HFM (Hachette Filipacchi Medias/Lagardère) avait, selon un communiqué de la rédaction, demandé de quitter ses fonctions. Les journalistes ont ensuite voté à main levée pour soutenir Alain Genestar. Seuls trois d'entre eux n'ont pas apporté leur soutien au directeur de la rédaction.

Alain Genestar aurait refusé "de manière ferme et définitive" une proposition d'une autre "activité au sein du groupe" émanant de la direction générale d'HFM. Il aussi fait part "de sa décision de ne pas démissionner" du poste qu'il occupe depuis 1999. Dans ce communiqué, la rédaction s'est inquiétée de "cette mise à l'écart pour des raisons politiques". Elle s'est également dite ""déstabilisée par neuf mois de rumeurs constantes.

Les rumeurs d'une éventuelle mise à l'écart d'Alain Genestar couraient en effet depuis la "une" de Paris Match du 25 août 2005. Celle-ci montrait Cécilia Sarkozy avec un homme présenté comme son compagnon, ce qui, selon Le Canard enchaîné, aurait mécontenté Nicolas Sarkozy.

80 journalistes de Paris Match ont réaffirmé mardi leur soutien à Alain Genestar à la suite d'un vote ayant recueilli l'unanimité lors d'une réunion convoquée par le Société des journalistes.

La crise couvait depuis longtemps: déjà en novembre 2005, Alain Genestar assurait qu'il n'était pas menacé dans ses fonctions, après des propos tenus par Arnaud Lagardère, gérant commandité du groupe Lagardère.

Interrogé sur i-TELE sur un éventuel "changement à Match", Arnaud Lagardère avait répondu: "il y a ceux que l'on vire, oui, absolument ! C'est la vie... Je crois que c'est parfois nécessaire et il faut effectivement prendre un peu de recul par rapport à ces choses-là. Ca ne veut pas dire qu'on est cruel parce qu'en écartant un journaliste, on en crée un autre aussi en même temps ! Ou en tous cas, on laisse la chance à d'autres".

Nicolas Sarkozy est par ailleurs un ami proche d'Arnaud Lagardère.

--------------------------------------------

Qui a dit qu'il serait de plus en plus difficile de trouver des informations qui ne sont pas passées à la moulinette sarkozyenne dans notre beau pays ? :o)

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Sarko et les médias
commenter cet article
21 avril 2006 5 21 /04 /avril /2006 14:35

C'est un secret de polichinelle. Le petit Nicolas Sarkozy construit son succès politique sur un patient travail médiatique.

Cela évite de se creuser la tête pour trouver un programme et ainsi se faire élire sur des idées fiables.

Sarkophage s'est déjà fait l'écho de nombres signes d'accointances douteuses et nauséabondes quand on rêve d'une presse "indépendante". On peut toujours rêver !

Ainsi le petit Nicolas Sarkozy a-t-il confirmé qu'il participe au choix des journalistes qui vont couvrir son parti. C'est très démocratique ! Merci Elkabbach. Il est aussi avéré que Paris-Match ne voulant plus froisser le plus petit sinistre de l'intérieur de l'histoire, censure ses interviewés. Histoire qu'ils ne disent pas de trop grosses vérités sur le ministre de l'insécurité et de la candidature obsessionnelle.

Sarkophage a la grande joie de vous présenter, pour tous ceux qui souffrent du syndrôme de Saint Thomas, des photos montrant la proximité du ministre de la censure avec Monsieur July, patron du journal Libération.

Admirez les photos, régalez vous de la compromission de notre belle presse indépendante ! 

sarkozy_july_libération

 sarkozy_july_liberation

Merci à Bellaciao et BoB

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Sarko et les médias
commenter cet article
14 mars 2006 2 14 /03 /mars /2006 11:54

Sarkophage propose un grand moment de presse française, un instantané de passage de cirage en bonne et due forme. Un condensé de congratulations avec l'air de ne pas y toucher.

Attention nous ne sommes pas loin de l'anthologie !

Sarkophage ne colle pas tout le texte du journal c'est indigeste.

Morceaux choisis de brosse à reluire maniée avec la subtilité d'un mamouth collant un timbre poste. Sont soulignées les phrases et idées dignes d'une biographie dégoulinante de bons sentiments, ou d'un tract en faveur de Sarkozorro, au choix.

--------------------------------------------

Trente minutes plus tard, Franck Louvrier, le conseiller presse du ministre de l'intérieur, annonce que "la Sorbonne est en train d'être évacuée." Il parle "d'une décision conjointe" avec le premier ministre. Dix minutes passent. Les hôtesses et les stewards tentent de servir les repas dans les allées encombrées. Cette fois, c'est le ministre qui apparaît. Attroupement : "Cela a commencé quand on était dans l'avion", raconte-t-il avant de donner les détails de l'opération. Un collaborateur vient le chercher, il repart en tête de l'avion. Nouvelle tentative des stewards et des hôtesses, vite interrompue. Le ministre revient déjà face aux journalistes : "C'est fini, la Sorbonne est évacuée." Se rêvant à bord d'Air Force One, l'avion des présidents américains, il s'enthousiasme : "C'est formidable maintenant. On est à 10 000 mètres d'altitude et on travaille. On peut travailler de n'importe où."

Durant tout ce voyage, Nicolas Sarkozy s'est efforcé de ne jamais être pris en défaut dans l'exercice de ses fonctions. Une prise d'otages à Sablé-sur-Sarthe ? Il "suspend" sa visite le temps d'organiser une cellule de crise à la sous-préfecture de Pointe-à-Pitre. La Sorbonne occupée ? On évacue. Les leçons de l'expérience ? Peut-être. En novembre 2005, en déplacement à Nancy, il avait tardé à prendre la vraie mesure de la mort des deux adolescents de Clichy-sous-Bois, qui allait servir de détonateur à la crise des banlieues.

Ministre de l'intérieur jusqu'au bout, il sait que la fonction lui assure encore une bonne part de sa popularité. A la Sorbonne, comme en banlieue, force doit rester à la loi, son image dût-elle en souffrir. En visite à la Réunion en octobre 2005, en plein conflit de la Société nationale Corse- Méditerranée (SNCM), il avait laissé percer sa rancoeur de n'avoir pas été consulté. "J'avais une solution, avait-il grincé, mais on ne me l'a pas demandée."

Dans l'avion qui le ramène des Antilles, il se garde de fanfaronner. Avait-il là aussi une autre solution ? : "Je ne suis pas ministre des affaires sociales, ni premier ministre. Je ne me hisse pas au-dessus de ma condition."

Philippe Ridet - Le Monde du 13.03.2006

-----------------------------------------------

La question qui fâche : ce journaliste a-t-il été recruté par Sarkozy avec la méthode Elkhabach ? Sarkophage est intéressé par la réponse à cette épineuse question.

Autre possibilité : et si les nombreux (parait-il!) nouveaux adhérents de l'UMP étaient les journalistes qui cotoient le président grand chef de tout ? Cela pourrait s'expliquer. Avec son aura il saurait convaincre une souris d'aller tirer sur la queue d'un chat ...

Sarkophage le dit depuis le début : Nicolas Sarkozy est le vrai sauveur de le France, la presse n'arrêtre pas de le répéter. Cela est donc vrai !

Fermez le ban

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Sarko et les médias
commenter cet article
23 février 2006 4 23 /02 /février /2006 14:13

Le petit Nicolas Sarkozy a compris l'importance de tenir les médias pour faire passer les messages voulus le moment venu.

Sarkophage l'a dénoncé dans un billet intitulé : Sarkozy révèle qu'il controle les journalistes.

Pour ceux qui n'ont pas le courage de lire la prose de Sarkophage et du Nouvel Obs, un dessin peut leur raffraichir la mémoire ... 

sarkozy elkabbach

Merci à Le Placide

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Sarko et les médias
commenter cet article
22 février 2006 3 22 /02 /février /2006 10:57

C'est une affaire qui ne va sans doute pas faire beaucoup de bruit ... et pourtant elle est symptomatique des accointances et dysfonctionnements de nos médias. Le TCE a révélé une fracture entre les médias et nombre de français. L'affaire révélée par le Canard Enchaîné au sujet du recrutement d'une journaliste à Europe 1 montre une fois de plus que nombre de journalistes devraient prendre une carte au parti le plus en vogue ...

Résumé de l'affaire avec le Nouvel-Obs.com

-------------------------------

Les journalistes de la rédaction d'Europe-1 ont découvert que Jean-Pierre Elkabbach a demandé conseil à Nicolas Sarkozy au sujet du recrutement du journaliste politique qui sera chargé de suivre l'UMP. Le Canard enchainé fait le récit, dans son édition du mercredi 22 février, de la façon dont le ministre de l'Intérieur s'est changé en conseiller recruteur.

Selon l'hebdomadaire satirique, un journaliste qui voyageait avec quelques collègues dans l'avion de Nicolas Sarkozy, le 10 février, à destination de Chamonix, a interrogé le ministre au sujet de rumeurs qui circulaient dans la rédaction d'Europe-1.

Nicolas Sarkozy a alors confirmé que Jean-Pierre Elkabbach l'avait consulté au sujet du remplacement de Caroline Roux.

"Pas gêné le moins du monde", raconte le Canard, le ministre répond: "bien sûr. (…) J'ai été ministre de la Communication. Je suis ça de près, ça fait partie du travail politique. (…) Si vous saviez. Il n'y a pas qu'Elkabbach qui fait cela…".

"Voilà qui confirme les bonnes mœurs en vigueur entre la presse et les politiques", commente Le Canard enchainé.

"Résultat, écrit Le Canard, jeudi 16, Elkabbach doit se fendre d'une mise au point auprès des journalistes d'Europe-1. Il déboule à la conférence de rédaction de 15 heures, mal à l'aise, et reconnaît les faits. Puis il se lance dans une improbable explication, selon laquelle 'il serait normal de consulter les politiques' pour 'justement recruter des journalistes pas trop près du pouvoir'."

"C'est la démarche classique de tout chef d'entreprise pour choisir les meilleurs, les plus libres et les plus indépendants", a encore justifié Jean-Pierre Elkabbach aux journalistes du Canard enchainé. "J'ai dit à Nicolas Sarkozy: 'Est-ce que tu connais, dans la nouvelle génération qui émerge, qui sont les meilleurs?' Il m'a donné deux ou trois noms qui étaient déjà dans ma liste…" "D'ailleurs, ces noms-là ne seront pas retenus, promet Jean-Pierre Elkabbach.

Le Canard enchainé rappelle l'épisode du "clash" provoqué par la publication, à la une de Paris-Match, de la photo montrant Cécilia Sarkozy avec Richard Attias, qui explique que les médias du groupe de presse Lagardère évitent désormais de contrarier le président de l'UMP.

----------------------------------------------

Avec ce genre de presse c'est un boulevard qui s'ouvre devant celui qui a tout bati pour elle et avec elle. Des discours, des risettes devant la caméra, des promesses en veux tu en voila. Le français moyen peut continuer à prendre des vessies pour des lanternes.

La censure peut parfois être très subtile. L'apologie aussi !

Sarkozy mérite vraiment le titre de ministre de l'information

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Sarko et les médias
commenter cet article
28 janvier 2006 6 28 /01 /janvier /2006 17:41

Sarkophage recommande un site qui fait du bien à la démocratie mais par contre très nocif pour tous les petits moustachus en herbe :o) : Acrimed. L'article suivant est extrait de leur site. Sarkophiles et sarkophobes, réagissez !

-----------------------------------------------

Publié le jeudi 26 janvier 2006

Le jeudi 12 janvier 2006, le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy présentait ses voeux à la presse. L’occasion pour le service politique de l’Agence France-Presse (AFP) de dérouler un épais fil rouge au ministre d’Etat. Prémices d’une normalisation annoncée ?

Grossiste de l’information, l’Agence France-Presse occupe au sein du système médiatique français une place centrale. Financée dans une large mesure par l’Etat, l’AFP est de fait soumise à certaines « exigences » de la puissance publique. Et à un an et demi des échéances électorales de 2007, elle devient, plus que jamais, un enjeu stratégique.

Des changements politiques ?

Ainsi, l’été dernier avait vu l’éviction de Pierre Favier, chef du service politique de l’Agence [1] ». Journaliste respecté, M. Favier avait pourtant la mitterrandophilie un peu trop prononcée pour la direction de l’époque. Pas de quoi mettre l’AFP sous la coupe des bolcheviques mais suffisamment à gauche, toutefois, pour se voir écarté d’un service dont l’importance stratégique est évidente.

Quelques mois plus tard, en novembre 2005, le PDG de l’Agence, Bertrand Eveno, démissionna [2]. Son successeur, Pierre Louette affiche un profil consensuel et résolument « djeune » (cinéphilie, look à la Barthez et goût pour le rock FM...). Surtout, on le dit proche de Nicolas Sarkozy (après avoir travaillé auprès d’Edouard Balladur, alors Premier ministre), ce qui n’a pas manqué d’inquiéter un certain nombre de salariés, légitimement inquiets d’une possible « reprise en mains ».

Jeudi 12 janvier, la présentation des vœux du ministre de l’Intérieur à la presse aura fourni une première idée des changements à l’œuvre.

Une couverture excessive ?

Dans un premier temps, le discours-fleuve de M. Sarkozy a ainsi donné lieu à cinq « urgents » [3] (sur Chirac, les réformes institutionnelles, l’immigration, la délinquance, un futur déplacement outre-mer). Et la suite de la couverture allait s’inscrire dans la même veine inflationniste.

Peu après la fin des vœux, les prévisions pour cet « événement » tombent : pas moins de 13 papiers sont annoncés dans l’après-midi. De l’encadré sur les chiffres de la délinquance au papier d’angle sur la lutte contre le terrorisme en passant par l’immigration et les propositions sur l’Europe, le « politique » a du pain sur la planche... Au total, c’est pas moins de 17 papiers qui vont être envoyés aux clients de l’Agence. Un peu trop ? La question mérite d’être posée. Et si la campagne n’a pas officiellement débuté, M. Sarkozy, en voulant imprimer son propre tempo au débat politique, semble avoir trouvé avec l’Agence France-Presse un puissant relais. La mission de l’AFP est-elle de servir de caisse de résonance aux idées du ministre de l’Intérieur ? Pas vraiment si l’on en croit la loi du 10 janvier 1957, portant statut de l’Agence France-Presse et qui souligne qu’elle « ne doit, en aucune circonstance, passer sous le contrôle de droit ou de fait d’un groupement idéologique, politique ou économique »...

Pourtant, on peut craindre qu’après l’appareil de l’UMP, son trésor de guerre et ses militants, Nicolas Sarkozy se soit offert la plus grosse boîte de comm’ du pays. En 2002, TF1 (entre autres...) avait fait le jeu de la droite en bétonnant sur la question sécuritaire. A un et demi de la présidentielle, la direction de l’AFP aurait-elle choisi son camp ?

Joseph Labat
Acrimed

--------------------------------------------

 

 

Sarkostique le Sarkozy blog officiel satirique 

 


Newsletter   
   
Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Sarko et les médias
commenter cet article
11 janvier 2006 3 11 /01 /janvier /2006 22:11

Sarkophage n'aura pas le loisir de manger des petits fours rue de la boétie demain ! Contrairement à de nombreux blogueurs invités par l'UMP ou le ministère de l'intérieur, il ne sais pas très bien, pour la cérémonie des veaux. La confusion règne parfois dangeureusement.

C'est Kozlika qui vend la mèche et révèle cette info.

Au delà du fait que contrairement au ministre de l'intérieur, il y a en France des gens qui travaillent, en semaine, pour payer ses voyages et ses sauteries, le côté récupération du phénomène ne m'a pas échappé. Il ne va pas vous échapper non plus :o)

Les gourous de la communication se penchent déjà sur le berceau des candidats au remplacement de monsieur Lunette et Sonotone (vous savez l'époux de la dame qui demande une prière collective en plein milieu d'un repas à l'Elysée !).

Or, ce n'est plus un grand secret, une bonne partie de la campagne va se jouer sur le net. Beaucoup plus que ne peuvent le penser les médias traditionnels habitués au lavage de cerveau. TFN et son temps de cerveau disponible va avoir du mal à soutenir son poulain cette fois ci.

Nicolas Sarkozy ne fait sans doute pas grand chose à l'intérieur ou à l'extérieur, à part parfois empêcher la publication d'un livre ou rouler trop vite dans sa voiture de fonction, il n'en prépare pas moins activement l'élection. Le fait de séduire des blogueurs n'est pas anodin.

Avoir des relais sur internet, et surtout des relais qui ne sont pas acquis forcément ouvertement à sa cause est la meilleure chose qui puisse lui arriver. Car des millions de voix sont à gagner par celui qui saura les glaner.

Ici cela va être difficile. En 6 mois d'existence Sarkostique a peut-être écoeuré quelques milliers de personnes, et c'est le but !

Bientôt un gerbi sac fourni gracieusement par Sarkophage !

Décidémment, devenir président fait faire de gros efforts parfois à destination des manants et des soutiers de la planète net.

 

 

Sarkostique le Sarkozy blog officiel satirique 

 


Newsletter   
   

PS : Je serai Nano Sarkozy, je ferai rapidement saborder le blog non officiel Sarkozyblog, car c'est une calamité. Une abomination de la désolation ! Mais c'est un avis qui n'engage que Sarkophage

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Sarko et les médias
commenter cet article
28 décembre 2005 3 28 /12 /décembre /2005 17:29

Voila .. je vais être obligé d'en parler ! Le petit Nicolas Sarkozy, qui veut faire jeune et dans le vent, a accordé il ya quelques jours une interview d'un genre un peu particulier à un bloggeur connu : Loïc Le Meur.

Passons sur la déontologie ou son absence, sur la recherche d'audience dudit bloggeur pour revenir à l'essentiel, qui est ici un mensonge de plus, de la part d'un candidat qui semble beaucoup (trop ?) en user.

Pour ceux qui n'auraient pas lu cette interview, vous pouvez la retrouver ici :o)

Pourquoi Sarkozy a-t-il menti ? Simplement en s'attribuant le titre de premier podcasté (non pas castré !) de France, parmi les politiques. D'autres avant lui ont été ainsi interviewé, et la terre continue de tourner. (Lambert, Lipietz, Santini ..).

-------------------------

[Edit du 28.12.2005 à 20h00]

Attention ! Il faut bien comprendre ici qu'il ne s'agit pas du premier podcast à proprement parler d'un homme politique. Est-ce que le petit Nicolas voudrait parler de premier podcast vidéo ? Car sur le site de l'UMP la nuance n'est pas mentionnée. Pour l'instant, si il s'agit de podcast vidéo, il se pourrait en effet que le petit Nicolas soit le premier. Il faut donc vérifier.

Merci aux internautes qui ont apporté la nuance et permis de faire la part des choses. Affaire à suivre.

-------------------------

[Edit du 28.12.2005 à 20H10]

Sur le site de l'UMP est écrit : Site de l'UMP

"Nicolas Sarkozy podcasté

sur le blog de Loïc Le Meur

Pour la première fois, un homme politique est podcasté* sur le net. Nicolas Sarkozy répond pendant 20 minutes aux questions de Loïc Le Meur, "pape" de la blogosphère française, sur son blog http://www.loiclemeur.com/france"

A chaque internaute de faire la part des choses maintenant ! La formule est ambigue et laisse penser que le petit Nicolas a inventé l'eau chaude et le feu en même temps.

-------------------------------

Sarkophage suspecte notre sinistre de l'intérieur de chercher à séduire l'internaute, souvent jeune, et qui a la facheuse tendance à ne pas se laisser bourrer le mou aussi facilement que le téléspectateur de TFN.

Cela commence à faire beaucoup de mensonges pour un homme postulant à la succession du roi Chirac 1er. Monsieur Karcher 1er nettoyerait-il aussi la vérité ?

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Sarko et les médias
commenter cet article
23 décembre 2005 5 23 /12 /décembre /2005 12:28

Les affaires mettant en jeu Sarkozy et la liberté de la presse sont tellement nombreuses, qu'on finit par penser que Berlusconi n'est pas loin.

Il est d'ailleurs drôle d'entendre sur des médias français les pubs pour le film "Viva zapatero", qui a quelque peu indisposé Berlusconerie lui-même. C'est de la communication quasi autistique de la part de nos télés et radios.

Ici, rien de neuf sous le soleil des médias. Libération sort un peu du lot en posant des questions qui dérangent au petit Nicolas Sarkozy, trop habitué aux journaux de TFN et autres médias affidés. 

Sarko fait peur

Visitez le site de Philippe Tastet

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Sarko et les médias
commenter cet article
21 décembre 2005 3 21 /12 /décembre /2005 10:06

Le feuilleton continue ! La longue histoire du je t'aime, moi non plus se poursuit sous les yeux médusés de la France et de Jean-Marie Sarkozy. Le petit Nicolas Le Pen a en effet déjà un lourd passif avec la presse. Passif accumulé au travers de l'interdiction d'un bouquin, du coup de gueule contre Lagardère à propos de son possible cocufiage, de la manie familiale d'empêcher certains livres de paraître, de la peur qu'ont les journalistes de ce petit prétendant à la présidence de la France.

Paris-Match donc, avec Genestar son directeur, était un peu en délicatesse avec Jean-Marie Sarkozy. A tel point qu'il a même été question de le débarquer. Mais comme cela devenait un peu visible, cela a été repoussé. Or, Paris-Match s'intéresse au personnage préféré des français (non ce n'est plus l'abbé pierre !) Yannick Noah. Lequel livre ses pensées et réflexions, pour certaines sans concession.

Et que fait Paris-Match ? Il coupe une phrase sans ambiguité, qui montre que le personnage préféré des français est allergique à Nicolas Le Pen !

Cette phrase va devenir une réplique d'anthologie :

"Une chose est sûre, si Sarkozy passe, je me casse !".

Intéressant comme alternative !

Nous aurons le choix entre un clone de Jean-Marie Sarkozy, alias Nicolas Le Pen et l'homme préféré des français. C'est un La Bible rejouée au troisième millénaire, barabas ou jésus ? :o)

Elle est pas belle la presse de notre pays ?

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Sarko et les médias
commenter cet article

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy