Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2006 6 06 /05 /mai /2006 06:00

Le petit Nicolas Sarkozy n'en finit plus de collectionner les casseroles qui font du bruit. Mais il excelle dans l'art de les recycler ou de les vendre sur les marchés, façon gamelles inusables.

Son projet sur l'immigration jetable n'est qu'une pale copie d'un autre projet adulé par nombre de ses admirateurs : le salarié jetable.

Laurence Roques, est avocate au barreau de Créteil et présidente de  la commission droit des étrangers du syndicat des avocats de France. Elle a beaucoup de compliments à faire au petit Nicolas Sarkozy. Morceaux choisis ! Comme ça on ne pourra pas dire que les français n'auront pas été prévenus.

"D'abord il faut se souvenir qu'il y a deux ans et demi à peine Nicolas Sarkozy avait déjà réformé la loi sur l'immigration en réduisant considérablement le droit des étrangers. Ce changement s'est révélé inefficace et inaplicable"

"Il est possible que Nicolas Sarkozy veuille déclencher une guerre civile pour que le pays en appelle au retour à l'ordre"

"Que va-t-il se passer avec la loi Sarkozy ? Contrairement à ce qu'il espère, les clandestins vont évidemment rester, parce qu'ils ont le boulot qu'ils sont venus chercher, mais ils le feront sans aucun droit, sans aucune protection et sans espoir de voir leur situation s'améliorer. Ils seront des sous salariés, jetables et corvéables".

" Quand on suspecte les conjoints de français, c'est qu'on ne veut plus de mariages mixtes, et si on ne veut plus de mariage mixte, on ne veut donc plus de procréation mixte. C'est dire à des français : "mariez vous avec des français". Ca rappelle la prime à la naissance d'enfants français chère à Le Pen"

Et pour en savoir plus achetez Télérama ! N°2938 - pp29-30

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 10:57

Les réactions ont été un peu longues à venir. Les voilà !

Suite au discours du petit Nicolas Sarkozy invitant ceux qui n'aiment pas la France à la quitter, le parti des éléphants et des mamouths réagit.

C'est Claude Bartolone qui s'y colle et tire à vue sur le petit énervé de Beauvau.

Morceaux choisis :

----------------------------------------------

"Nicolas Sarkozy connaît personnellement un échec sur la sécurité puisque le nombre d'atteinte aux personnes n'a jamais été aussi élevé qu'aujourd'hui : du coup il nous refait, comme le Chirac de 86, le coup de l'immigration et de la xénophobie", a-t-il jugé sur RTL.

"On savait que Sarkozy rythmait avec démagogie, voilà maintenant que cela rythme avec xénophobie", a lancé le député fabiusien.

"Quand Nicolas Sarkozy se transforme en porte-parole de Villiers, de Villiers se transforme en directeur de campagne de Le Pen, la droite républicaine est de moins en moins républicaine et de plus en plus à l'extrême droite", a-t-il déploré.

"Je pense que c'est une solution toujours classique à droite lorsqu'on connaît un échec comme ils le connaissent actuellement au niveau du social", a analysé l'ancien ministre délégué à la Ville de Lionel Jospin.

---------------------------------------------

C'est tellement rare d'entendre des propos critiques et objectifs sur le petit Sarkozy que nous ne bouderons pas notre plaisir.

Des doutes sur le bilan du petit Nicolas Sarkozy ? Alors consultez le résultat de ses actions en 2005 ! Nous ne connaissons pas l'avenir mais au moins un peu plus le passé.

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
18 avril 2006 2 18 /04 /avril /2006 10:06

[1ère publication : 11.12.2005]

C'est une déclaration d'amour envers le petit Nicolas Sarkozy. Sarkophage a changé de bord, il va devenir pro-sarkozyste et soutenir le petit Sarkoleon dans sa quête suprème. Pour comprendre ce revirement il faut lire ce texte. Certes un peu long, mais tellement touchant.

Nicolas ! On t'aime ! :o)

----------------------------------------------

Toutes ces bonnes choses que Sarkozy dit pour me rassurer...

"Nous vivons dans un monde où tout le monde n’a pas les mêmes scrupules, où tous les coups peuvent être donnés et où, pour abattre quelqu’un, on utilise tous les procédés. Rien ne me détournera de la route que j’ai choisie." Nicolas Sarkozy (Le Monde, 2005)

(JPEG) J’ai trois serrures à la porte de chez moi, j’habite dans le 7ème arrondissement lyonnais, un quartier tranquille, mon apartement est au 5ème étage et il y a un code à 5 chiffres sur la porte de mon immeuble.

Malgré toutes ces précautions, j’ai quand même peur. Alors je ne sors de chez moi que lorsqu’il fait jour, je ne prends les transports en commun qu’aux heures de pointes pour être sûr de ne pas me retrouver seul, lorsque j’attend le métro, je me place dans le champs de vision des caméras, ça ma rassure de savoir qu’on veille sur moi.

Pendant le couvre feu je téléphone à ma famille pour m’assurer qu’ils vont bien, j’ai des rideaux à mes fenêtres et quand je veux voir ce qu’il se passe dehors, j’allume ma télévision, en général le soir vers 20h pour ne l’éteindre que lorsque la présentatrice météo me dit "bonne nuit".

On vit tous avec des peurs, des inquiétudes, et des cauchemars.

Parfois je me réveille dans la nuit à cause d’un mauvais rêve ; dans ce rêve je me vois chez moi, tranquillement assis dans mon canapé en train de regarder la Star Academy lorsque ma porte explose, laissant entrer une bande organisée de racailles, islamistes très probablement. et là, j’ai vraiment peur, ils veulent me voler mon portable. J’ai juste le temps de composer le "17" et Nicolas Sarkozy arrive pour me sauver ! Il nettoie mon apartement au Karcher et me délivre de ces envahisseurs.

Je peux alors me rendormir, serein.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est que c’est un conquérant, un vrai guerrier qu’on peut admirer comme Barbe Rouge, Attila ou Alexandre.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il représente un peu pour moi le prophète que j’ai toujours attendu ; quand il s’auto-proclame "révolutionnaire" (1977), quand il parle de "politique de rupture", ou encore de "changer de politique". Quand je vois le nombre de journaux et de chaines de télévision qui tiennent son discours, je me dis qu’il a forcement raison sinon il n’y aurait surement pas autant de monde d’accord avec lui.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il sait de quoi il parle. Tenez, par exemple, lorsqu’il s’exprime sur les banlieues, il en sait quelque chose puisqu’il vient des banlieues (bon, Neuilly certes...), et quand il dit des choses sur les imigrés, ça ne peut pas être raciste puisqu’il est lui même d’origine hongroise. Ses détracteurs trouveront toujours à redire des choses comme par exemple qu’en fait il est le descendant d’une famille aristocrate qui a fuit le communisme, mais qu’importe, moi je préfère faire confiance à notre ministre de l’intérieur.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il a du gout, qu’il sort toujours dans des clubs branché : TF1, Medef, etc... Et que même sa femme est distinguée lorsqu’elle le trompe avec un grand homme, Richard Attias, qui n’est rien de moins que l’organisateur du World Economic Forum de Davos.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est son coté justicier des temps modernes. Probablement inspiré par les comics américains, il fait ses preuves dès le premier épisode en combattant courageusement Humain Bomb à Neuilly, et, parce qu’on ne fait jamais mieux justice que par soi-même il envoie ses troupes du GIGN le tuer pendant son sommeil. Et ensuite lorsqu’il veut "nettoyer au Karcher la cité de 4000".

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il pense à ses amis, lorsque par exemple il négocie une place au sénat pour son camarade Charles Pasqua, alors que celui-çi avait justement besoin d’une immunité pour échapper aux ignobles juges qui lui font la chasse pour quelques erreurs de jeunesse...

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est son coté guévariste lorsqu’il se retire dans le désert, tel le Che traversant l’Amérique Latine, et pour revenir avec un livre exprimant ses réflexions révolutionnaires : "Libre !".

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il sait prendre et garder le Pouvoir, même si cela provoque quelques fois des collusions d’intérêts. Par exemple, depuis son poste de "ministre de l’intérieur, il est le supérieur hiérarchique du préfet chargé de contrôler la légalité des actes administratifs accomplis par le président du conseil général des Hauts-de-Seine... Nicolas Sarkozy" (syndicat de la magistrature), ou lorsqu’il remet ouvertement en cause la séparation des pouvoirs. Mais Nicolas Sarkozy n’a qu’une éthique : la fin justifie les moyens, et ce genre de domages collatéraux ne l’affectent pas, c’est ça aussi que j’aime chez lui.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il n’oublie jamais de dire que le "peuple français" est "généreux", "comme il l’a toujours été", que "notre peuple à d’immenses ressources"... Je sais bien qu’il ne pense pas une seconde ce qu’il dit, mais c’est pas grave, j’aime bien quand il dit tout ça, ça me redonne confiance en moi.

Ce que j’aime bien chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il est toujours à mes cotés, que quand je pense à lui, je peux allumer la télé, la radio, ouvrir le journal ou aller sur internet, partout je peux le voir quand il me manque, il est là, avec ses mots doux et son sourrire tellement rassurant.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est sa capacité d’auto-critique, par exemple lorsqu’il a dit le 19 novembre dernier : "Si j’avais un reproche à me faire, c’est que compte-tenu d’un certain nombre d’individus que nous avions face à nous et leur pedigree judiciaire, le mot racaille est sans doute un peu faible".

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il n’a pas peur des contradictions lorsqu’il s’insurge contre "la pensée unique", alors que compte tenu de sa présence médiatique, "la pensée unique" c’est plutôt lui.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est sa folie des grandeurs ! 5200 arrestations en deux semaines "d’emeutes", qui dit mieux ? Quel joueur ce petit Nicolas ! (Le Point 8 dec 2005)

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il est le seul à comprendre la "République" et qu’il est toujours prêt à se porter traducteur pour les gens ignorants comme moi. Sarkozy ne dit jamais :"Maintenant ça suffit !" mais "La République a dit < Maintenant, ça suffit ! > ". (Le Point 8 dec 2005)

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est que ses réformes ont le mérite de défendre les intérêts de sa classe. Il est administrateur ou dirigeant de plusieurs société : la SEMINE (capital de 240000 euros), EPASA et la SCI KATARPA, toutes des sociétés immobilières ou d’amménagement public basées à Neuilly.

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, c’est qu’il fait le boulot que Jean Marie Le Pen aurait voulu faire, et du coup il se félicite de faire baisser les scores du Front National (Le Point 8 dec 2005)

Ce que j’aime chez Nicolas Sarkozy, etc...

Il est vraiment très fort ce Nicolas Sarkozy, surtout quand il s’agit de faire parler de lui. Vous voyez-bien, même moi, pigiste bénévole pour un petit média alternatif, j’en suis réduit à écrire son nom toutes les 5 lignes...

A force d’en bouffer, du Sarkozy, je vais vraiment finir par faire une dangereuse indigestion !

Joseph Paris

http://www.josephparis.c.la

Rebelyon info

-----------------------------------------

 

 

Sarkostique le Sarkozy blog officiel satirique 

 


Newsletter   
   
Repost 0
14 avril 2006 5 14 /04 /avril /2006 07:10

Le petit Nicolas Sarkozy fait une jaunisse. Il vient de lire les affreusetés qu'une association de gauchistes a pondu sur sa politique et ses principes.

Il s'agit de la Ligue de Des Droits de l'Homme. Cette association tire la sonette d'alarme et sonne les cloches avant pâques. Plus ça va et plus nous ressemblons à une dictature qui ne dit pas son nom.

Démonstration qui fait mal et oblige le petit Sarkozy à monter sur ses ergots :

------------------------------------------------

NOUVELOBS.COM | 13.04.06 | 17:51

Dans son rapport 2005, la Ligue accuse le ministre de l'Intérieur de se livrer à une "dérive sécuritaire". Des "insultes", pour Nicolas Sarkozy.

Interrogé sur le rapport 2005 de la Ligue des droits de l'Homme, qui l'accuse notamment de "dérive sécuritaire", le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, a sèchement répliqué jeudi 13 avril. "Je suis mis en cause? Il (le président de la LDH) aurait mieux fait de se taire. La polémique de m'intéresse pas", a-t-il déclaré lors d'un déplacement dans le Nord.

"Ce ne sont pas des questions, ce sont des insultes", a-t-il encore répondu à une question détaillant les accusations de la LDH.

Dans son rapport, la Ligue dénonce notamment une "régression" des droits en France ainsi que des "dérives des politiques publiques".

"Dérives sécuritaires et xénophobes"

"Le changement de gouvernement intervenu en juin a aggravé les dérives sécuritaires et xénophobes qui tentent trop de dirigeants et de forces politiques dans ce pays", écrit Jean-Pierre Dubois, le président de la LDH. "En particulier le retour au ministère de l'Intérieur d'un candidat permanent à l'élection présidentielle (...) a accéléré l'application d'orientations inacceptables aussi bien sur le plan de la politique de l'immigration que dans la mise en scène de la gestion policière des quartiers populaires et des banlieues", poursuit-il.

Particulièrement révélateurs de ces "dérives": la crise dans les banlieues de novembre 2005, estime la LDH.

Ainsi, lors des violences urbaines de 2005, "des peines très lourdes" ont été infligées, alors même que 60% des prévenus n'avaient jamais été condamnés: "2.787 personnes interpellées, plus de 600 incarcérées", dénonce la LDH. Les sanctions ont concerné surtout des jeunes de 16 à 25 ans issus de l'immigration, souligne la LDH.

Etat d'urgence

Outre la "violence judiciaire", "chacun peut apprécier la violence symbolique du recours non nécessaire à l'état d'urgence, c'est-à-dire à une forme d'état d'exception qui renvoie à la guerre d'Algérie et à l'affaire d'Ouvéa", poursuit la Ligue.

Les réformes du gouvernement sont elles aussi révélatrice du "tout sécuritaire" aux yeux de la LDH, qui cite le programme Identité nationale électronique et sécurisée (INES), qui doit être présenté au Parlement en juin. Ce programme équivaut, selon la Ligue, à la "mise en place d'un outil de surveillance généralisée de toute la population et place la société française sous la mainmise de la police comme jamais auparavant".

La LDH estime que la justice contribue à cette évolution: au 1er décembre 2005, sur 59.241 personnes incarcérées en France, 21.033 étaient présumés innocentes, en détention provisoire. Le nombre de places dans les prisons est passé à 51.195 contre 49.601 en 2004, et la population des mineurs détenus à progressé de 637 à 808 personnes, explique le rapport.

"Traque" des sans-papiers

Pour la Ligue des droits de l'Homme, les premières victimes de cette politique sont les étrangers et les sans-papiers, dont "la traque a pris une ampleur et un rythme réellement sans précédent".

La LDH s'inquiète aussi de voir la précarisation gagner du terrain en France. Elle pointe en particulier un "déficit structurel de logements": plus de trois millions de sans-logis et mal-logés. Il faudrait construire environ 300.000 logements de plus par an, selon elle.

La LDH déplore enfin la "déstabilisation du système de protection sociale" et le manque de réformes adaptées pour lutter contre le chômage. Elle regrette ainsi la création du Contrat nouvelle embauche (CNE), qui remet en cause le contrat à durée indéterminée, qu'elle considère comme le "seul statut juridique réellement protecteur du salarié".

---------------------------------------------------

Et pour compléter cet inventaire de la France de demain qui fait peur, il faut lire la France d'après avec Nicolas Sarkozy

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
30 mars 2006 4 30 /03 /mars /2006 10:46

Jean-Pierre Grand, à propos du duel entre la grande saucisse et le petit ministre de tout :

"Villepin, travaille pour la France quand Sarkozy travaille pour lui-même. Quand Villepin nous reçoit c'est pour parler des dossiers en cours, ce n'est pas pour parler de lui ou de 2007"

Le Journal Du Dimanche

Faut-il rajouter quelque chose ? :o) L'explication a le mérite de la clarté et permet de comprendre les grandes manoeuvres de Sarkozy autour du CPE.

L'Elysée s'éloigne au galop et les emmerdes arrivent à pied ... pauvre petit Nicolas Sarkozy. 30 ans de rêve sont en train de partir en fumée.

Sarkophage lance un appel : il récupère tous les ouvrages et traitements contre la frustration destructrice !

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
22 mars 2006 3 22 /03 /mars /2006 07:28

Sarkophage aime le genre épistolaire, tué par le SMS et autres moyens de communication tronqués. Il ouvre donc son blog à Valério qui se fend d'une missive qui tient du missile à destination du petit Nicolas Sarkozy. Régalez-vous !

--------------------------------------------------

Cher Nicolas,

Permets-moi de te tutoyer. C’est vrai c’est si sympa quand vous vous donnez du « tu » avec Karl Zéro que j’aimerai bien avoir aussi ce bonheur. Voilà qui est fait.

Bon, si je prends ma plume, c’est pour te parler d’une broutille. Oh, trois fois rien dans ta stratégie présidentielle, un détail. Je pense que tu as du entendre parler ces jours dernier du CPE, tu sais, ce contrat qui va permettre d’embaucher un « jeune » et de pouvoir le licencier sans motif pendant deux ans.

Jusque là pas de problème pour toi. Ce général d’empire arrogant qu’est Villepin se plante tout seul sur les pieux qu’il a lui-même contribué à voir dresser, c’est plutôt marrant, et ça fait un rival de moins pour 2007. Chirac, ton vieil ennemi, à qui tu en as toujours voulu de ne pas pardonner ta trahison de 1995 avec Edouard, sourd comme un pot, isolé, qui n’a jamais rien compris à la jeunesse et qui prêche depuis l’Allemagne pour un dialogue qui ne peut plus exister dans les conditions actuelles, c’était rigolo, ça faisait penser, avec moins de classe, à De Gaulle à Baden-Baden. Tout ça n’était pas bien dangereux.

Mais la colère est montée. Sentant venir le coup, tu n’as pas été en première ligne sur cette histoire de CPE. Tu t’es montré attentif à ce que les violences soient contenues et à ce qu’il n’y ai pas trop d’images de CRS tapant des jeunes. Pas mal joué. Tu as plutôt évité le sort des Pasqua et des ?? qui garderont à jamais à des images de tabasseurs d’étudiants. Bon bien sûr, il y eu quelques coups de matraque et un peu de lacrymo, mais c’est le sport. Comble du luxe, tu as même pris la précaution de distinguer les manifestants des casseurs, évitant le couplet habituel de la droite sur « les jeunes manipulés par les gauchistes minoritaires », alors que d’autres se vautraient jusqu’à la niaiserie dans ce genre de caricatures que n’apprécient pas les français.

Et puis ton plus beau coup, c’est celui de jouer l’unité majoritaire, sans pointer le bout de ton nez. Ah, il y en a des Novelli, des Hortefeux, des Pécresse pour porter le flambeau de la solidarité avec le gouvernement. Impeccable sur le plan politique. Tu as déjà trahi Chirac en 1995, avoir encore une fois une étiquette de traître, ça fait mauvais genre pour se lancer dans une campagne présidentielle.

Alors, il y en a eu des parlementaires pour soutenir le gouvernement. Et même des ministres ! Sauf peut être ceux qui te sont le plus hostiles. Et c’était assez bien pensé parce que, youkaydi, youkaida, il faut être sacrément unis quand tous les partis, les syndicats, 68 % des Français, les trois quarts des universités, des lycées et 1,5 millions de Français sont contre ton CPE.

Voilà où je veux en venir Nico. Tu permets que je t’appelle Nico ? C’est Denisot qui t’appelle comme ça le week-end. Le petit souci, c’est que tu n’es quand même pas pour rien dans toute cette histoire.

Tu as assez voulu montré à tout le monde que la rupture c’était super, que tu tenais le groupe parlementaire UMP, une grande partie du gouvernement et que c’était toi le vrai chef de la droite française pour que l’on ne t’oublie pas aussi vite ?

Ne pense pas que, de Neuilly ou de la Place Beauveau, tu vas pouvoir observer tranquillement Chirac et Villepin s’enferrer dans l’erreur et l’impopularité. Ils sont largement capables de le faire, ils ne sont plus à une connerie près. Mais n’imagine pas une seconde que tu sortiras tranquille de tout ça. Si Villepin a fait le CPE, c’était pour te bouffer du terrain sur l’idée de la rupture avec le modèle social français vers le libéralisme. Tu es d’ailleurs d’accord sur le fond. Mais surtout, le CPE ne serait pas possible si tu n’avais pas décidé qu’il passerait. Au fond, ça t’arrange bien que d’autres tatchérisent la France, qu’ils se prennent le goudron et les plumes, tant que tu emportes la mise.

Nico, il vaut mieux ne pas prendre les Français et les jeunes pour des gogos. Ils ne veulent pas du CPE. Ils savent très bien que c’est toi qui est derrière toute cette agitation, et c’est aussi contre ta vision de la société qu’ils manifestent. Alors, attention ! Si tu ne veux pas te cramer aussi pour 2007, tu peux même transformer un retrait du CPE que tu imposerais en victoire politique pour toi et en humiliation pour Villepin. Ce n’est pas forcément mon intérêt politique de te prévenir et de te pousser à faire retirer le CPE. Mais bon. Prends plutôt ça pour un avertissement. Je dois te cacher que je ne serais ni fâché ni surpris qu’après la bérézina de Villepin, les français ne se rappellent que le CPE, c’est toi aussi et que tu ne tombes dans un Waterloo électoral comparable à ton dernier résultat lors d’une élection nationale, 13% quand tu étais tête de liste aux européennes. Une victoire à l’élection présidentielle ne s’est jamais faîte sans la jeunesse, et là, c’est plutôt mal barré.

Bon allez, Nico, je ne t’ennuie pas plus avec ces histoires de jeunes, je sais que ça ne t’intéresse pas plus que d’autres segments de la population à laquelle cibler des messages par des publicités sur google.

On se croisera peut être sur le terrain de la bataille démocratique, tu ne me reconnaîtras sans doute pas, modeste étudiant que je suis. La seule chose qui est sûre, c’est que je n’y serai pas seul.

Bise à Cécilia et à bientôt.

Visitez le blog de Valério Motta

-------------------------------------------

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
16 mars 2006 4 16 /03 /mars /2006 10:08
sarkozy et la colonisation positive discrimination positive immigration choisie

Encore un homme d'état qui remet le petit Nicolas Sarkozy à sa place. On va finir par ne plus pouvoir les compter sacrebleu.

Il s'agit de l'ancien président du Sénégal Abdou Diouf, secrétaire général de l'organisation internationale de la francophonie.

Morceaux choisis :

------------------------------------------------

Abdou Diouf n’a pas mâché ses mots pour dire ce qu’il pense de l’immigration choisie chère au ministre de l’Intérieur français Nicolas Sarkozy. Pour l’ancien président de la République du Sénégal et actuel secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie, cette immigration-là est politiquement et moralement inacceptable. De la même manière, il a marqué son désaccord avec la loi sur la colonisation positive. Pour lui, parler du rôle positif de la présence française outre-mer n'est que de la provocation.

Pour l’ancien président du Sénégal et actuel secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie, «l'immigration choisie est moralement inacceptable». Il a repris presque les mêmes propos, en répondant à une question concernant la politique d’immigration. Le projet de loi, présenté le 9 février dernier et validé en comité interministériel, est «politiquement, moralement, inacceptable», a répondu le président Abdou Diouf au journaliste du Progrès. «Je ne peux pas accepter que la France dise, unilatéralement : je choisis les immigrés diplômés de telle catégorie et, tous les autres, je n'en veux pas», a ajouté Abdou Diouf.

Le secrétaire général de l’Oif a également marqué subtilement son désaccord à propos de la loi sur la colonisation positive. La colonisation était «une entreprise de domination culturelle, politique et économique, (qu'elle était) donc entachée d'une sorte de péché originel», a-t-il affirmé. Parlant de l'expression «rôle positif de la présence française outre-mer», le successeur et disciple de Senghor, fait mardi docteur honoris causa de l'Université de Lyon III, a considéré que «c'était de la provocation, une erreur politique». «Les Sénégalais ou les Algériens qui ont subi un certain nombre d'avanies ne peuvent pas l'accepter. Dire cela au moment où les esprits sont échauffés par tant de problèmes, c'est réveiller de vieux démons», fustige Abdou Diouf.

Moustapha BARRY

Le texte complet est disponible sur le site Walfadjri

 -------------------------------------------

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
12 mars 2006 7 12 /03 /mars /2006 07:00

Il faut se frotter les yeux pour le croire ! Chirac et Monod (secrétaire général de l'Elysée dans les souvenirs de Sarkophage) ont une haute opinion du cas Sarkozy.

Nous sommes au lendemain du 29 mai 2005, il faut changer le gouvernement de Raffarien.

-----------------------------------------------

Le lundi matin, au lendemain du fiasco référendaire, Alain Juppé appelle Jacques Chirac. Il est 8 h 30. Ils ont tous deux la "gueule de bois", après cette soirée de cauchemar où le chiraquisme semble s'être délité d'un coup.

"Au point où on en est, dit Juppé au président, je crois que vous devriez appeler Sarko à Matignon. Il a le parti et un soutien parlementaire fort. Est-ce qu'il ne faut pas tenter le coup en lui demandant de s'engager à ne pas vous humilier ?"

"Vous savez comment il est. Il ne tiendra cet engagement que dix jours, et encore."

À croire qu'il y a du complot dans l'air. Jérôme Monod, l'alter ego, est aussi sur la même ligne. Convaincu qu'il n'y a que Nicolas Sarkozy qui pourra sauver les meubles, il a déjà dit au chef de l'Etat :

"La meilleure solution, c'est Sarkozy. Il faut passer un pacte avec lui. Il doit mettre les formes avec toi et, en échange, tu lui promets de ne pas te représenter et de te prononcer pour lui, le moment venu."

Chirac : "Je n'ai pas confiance. Il est fou."

Monod : "Non, il n'est pas fou. Juste maniaco-dépressif."

Le Monde - 08.032006

-------------------------------------------------

C'est rassurant de savoir que pour le chef de l'état son numéro deux au gourvernement est fou, alors que pour son conseiller le plus proche il n'est que maniaco dépressif !

Petit rappel : la France dispose de l'arme nucléaire et est l'un des principaux producteurs d'armes du monde ...

Sarkostique le sarkozy blog officiel

Repost 0
10 mars 2006 5 10 /03 /mars /2006 13:16

Ce n'est pas nouveau. Des journaliste ont déjà posé la question de l'utilisation de moyens républicains (c'est à dire appartenant à tous) par le sinistre de l'intérieur, à des fins personnelles.

Ainsi Sarkozy a t-il utilisé son ministère pour accélérer le recrutement de populistes pour son parti. Il a aussi fait un voyage à la réunion en utilisant les moyens de son ministère pour vendre son programme. C'était avant le moustique atteint du H5N1 :o) Il est courageux mais pas téméraire non plus !

Flamby Hollande dénonce ce mélange des genres ! Personne ne l'a entendu, Sarkophage profite donc de son blog pour montrer qu'il n'est ni aphone ni à l'agonie, il parle encore ! La preuve ...

François Hollande a dénoncé ce week-end sur Radio J « la confusion des genres » qui conduit selon lui Nicolas Sarkozy à « confondre le ministère de l’Intérieur et la présidence de l’UMP » et à faire campagne « avec des moyens d’État ». « Quand il se déplace, qui se déplace ? interroge le premier secrétaire du PS. Le ministre de l’Intérieur, rencontrant un de ses homologues, ou le président de l’UMP qui emmène force journalistes pour sa campagne présidentielle ? »

C'est bien de dénoncer, c'est mieux d'agir pour que cela cesse.

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
5 mars 2006 7 05 /03 /mars /2006 08:00

C'est le parti coco-muniste qui le dit ! Le petit Nicolas Sarkozy envisage de prendre en main les prochaines échéances électorales pour en tirer parti.

Chef de presque tout dans ce pays (notamment des élections par l'intermédiaire du Sinistère de l'intérieur, il ne voudrait pas se prendre une giffle au cours d'un hypothétique mandat suprème (de plus en plus hypothétique d'ailleurs !). Aussi, il sort la calculette et le pendule pour préparer un boulevard pour ses idées et son programme.

Et les coco-munistes de dénoncer, par l'intermédiaire de Dominique Grador, chargée des élections au comité exécutif, « une attitude extrêmement choquante, qui en dit long sur le mépris que Nicolas Sarkozy nourrit à l’endroit de la représentation nationale et sur sa conception de la démocratie ». « Il veut pousser jusqu’au bout la présidentialisation induite par le quinquennat et l’inversion du calendrier électoral, poursuit la responsable communiste, quitte à brouiller les enjeux et les débats propres aux élections locales et à supprimer le temps de la construction démocratique des projets. Avoir, à tous les niveaux, des élus à sa main est son unique préoccupation. »

On vous aura prévenu !

Merci à l'Humanité.Fr

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy