Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2006 2 29 /08 /août /2006 11:30

La polémique est en train de naître .. et elle va enfler !

Le chanteur Renaud (hic) Séchand (hic), va sortir un album (hic) bientôt. Avec sa chanson phare "Les bobos" il a glissé une bombe radiophonique que l'on entendra sans doute peu ou pas du tout.

Cette chanson intitulée "Elle est Facho" taille le petit Sarkozy en pièces, façon puzzle. Nono le bigorneau est classé au rang des gens peu fréquentables et qui sentent moyennement bons.

Il faut se souvenir d'un certain nombre de petites manoeuvres qui, il est vrai, laissent subodorer un petit penchant pour la récupération politique de l'électorat d'extrême droite. Avec une pince à linge sur le nez ?

Souvenez vous :

Sarkozy veut aider les français à reconnaître les bons étrangers  -  Sarkozy dans les pas de son pair  -  Sarkozy applique le programme de Le Pen : les preuves

En attendant la chanson dans son intégralité et le débat qui va sûrement soulever des arguments de fond (le contraire serait étonnant non ? :o) ), voici quelques paroles bien pesées pour le petit Nicolas Sarkozy, qui à force vouloir ratisser large et au Karcher, va finir brocouille.

"La jeune femme est fière de sa crinière blonde . "Aryenne jusqu'au fond des yeux, ça détonne dans sa banlieue" dit l'artiste qui déroule ensuite tous les clichés de l'extreme droite incarnée par sa victime. "Elle conchie les politiques, les jeunes qui vont à vau-l'eau. Et les moeurs pas très catholiques et les pédés et les bicots". Elle "rêve d'un ordre nouveau", "regrette le temps des colonies, d'la peine de mort légalisée, de l'avortement interdit et maudit les jeunes filles voilées".On l'imagine alors soutenir sans état d'âme le Front national. Or, "la facho" de Renaud..."vote Sarko".

Renaud a expliqué lors de l'enregistrement, au quotidien, qu'au départ, il n'avait pas écrit cette chute. Mais il a ajouté ça pour "le petit caporal de Neuilly, avec ses idées de haine et d'exclusion et ses provocs imbéciles"...

Pour en savoir plus : Agoravox


Newsletter   

Bouton ca vous a plu du blog sarkostique le sarkozy blog satirique  Bouton reagir du blog sarkostique le sarkozy blog satirique  Bouton best off du blog sarkostique le sarkozy blog satirique

Repost 0
Ecrit par Le blog Sarkostique contre sarkozy sarkosi sarkosy sarkozi - dans Ce qu'ils pensent de Sarko
commenter cet article
2 juillet 2006 7 02 /07 /juillet /2006 10:43

Le petit Nicolas Sarkozy nous construit une France de la rupture. Un "machin" sans queue ni tête, mais avec de grosses tentacules. Cela s'appelle "En route pour Sarkoland"

Il faut assembler le puzzle qu'il est en train de constituer pour se rendre compte de ses objectifs qui sentent mauvais.

Pour s'en rendre compte, lisez l'article ci-dessous (il n'est pas complet, la version complète se trouve derrière le lien ci-dessous)

Un jour il sera trop tard ! Il faudrait s'en rendre compte avant ...

-------------------------------------------

Bienvenue en Sarkoland !, par Gilles Sainati

Analyse du projet de loi de prévention de la délinquance

Après avoir fait circuler une version en date du 5 avril 2006, le projet définitif a été présenté en Conseil des Ministres le 28 juin 2006. Ce texte par certains côtés est légèrement en retrait de sa dernière version. Il sera discuté lors de la session du parlement en septembre 2006, et peut, à ce moment, changer encore notablement.

Les principes liminaires d’une démarche populiste

De nombreux textes ont été votés depuis ces dix dernières années en matière de procédure pénale, de peines, d’ordre public (voir la chronologie de ces lois sur LMSI). Citons : la loi sur la sécurité quotidienne, la loi sur la sécurité intérieure, les lois Perben I & II, la loi sur la récidive, la loi sur l’égalité des chances (Sur cette dernière loi, voir La "nouvelle société" est en marche).

Ces textes (sauf peut être le dernier cité) instauraient un Etat sécuritaire. Les conséquences en furent à la fois une augmentation considérable des incarcérations, et aussi une extension (sans fin) du champ pénal, dont la plupart des professionnels s’accordent à dire :

- que cette politique a tari les subventions pour le secteur social et du soin en milieu ouvert pour le remplacer par du répressif qui n’offre aucune solution en termes d’insertion professionnelle, sociale, de suivi psychologique....

- qu’en augmentant le chiffre statistique des actes de délinquance, on peut jouer encore plus facilement sur les peurs, le sentiment d’insécurité alors que la réalité est en fait stable, et dans la pratique, le choix de la qualification pénale des faits constatés est du ressort de la police nationale, et de la gendarmerie, donc du ministre de la sécurité

Ces principes de base de cette politique populiste permet, dès qu’une éventualité se manifeste, d’effectuer un nouveau tour de vis jusqu’à tourner le dos aux principes et bases de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Pour ce faire, on prépare une loi complexe et longue, et, après la divulgation de plusieurs projets que l’on retire partiellement... on travaille en coulisse pour qu’un aimable parlementaire les reprenne à son compte.

Le nouveau projet Sarkozy intitulé prévention de la délinquance est de cette veine, car il modifie durablement la structure administrative du pays, et la répartition institutionnelle et territoriale des pouvoirs et jette les bases d’un contrôle et d’une suspicion généralisée.

Nous allons reprendre l’analyse des mesures prévues dans ce texte de manière chronologique, c’est-à-dire au fur et à mesure qu’elles apparaissent dans ce texte de 38 pages, et noter aussi ce qui change par rapport à la version d’avril 2006.

[...]

En conclusion : En attendant le Chef charismatique

Il s’agit bien de seuils, de bornes pénales qui sont dépassées. Même si le projet définitif est légèrement en retrait, se mettent en place les structures d’un nouvel Etat qui, au regard de celui qui existait il y a seulement 5 ans en France, peut être qualifié de totalitaire en ce que :

- Il remplace l’accompagnement social par un contrôle tous azimuts des personnes suspectées de déviance,

- Place au rang de l’élite de la nation une police d’ordre public qui embrigade la jeunesse pour la former... à quoi ?

- Transforme la mission éducative en procédés de redressement, notion moderne des camps de ce type

- instaure la peur comme mode de relations entre les citoyens au profit un Etat décentralisé en féodalités liées entre elles... par la révérence à un Leader.

Ce projet sera très probablement amendé par d’honorables parlementaires, qui pourront puiser dans les versions précédentes. Les débats seront instructifs à suivre, juste avant la campagne présidentielle.... Le Leader charismatique et choyé des médias pourra y exercer à hautes doses son populisme de la peur.

Gilles Sainati est magistrat et membre du Syndicat de la magistrature

Le texte intégral de Bienvenue en Sarkoland

------------------------------------------

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Bouton ca vous a plu du blog sarkostique le sarkozy blog satirique  Bouton reagir du blog sarkostique le sarkozy blog satirique  Bouton best off du blog sarkostique le sarkozy blog satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Ce qu'ils pensent de Sarko
commenter cet article
27 juin 2006 2 27 /06 /juin /2006 07:25

Little Sarkozy n'en fini plus d'empiéter sur les plates bandes de ses amis ministres. Notre petit ministre de tout est totalement occupé à montrer sa bobine devant les caméras (et à faire des risettes, le plus important). Pour ce faire il faut bien un motif. Alors il s'improvise, en fonction des occasions, ministre des travaux publics, des trottoirs, du choux fleur ou du beaujolais nouveau.

Le problème survient quand l'envie lui prend de toucher à certains secteurs révervés. On ne rigole pas avec les monopoles.

Dernièrement il s'est fendu d'une saillie comme il en a le secret. Il a démolli, au lance roquette, ceux qui ne sont pas assez zélés dans leur travail. Cela change chaque semaine : les fonctionnaires, les profs, les juges, les éducateurs, les proctologues ...

La réponse est à la mesure de l'agression : brutale !

--------------------------------------------

Les magistrats accusent Nicolas Sarkozy de violer la séparation des pouvoirs


PARIS, 26 juin 2006 (AFP) - Les deux principaux syndicats de magistrats ont accusé lundi Nicolas Sarkozy «d'atteinte à l'indépendance de la justice», du fait des accusations de laxisme qu'il a lancées à l'encontre du Tribunal pour enfants de Bobigny.

Les syndicats en ont aussi appelé au président de la République, au Garde des Sceaux et au Conseil supérieur de la magistrature (CSM) pour faire respecter la séparation des pouvoirs.

«Au nom de vos intérêts électoralistes, vous prenez le risque et la responsabilité de ruiner la confiance des citoyens à l'égard des institutions de la République», lance le Syndicat de la Magistrature (SM, gauche) dans une lettre ouverte au ministre de l'Intérieur.

«Dans aucun pays d'Europe, un ministre de l'Intérieur, membre de l'exécutif, ne critique aussi ouvertement et systématiquement les décisions judiciaires», s'indigne de son côté, dans un communiqué, l'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), qui dénonce les «attaques ciblées» de Nicolas Sarkozy contre Bobigny, basées sur des «chiffres faux».

Comme le SM au début du mois, l'USM a saisi le CSM pour qu'il «rappelle le ministre de l'Intérieur au respect de la séparation des pouvoirs».

Le SM, qui en appelle aussi au président Jacques Chirac et au ministre de la Justice Pascal Clément, en leur demandant un entretien, reproche au ministre de l'Intérieur d'avoir envoyé un courrier au président du Tribunal pour enfants de Bobigny pour lui reprocher le laxisme de sa juridiction lors des troubles anti-CPE (contrat première embauche).

Cette lettre de M. Sarkozy, datée du 19 juin, est un «procédé inadmissible», estime le SM, qui l'accuse aussi de se «fonder sur des éléments de faits inexacts».

Sur les manifestations anti-CPE, «vous cherchez par tous les moyens à accréditer l'idée que des noyaux de délinquants multirécidivistes ont orchestré ces événements. Or les renseignements généraux, vos propres services, ont infirmé cette analyse en montrant qu'une forte proportion des jeunes impliqués n'avaient pas de passé judiciaire et étaient plutôt bien intégrés socialement...», accuse le SM.

Le syndicat rend publique la lettre envoyée par Nicolas Sarkozy à Jean-Pierre Rosenczveig, président du plus gros tribunal pour mineurs de France, dans laquelle il détaille de nombreux exemples illustrant, selon lui, le laxisme de Bobigny.

Le SM les reprend point par point pour contredire le ministre sur la véracité des faits.

«Vous prétendez que dans l'affaire de la personne (NDLR: une femme handicapée) gravement brûlée dans le bus incendié de Sevran, les trois mineurs mis en cause ont été laissés en liberté. C'est faux. Ils sont placés en détention provisoire depuis plusieurs mois», écrit par exemple le syndicat.

«Vous feignez d'ignorer qu'aujourd'hui la réponse pénale à l'encontre des mineurs est souvent plus sévère qu'à l'encontre des majeurs. Alors que 75% des affaires susceptibles de l'être sont poursuivies lorsqu'elles concernent des majeurs, ce taux atteint 85% pour les mineurs», souligne encore le SM.

------------------------------------------

Française, Français, si vous voulez faire des économies en 2007, votez Nicolas Sarkozy ! Il saura endosser tous les rôles de la république et vous pourrez ainsi faire l'économie de la démocratie. Au prix ou elle coute aujourd'hui, il ne faut pas hésiter !

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique le blog anti sarkozy - dans Ce qu'ils pensent de Sarko
commenter cet article
16 juin 2006 5 16 /06 /juin /2006 06:50

Le petit Nicolas Sarkozy a de plus en plus de mal à se cacher derrière l'écran de fumée qu'il a savamment mis en place depuis quelques années. Son incompétence criante est de plus en plus visible. Il suffit d'ouvrir les yeux, d'éteindre TFN, et de se remettre au vélo.

Voici une analyse qui ne laisse aucun doute sur Sarkozy Le Zorro de la Tolérance Zero :

-------------------------------

Il n'aurait pas roulé des mécaniques, il n'aurait pas annoncé, répété, ressassé qu'avec lui on allait voir ce qu'on allait voir. Il n'aurait pas joué de la matraque et du Flashball. Il n'aurait pas promis qu'attention, il allait nettoyer tout ça au Karcher. Alors on aurait accueilli avec équanimité le bilan des quatre années de Sarko comme premier flic de France. Un ministre de l'intérieur pareil aux précédents, légèrement plus à droite qu'un Chevènement ou un Vaillant, qui pousse un peu plus que les autres ses troupes à faire du chiffre, et vante ses bons résultats tout en disant qu'il y a encore fort à faire : rien que du classique.

Mais là, l'homme qui promet la tolérance zéro a beau multiplier les chiffres rassurants, voyez comme j'ai bien bossé, en un an le nombre de crimes et délits a baissé de 8,8% (mais il en reste quand même 3,7 millions !), applaudissez ma police, elle élucide 9% d'affaires en plus que l'an dernier (mais le taux d'élucidation n'est guère que de 33%, ce qui signifie que deux affaires sur trois ne sont jamais résolues), félicitez moi, je mets beaucoup plus de gens en prison qu'auparavant, 22,9% en plus, c'est magnifique, oui, il a beau fanfaronner et passer sous silence les trois semaines d'émeutes de novembre dernier, les pires que la France ait connues depuis des lustres, il y a quand même un résultat qu'il n'a pas pu glisser sous le tapis : en cette dernière année de Sarkozysme effréné, les atteintes aux personnes ont grimpé de 8%. C'est à dire, grosso modo, autant que chacunes des dix années précédentes : entre 1996 et 2005, en effet, ces atteintes ont augmenté de 80%.

Du coup on n'en revient pas. Quoi ? Toute cette agitation sarkozyenne pour si peu ? Jamais on n'a vu un ministre de l'intérieur en faire autant, arpenter ainsi "le terrain", sauter d'un commissariat à un "quartier prioritaire", sermonner les magistrats, menacer la racaille de ses foudres, répéter sur toutes les chaines télé, "Je ne tolérerai pas", "Je ne trouve pas admissible", "Je m'engage à" et les yeux dans les yeux des caméras promettre que ca va changer, ça va s'améliorer radicalement, croyez moi, car moi, "Jai l'habitude de faire ce que je dis et de dire ce que je fais".

Tout ça pour ça ... Quatre années comme premier flic de France et un résultat aussi, disons, mitigé. D'où cette impression bizarre : et si sa rupture c'était de la confiture ? Ce sarko ne serait-il pas, au fond, l'héritier d'un type très doué lui aussi pour brasser du vent ?

Le Canard Enchaîné - 14.06.2006

---------------------------------------

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Ce qu'ils pensent de Sarko
commenter cet article
12 juin 2006 1 12 /06 /juin /2006 13:26

Le petit Nicolas Sarkozy n'en fini plus de choquer en disant tout et n'importe quoi.

Lisons ce que pense un écrivain qui analyse la bêtise de notre sinistre de l'intérieur. Cela fait mouche une fois de plus. Et aucun Sarkolatre pour défendre son petit favori, trop petit pour enfiler le costume qui le fascine ..

----------------------------------------------

La langue de Nicolas Sarkozy

par Martin Winckler

Pour Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur de la France républicaine, il est concevable de régulariser les papiers des immigrants en situation irrégulière à condition que leurs enfants soient 1° scolarisés, 2° nés en France et 3° ne parlent pas la langue de leur pays d’origine (dans un autre organe de presse j’ai lu « n’aient aucun lien avec leur pays d’origine »).

1° Nés en France, cela va sans dire. Même si, contrairement à ce que je pensais jusqu’à aujourdhui, en droit, une personne née en France est française si, et seulement si, un de ses parents est lui-même français... Les enfants nés en France qui y résident depuis plus de 5 ans peuvent demander la nationalité française... à partir de l’âge de 16 ans. Ca donne le temps de les reconduire à la frontière.

2° Scolarisés, est-ce qu’il faut vraiment le préciser ? L’école rHHHHépublicaine est là pour accueillir tout le monde (sauf les filles voilées, bien entendu). L’instruction est gratuite, laïque et obligatoire. Notez bien que s’ils sont seulement scolarisés (mais pas nés en France), ça ne vaut pas : voici ce qui vient de se passer au Mans, la ville d’où j’écris....

Des policiers français viennent chercher deux enfants kurdes à la maternelle

LE MANS (France), 6 juin 2006 (AMI) - Des policiers français sont venus chercher mardi dans une école maternelle du Mans (ouest) deux petits frères kurdes dont la mère était en cours de reconduite à la frontière après le dépôt d’une demande d’asile politique, a-t-on appris auprès des enseignants.

Accompagnés d’une traductrice, les deux policiers en civil se sont présentés à l’école maternelle Julien Pesche afin d’emmener les deux enfants, âgés de 3 ans et demi et 6 ans, pour rejoindre leur mère qui avait été conduite auparavant au commissariat en vue d’une reconduite à la frontière.

Le directeur de l’établissement a remis les enfants aux policiers après avoir obtenu le feu vert de sa hiérarchie. Les enfants étaient scolarisés dans cette école depuis mars dernier. "Les deux petits commençaient à s’intégrer (...) Ca nous a choqué. Venir dans une école, ça ne se fait pas", a témoigné une enseignante.

Selon la préfecture du département de la Sarthe, la mère aurait déposé des demandes d’asile politique dans plusieurs pays, dont la France. Elle devrait être renvoyée vers la Norvège, pays où elle aurait déposé sa première demande d’asile. Elle aurait quitté la Norvège sans attendre la fin de l’instruction de son dossier, a-t-on précisé de même source.

Cette opération est intervenue alors que le ministère de l’Intérieur annonçait mardi son intention de faire un geste et de régulariser des enfants sans-papiers scolarisés, ainsi que leurs familles, à condition que ces enfants soient nés en France et ne parlent pas la langue du pays d’origine de leurs parents.

Selon les premiers chiffres du ministère, ces mesures concerneraient 720 familles, soit près de 2.500 personnes. Selon le collectif Uni(e)s contre une immigration jetable, au moins 10.000 jeunes scolarisés et leurs familles sont actuellement expulsables en fonction des dispositions légales.

Des parents, des professeurs, des associations se sont mobilisés dans plusieurs villes pour empêcher des expulsions d’enfants clandestins. (A.M.I)

Certes, la mère a déjà fait une demande d’asile politique en Norvège et, d’après les accords européens, c’est le premier pays sollicité qui doit traiter la demande. Mais était-il nécessaire d’aller faire chercher les enfants à l’école en milieu de journée par des policiers ? Etait-il inconcevable que la mère elle-même (accompagnée, au besoin, par une policière en civil, si on avait peur qu’elle s’éclipse) aille les chercher à la sortie de l’école ? Etait-il inconcevable que la situation soit expliquée aux enseignants et aux autres enfants - au lieu d’agir selon une procédure qui rappelle furieusement l’Occupation et la Collaboration ?

À mes yeux de citoyen, ces enfants kurdes ont subi la même violence que les enfants juifs complaisamment raflés pendant la seconde guerre mondiale. Soixante ans après Vichy, les forces de l’ordre, au lieu d’être les garants des libertés, sont encore et toujours l’instrument d’un gouvernement qui ne s’embarrasse pas de respect de l’individu.

3° La langue du pays d’origine - c’est sur ce point que la « pensée » de Nicolas Sarkozy est la plus claire. Faire de la méconnaissance de la langue du pays d’origine (ou l’ « absence de tout lien avec le pays d’origine ») par les enfants nés en France une condition à la régularisation des familles ce n’est pas seulement monstrueux, c’est aussi d’une grande perversité.

Car tout enfant d’immigrant entend ses parents parler leur langue d’origine, la comprend, et la parle lui aussi. Même s’il apprend à l’école la langue du pays d’accueil. Il ne peut pas en être autrement à moins d’interdire aux parents de parler leur langue maternelle devant leurs enfants, et de ne s’adresser à eux que dans une langue d’accueil qu’ils maîtrisent le plus souvent très mal.

Et ce serait d’autant plus stupide de le faire que les enfants sont souvent en eux-mêmes le principal vecteur d’intégration des parents : parlant les deux langues ils deviennent les interprètes de leurs parents.

Moi qui en 1962 ai émigré avec mes parents en Israël, pays dont je ne connaissais pas la langue, j’en sais quelque chose : au bout de quelques mois, mon frère et moi, qui avions respectivement 7 et 6 ans, parlions mieux l’hébreu que nos parents. Et s’il avait fallu que nous cessions de parler le français ?

Question : si un citoyen venu d’un pays anglophone demandait l’asile politique en France en raison de persécutions exercées sur lui par le gouvernement Bush, préciserait-on comme condition que ses enfants ne parlent jamais l’anglais ? Leur interdirait-on de prendre l’anglais comme première langue dans un collège ou un lycée républicain ? Et si un enfant de réfugié chinois né en France décide d’étudier le Chinois au lycée, va-t-on l’empêcher de le faire ? Jusqu’à quel âge ces enfants seront-ils privés de tout contact avec leur pays ou leur culture d’origine ? Et dans la mesure où leur premier lien avec cette culture, cette langue, ce pays est représenté par leurs parents, Monsieur Sarkozy veut-il dire que les enfants pourraient être gardés en France, mais que pour bien faire, les parents en seraient, eux, expulsés ?

Interdire à quelqu’un de parler sa langue ou la langue de ses parents, c’est cruel et c’est barbare. Faire de l’ignorance (ou du mensonge) une condition d’intégration, c’est pervers et monstrueux. Et, en pratique, ce n’est pas seulement monstrueux, barbare et pervers. C’est aussi très, très con.

Il est impossible qu’un enfant ignore ses origines culturelles - la langue d’origine en est non seulement le cœur mais aussi le vecteur. Et on peut se demander si Nicolas Sarkozy, qui n’hésite jamais à rappeler qu’il est lui-même issu d’une famille d’immigrés, ignore tout de la langue de ses ancêtres.

En tout cas, le langage politique du ministre de l’Intérieur n’a rien de maternel. Ce n’est pas un langage d’ailleurs. Un langage, c’est un outil de communication, d’échange, de partage, d’intelligence.

Quatre mots totalement... étrangers à Nicolas Sarkozy.

Martin Winckler

----------------------------------------

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Ce qu'ils pensent de Sarko
commenter cet article
8 juin 2006 4 08 /06 /juin /2006 08:37

Le petit Nicolas Sarkozy est revenu la queue entre les jambes d'Afrique. Ses idées ont fait là bas un malheur. Il a même réussit à faire comprendre qu'il faut parler aux africains comme à n'importe quel humain !

Les médias Français se sont fait (un peu) l'écho de son bide retentissant. Cela dit, il ne fallait pas non plus trop montrer qu'il est grillé comme une chipolata oubliée sur le barbecue.

Alpha Blondy, célèbre musicien Africain, rappelle à notre mémoire les grosses casserolles trimballées par l'intermittent de tout et de rien. Morceaux choisis :

------------------------------------------

Côte d'Ivoire: Alpha Blondy : "La loi de Sarkozy a un goût de mépris"

Publié sur le web le 7 Juin 2006

Entretien réalisé par Momo Louis, correspondant permanent à Paris

En tournée en France, Alpha Blondy accuse le ministre français de l'Intérieur et s'exprime sur le processus de paix.

Alpha Blondy, la presse française fait actuellement état d'une "querelle" entre vous et le ministre français de l'Intérieur, M. Nicolas Sarkozy

En tout cas, il s'agit de tout sauf de querelle ! Il n'y a pas de querelle entre M. Sarkozy et moi ! Je n'ai seulement pas aimé l'expression "immigration choisie". J'ai dit que dans nos esprits d'Africains, descendants d'esclaves et descendants de tirailleurs, cette expression était insultante. J'ai dit aussi que cela renvoyait au temps de l'esclavage où les négriers comptaient les dents de leurs sujets, en évaluaient la musculature et soupesaient leurs testicules. Avant l'embarquement. Sans oublier que les plus faibles étaient jetés à la mer ! Bref, j'ai trouvé le concept d'immigration choisie insultant. Si M. Sarkozy veut être présidentiable, il faudrait qu'il apprenne à modérer ses épithètes par rapport à la Francophonie. Il faut qu'il ait la décence de partager le butin sur lequel la France a fait main basse dans les pays francophones. Si nous sommes pauvres aujourd'hui, c'est parce que nous avons été pillés par la France.

Au lieu de traiter le problème en aval, il ferait mieux de le traiter en amont. Je voudrais qu'il me dise où sont les plantations de café, de cacao et de coton de la France; où sont les mines d'or, de diamant, de coltan, d'uranium et de bauxite de la France; où sont les champs pétrolifères de la France ? Tout cela provient de l'Afrique francophone ! Alors, après nous avoir appauvris, il faut qu'il ait la décence de respecter notre pauvreté. L'on aurait vu le bien-fondé de sa politique s'il avait d'abord consulté les Etats africains. S'il avait trouvé les moyens de freiner l'immigration de notre jeunesse en aidant à la création d'emplois. Ce qui n'est pas le cas. Je trouve donc que sa loi sur l'immigration a un goût de mépris. Venant surtout de la part d'un descendant d'immigrés Hongrois. J'ai l'impression que ce Monsieur lui-même, issu d'une famille juive, est atteint du syndrome de Stockholm. Je m'étonne de le voir mettre en place des structures de déportation. Comme si les J uifs et les Noirs n'avaient pas assez souffert sous les nazis !

Peut-on connaître le contenu de la lettre qu'il vous a adressée en guise de réponse?

Il m'a écrit pour m'expliquer que l'immigration choisie était une immigration régulée. Et qu'avec les Chefs d'Etat des pays d'Afrique francophones, ils vont trouver ensemble une stratégie pour créer des structures visant à empêcher le flux massif des jeunes Africains vers la France. Je vais lui répondre incessamment pour lui dire simplement qu'il met la charrue devant les boeufs. You know(vous savez), il aurait dû commencer par là ! M. Sarkozy croit peut-être que nous, Africains, avons envie que nos enfants viennent balayer les rues de France, laver les cadavres dans les morgues! Personne n'envisage un tel destin pour son enfant. Personne !

M. Sarkozy me dit encore dans sa lettre que je fais des dérapages et des amalgames, je veux bien le croire. Sauf qu'en la matière, il est mal placé pour me faire des reproches. Ce n'est pas moi qui ai parlé de nettoyer la racaille au karcher ! Il oublie qu'il est ministre. Il y a donc des mots qui sont sortis de sa bouche et qui engagent la France tout entière. En tous les cas, M. Sarkozy est trop petit pour vouloir pourrir les relations entre la France et ses anciennes colonies. Parce qu'il y a un pacte de sang qui existe entre nous. Quand nos grands-pères venaient donner leur sang pour la France, où était-il? Je le renvoie donc à sa copie d'histoire. Qu'il sache que nous ne sommes pas venus parce que nous en avions envie! La France est la terre promise pour toutes ses colonies. On nous a fait rêver. On a fait rêver nos parents et nos enfants en vantant les mérites de la terre promise qu'est la France, pays des droits de l'Homme et terre d'asile, etc. Maintenant qu'on veut v enir, on nous dit non. Ils n'auraient pas dû enclencher ce rêve-là !

En résumé M. Sarkozy devrait rectifier son tir. Je sais qu'il n'aime pas s'excuser et de toute façon je n'attends pas d'excuses de lui.

L'article complet sur AllAfrica.com

--------------------------------------------

On ne pourra pas dire que les Français n'auront pas été prévenus !

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Ce qu'ils pensent de Sarko
commenter cet article
23 mai 2006 2 23 /05 /mai /2006 12:03

Le petit Nicolas Sarkozy n'a pas de vrai ennemi politique aujourd'hui. Il a autour de lui une espèce de droite molle qui sent la naphtaline et le napalm parfois.

Il a en face de lui des éléphants qui ressemblent plutôt à des mamouths congelés et constipés.

Résultat, Sarkophage est obligé tous les jours de tapoter sur son clavier et de se déclarer l'opposant le plus sérieux à ce type qui se prend beaucoup trop au sérieux.

Aujourd'hui les choses évoluent. Un certain Dominique Strauss Kahn, le mari de Anne Sinclair pour ceux qui ne connaissent pas, prend sa plus belle plume ou sa plus belle voix pour dézinguer le petit candidat à l'élection présidentielle.

C'est subtil, c'est touchant, c'est beau, c'est surtout vrai et ... terrifiant de pertinence. Encore un qui voit clair, le dit .. et fait tout ça pour piquer la place de président. Quel sens du sacrifice !

-------------------------------------------

Nicolas Sarkozy "est un homme dangereux", affirme Dominique Strauss-Kahn

AP | 23.05.06 | 09:50

PARIS (AP) -- Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy "est un homme dangereux et son élection à la présidentielle de 2007 provoquerait "des convulsions difficiles" pour la France, a jugé mardi l'ancien ministre Dominique Strauss-Kahn, candidat à l'investiture socialiste.

"Nicolas Sarkozy, pour moi, je le dis avec pondération, est un homme dangereux", a affirmé Dominique Strauss-Kahn sur France-Inter.

Selon lui, Nicolas Sarkozy est "dangereux dans sa méthode" parce qu'il "antagonise les Français" comme sur les sujets des banlieues ou de l'immigration. Il a également dénoncé "l'utilisation du pouvoir à des fins personnelles" par le ministre de l'Intérieur et la remise en cause du "modèle social français".

Enfin, le ministre de l'Intérieur "a le talent pour masquer ses échecs" grâce à "un discours populiste" et une "connaissance approfondie de la psychologie" électorale, a ajouté Dominique Strauss-Kahn. "Il a un talent incroyable pour faire passer ses échecs pour des réussites."

"L'élection dans un an de Nicolas Sarkozy conduirait la France à des convulsions difficiles", a-t-il prédit. "Si Nicolas Sarkozy était élu, par malheur, dans notre pays, ce n'est pas un CPE, c'est trois, quatre ou cinq CPE sur tous les sujets de la société qui seraient organisés." AP

------------------------------------------------

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Ce qu'ils pensent de Sarko
commenter cet article
22 mai 2006 1 22 /05 /mai /2006 07:30

Entre concurrent on s'épie et on s'étripe allègrement. Il ne s'agit pas que son fond de commerce soit racheté par l'échoppe voisine. Il ne s'agit pas non plus que la clientèle foute le camp chez l'autre poissonnier, au prétexte que ses produits sont plus frais.

Le borgne bouffe de l'huile à défaut de manger les pissenlits par la racine, l'agité du bocage aussi appelé le fou du puy, le vicomte à la fluette voix, n'est pas encore moribond.

Il veut pas se laisser faire et permettre une fusion/acquisition par un petit sinistre trop pressé.

Le pilonage est donc en règle et précis : ouvrez le ban et sonnez trompette

-----------------------------------------------

La loi sur l'immigration est une "loi raciste", selon Philippe de Villiers

AP | 21.05.06 | 16:01

PARIS (AP) -- Le président du Mouvement pour la France Philippe de Villiers a qualifié dimanche la loi Sarkozy sur l'immigration de "loi raciste".

"Ce qui est choquant, c'est l'immigration choisie", a-t-il estimé sur Radio-J. "On va attirer en France des cerveaux (...) dont la formation a été payée par les pays d'origine". Dès lors, "on est en train (...) de piller les forces vives de ces pays".

"Du temps des grands bourgeois de Bordeaux et de Nantes, ils vérifiaient la musculation et la dentition. M. Sarkozy propose de vérifier les neurones", a noté Philippe de Villiers dans une allusion au commerce esclavagiste.

Quant au déplacement de Nicolas Sarkozy au Mali et au Bénin, "c'est un voyage électoral" a estimé le président du MPF. "Il devrait figurer dans les comptes de campagne de M. Sarkozy".

Interrogé sur l'affaire Clearstream, M. de Villiers a estimé qu'il "y a forcément un fond de vrai" dans cette affaire. "Tout est choquant dans cette affaire (...) On est dans une République bananière".

"Je ne cherche pas à trouver des coupables supplémentaires", mais "je dis simplement que dans cette histoire de comptes, il y a certainement aujourd'hui des comptes à l'étranger qui servent les campagnes présidentielles", a-t-il déclaré.

Et de s'interroger: "quand Nicolas Sarkozy fait campagne, qui paie? Quand il est à Nîmes par exemple, est-ce que c'est le ministre de l'Intérieur qui paie ou est-ce que c'est l'UMP?".

"Il y a une confusion des genres", a déploré Philippe de Villiers. "Il fait campagne sur les caisses de l'Etat", accuse-t-il. "Tous ces voyages sont pris en charge par les contribuables. Je ne trouve pas ça normal".

Le président du MPF a donc demandé "l'inscription de tous (l)es voyages (de Nicolas Sarkozy) dans le compte de campagne du candidat de l'UMP". AP

----------------------------------------------

Si maintenant l'extrème droite officielle et assumée comme telle se plaint du comportement de Sarkozy en le qualifiant de raciste ... où se situe le petit Nicolas Sarkozy justement ?

C'est la question du jour et celle des mois à venir

Sarkostique les sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
10 mai 2006 3 10 /05 /mai /2006 07:41

[1ère publication le 7 décembre 2005]

Nicolas Sarkozy qui veut plaire à tous et toutes, se doit de rencontrer ceux qui représentent une "communauté" ou une "classe particulière" (les enseignants, les inséminateurs, les proctologues etc ....)

Il avait comme projet de rencontrer Aimé Césaire, monstre de la poésie contemporaine, qui maîtrise le verbe comme un Karcher. Lequel a rétorqué justement qu'il ne souhaitait pas se cogner le petit Sarkozy entre quatre yeux.

Aimé Césaire justifie son choix ainsi :

"Parce que, auteur du discours sur le colonialisme, je reste fidèle à ma doctrine et anticolonialiste résolu. Et ne saurais paraître me rallier à l'esprit et à la lettre de la loi du 23 février 2005" sur la reconnaissance dans les programmes scolaires du "rôle positif de la présence française en outre-mer".

C'est vrai que Sarkozy n'est pas culotté. Il est le chef du parti qui a tout fait pour que la colonisation soit enseignée comme un fait positif à nos chères têtes blondes. Avant peut-être de parler des francs et de la pureté de leur race ou je ne sais quelles avanies du même genre.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce poète à la plume acérée et habile, sarkophage propose une lecture d'une partie de son oeuvre.

Il recommande d'ailleurs à tous les populistes qui veulent réécrire l'histoire de confronter ce poème à l'illusion qu'ils veulent enseigner.

Attention, âmes sensibles s'abstenir !

----------------------------------------------

Entre colonisateur et colonisé, il n'y a de place que pour la corvée, l'intimidation, la pression, la police, l'impôt, le vol, le viol, les cultures obligatoires, le mépris, la méfiance, la morgue, la suffisance, la muflerie, des élites décérébrées, des masses avilies.

Aucun contact humain, mais des rapports de domination et de soumission qui transforment l'homme colonisateur, en pion, en adjudant, en garde-chiourme, en chicote et l'homme indigène en instrument de production.

A mon tour de poser une équation : colonisation = chosification

J'entends la tempête. On me parle de progrès, de "réalisations", de maladies guéries, de niveaux de vie élevés au-dessus d'eux même.

Moi je parle de sociétés vidées d'elles-mêmes, de cultures piétinées, d'institutions minées, de terres confisquées, de religions assassinées, de magnificences artistiques anéanties, d'extraordinaires possibilités supprimées.

On me lance à la tête des faits, des statistiques, des kilométrages de routes, de canaux, de chemins de fer.

Moi je parle de milliers d'hommes sacrifiés au Congo-Océan. Je parle de ceux qui, à l'heure ou j'écris, sont en train de creuser à la main le port d'Abidjan. Je parle de millions d'hommes arrachés à leurs dieux, à leur terre, à leurs habitudes, à leur vie, à la vie, à leur danse, à la sagesse.

Je parle de millions d'hommes à qui m'on a inculqué savamment la peur, le complexe d'infériorité, le tremblement, l'agenouillement, le désespoir, le larbinisme.

On m'en donne plein la vue de tonnage de coton ou de cacao exporté, d'hectares d'olivier ou de vignes plantés.

Moi, je parle d'économies naturelles, d'économies harmonieuses et viables, d'économies à la mesure de l'homme indigène désorganisées, de cultures vivrières détruites, de sous-alimentation installée, de développement agricole orienté selon le seul bénéfice des métropoles, de rafles de produits, de rafles de matières premières.

On se targue d'abus supprimés.

Moi aussi, je parle d'abus, mais pour dire qu'aux anciens - très réels - on en a superposés d'autres - très détestables. On me parle de tyrans locaux mis à la raison ; mais je constate qu'en général ils font très bon ménage avec les nouveaux et que, de ceux ci aux anciens et vice-versa, il s'est établi au détriment des peuples, un circuit de bons services et de complicité.

On me parle de civilisation, je parle de prolétarisation et de mystification.

Aimé Césaire

Discours sur le colonialisme

--------------------------------------------

[Maj du 08.03.2006]

Césaire s'exprimant sur Radio Caraïbe à propos de Nicolas Sarkozy et de sa visite aux Antilles :

«C'est qui, ce jeune homme ? Pourquoi voudrait-il me rencontrer ? Je ne le connais pas.»

Commentaire de Sarkophage : il y en a qui ont de la chance ! Car certains sont proches de la nausée à force de trop voir sa tête ...

[Maj du 10.05.2006]

Cesaire rencontrant Olivier Besancenot en visite à la Martinique s'exprime sur Nicolas Sarkozy :

Comme Laurent Fabius et M. Sarkozy avant lui, M. Besancenot a rencontré Aimé Césaire lors de son passage à Fort-de-France. "Vous avez été le premier à dire stop à Sarkozy", lance-t-il, admiratif. "C'est un type dangereux", lui répond le vieux poète.

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique 

 
Repost 0
7 mai 2006 7 07 /05 /mai /2006 06:49

Sarkophage a trouvé un intéressant résumé des errances et oublis volontaires du petit Nicolas Sarkozy. Il faut dire que c'est un métier de se vendre et de vendre un projet qui séduise le plus grand nombre. Le recyclage étant une étape sans doute obligatoire pour y parvenir.

-------------------------------------------------

Le ministre de l’Intérieur, en ouverture du débat sur son projet de loi, mardi après-midi, n’a guère apporté d’idées nouvelles, ni aux fondements de sa politique, ni à son expression législative. Que « l’immigration ne doit pas être une question taboue », que « la France doit pouvoir choisir le nombre des migrants, selon quels objectifs, dans quelles conditions », que « l’étranger doit manifester sa volonté de s’intégrer », ou qu’il faille « transformer, profondément, la politique d’immigration », Nicolas Sarkozy nous l’avait déjà seriné depuis plusieurs années. Que le « parler vrai » du ministre le conduise à dire que ce qu’il décide ne fait que refléter ce que pensent, sans le dire, les Français, n’est jamais qu’une pratique démagogue et populiste courante.

Ainsi, pour beaucoup de Français, « l’immigration est une source d’inquiétude. Ils y voient une menace pour leur sécurité, leur emploi, leur mode de vie. » Surtout que le ministre le leur répète souvent et qu’il n’est pas le seul. Et ces Français aussi respectables que les autres, le ministre les a donc entendus. Mais il n’avait pas besoin, pour autant, d’être odieux. De faire pleurer sur les enfants victimes des incendies des squats au mois d’août dernier, « allongés sur des civières, asphyxiés, tués par la misère », surtout quand on se souvient de sa réaction en plein drame, « la difficulté, avait-il dit, c’est que tout un tas de gens, qui n’ont pas de papiers pour certains, s’amassent à Paris... », et que l’on sait qu’un des survivants a été expulsé du territoire.

Les larmes de crocodile, le ministre en a eu aussi, sur ces Africains qui s’accrochent aux barbelés de Ceuta et Melilla... Il aurait pu ajouter les noyés de Mauritanie ou de Sicile, les morts dans le désert, puisqu’il est un chaud partisan des coopérations européennes en matière de « contrôle de l’immigration » et qu’il cultive les relations libyennes, marocaines et autres pour obtenir des camps « externalisés ». Il aurait même pu se souvenir que s’il a rayé le camp de Sangatte de la carte, il n’a pas éradiqué le problème des candidats au départ, mais aggravé leurs conditions de survie.

Dans le même genre, « la vérité, c’est que les vingt-sept nuits d’émeutes (d’octobre-novembre) sont directement le produit de la panne de notre système d’intégration ». Rien à voir, bien sûr, avec ce qui pourrait bien s’avérer avoir été une bavure policière attisant un feu sur lequel le ministre avait lui-même soufflé à coups de « parler vrai ».

L'Humanité - 4 mai 2006

-----------------------------------------------

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy