Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juillet 2005 4 07 /07 /juillet /2005 00:00

Le ministre stigmatise un mineur récidiviste. Des juges s'indignent.

Hier sur Europe 1, le ministre de l'Intérieur a trouvé une nouvelle caricature à mettre sous la dent de son éventuel futur électorat : un jeune gitan de 14 ans, «responsable à lui tout seul de 10 % de la délinquance» à Tarbes. «On a laissé tomber un certain nombre de quartiers, a martialement développé Nicolas Sarkozy. Eh bien, nous les reprendrons pied à pied.» Le jeune délinquant en question, libre depuis le 25 mai, aurait déjà à son actif 102 vols avec violence, vols d'automobiles, extorsions, incendies volontaires, violences avec arme ou en réunion et de multiples dégradations, outrages et autres voies de fait. Il faudra y ajouter le déclenchement d'une guerre entre Nicolas Sarkozy et les magistrats de l'USM : «Le ministre est coutumier des chiffres mensongers, proteste Dominique Barella à la tête de ce syndicat. Il a vu un juge responsable de la liberté conditionnelle du meurtrier de Nelly Crémel là où il y en avait trois. Il indique que 19 magistrats seulement ont été sanctionnés en quinze ans alors qu'il y en a eu 76 en dix ans. Aujourd'hui, il voudrait que ce délinquant soit responsable de 1 010 délits et infractions. C'est n'importe quoi

Effectivement, Nicolas Sarkozy aura résumé un peu vite l'article du Figaro où il a trouvé son information. Le quotidien indiquait le 2 juillet que «certains mois» seulement, le gamin déscolarisé qui «terrorise» la ville et ses institutions alimente 10 % de la délinquance. «En aucun cas, précisait hier un magistrat tarbais, il ne peut être responsable de 10 % des 10 110 crimes et délits enregistrés à Tarbes sur toute l'année 2004.» «Ce qui va dans l'intérêt du ministre Sarkozy et de ses démonstrations politiques est contraire à l'intérêt des victimes et de la justice», reprend l'USM.

Le syndicat ne veut pas laisser penser que ledit délinquant aurait bénéficié d'une sorte d'impunité judiciaire : «Il a déjà été deux fois en prison puis dans un centre fermé...», précise Dominique Barella. L'affreux Jojo des quartiers sensibles de Tarbes fait en outre l'objet d'un suivi attentif de la part des équipes sociales de réinsertion. «En deux phrases, le ministre ruine tout leur travail», se désole le syndicat. En le stigmatisant haut et fort, «Sarkozy prend le risque de transformer ce délinquant en petit caïd. C'est une erreur grave». Les magistrats de l'USM soupçonnent en outre la chancellerie d'avoir donné, hier matin, pour consigne à la Protection judiciaire de la jeunesse de ne pas réagir aux propos du ministre de l'Intérieur. «A quel pouvoir le garde des Sceaux obéit-il en demandant aux siens de ne pas se défendre ? interroge leur leader. Sarkozy serait-il Premier ministre ? Impossible de savoir. Nous baignons dans une sorte de triangle des Bermudes gouvernemental

«Mépris». Quelques mentons se relèvent sous les plafonds du palais de justice à Tarbes : «Ces propos sont inqualifiables, s'emportent ces deux magistrats. Ils sous-tendent trop de mépris pour notre travail de justice.» Ils ont en tout cas déjà produit leur petit effet : le maire UMP de la ville, Gérard Trémège, vient d'en remettre une louche, appelant l'école, les éducateurs, la police et la justice à travailler ensemble en matière de prévention sans «le tabou de la confidentialité». L'exemple vient pour le coup de la Place Beauvau : un petit coup de clairon sécuritaire, ça ne peut pas nuire quand des élections s'approchent.

Libération - 6 Juillet 2005 - Gilbert Laval

----------------------------------------------- 

S'il fallait un exemple de plus pour montrer que Sarkozy manie la petite phrase comme un camelot vend ses casseroles sur les marchés ... le voila !

Le petit Nicolas Sarkozy montre clairement ses limites : un disque qui tourne en rond et chante le même refrain. C'est lassant et même gavant (n'ayons pas peur des mots ! blurp !)

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique  

Repost 0
Ecrit par Sarkostique le blog anti sarkozy - dans Ce qu'ils pensent de Sarko
commenter cet article
6 juillet 2005 3 06 /07 /juillet /2005 00:00

Tout est bon pour conquérir l'Elysée. Dans l'avion qui le ramène d'Aurillac, Nicolas Sarkozy s'empare de Paris-Match. Il s'attarde sur le sondage, un de plus, qui le donne largement vainqueur de la prochaine présidentielle ­ «Qui parle encore d'une candidature de Jacques Chirac ? Personne. Ce n'est plus un adversaire», dit-il. Puis il tourne la page et tombe sur une photo de lui et de sa femme, Cécilia. Il lève les yeux au ciel, pose l'hebdo d'un air désabusé. «Pourquoi ont-ils ressorti une photo vieille d'un an et demi ?, s'interrogeait-il peu auparavant. Pour faire vendre. Et ce sera quoi la prochaine fois ? Ma nouvelle copine ? Mais bon, c'est comme ça : je fais vendre.» Le nombre de couvertures qui lui sont consacrées cette semaine (lire ci-contre) semble lui donner raison. Pas de quoi cependant émouvoir l'homme politique le plus médiatisé de France. Ni sa garde rapprochée, qui rigole de voir la presse à ses basques : «On fera encore mieux la semaine prochaine !», sourit son lieutenant Brice Hortefeux, ministre des Collectivités territoriales, qui l'accompagnait hier dans le Cantal.

Monica et Jean. N'assumant qu'à moitié son statut de nouvelle star people, le ministre de l'Intérieur fait donc mine de désapprouver les articles sur sa vie privée. Avant de s'empresser de raconter à qui veut l'entendre qu'il vient de dîner avec Monica Bellucci («moins belle qu'on ne le dit»), ainsi qu'avec ses copains de toujours, Jean Reno et Christian Clavier. Mercredi, c'est Michel Blanc qui est venu à son tour se sustenter place Beauvau. «Avec les acteurs, on se comprend, lâche-t-il. On ne fait pas le même métier mais on a le même public.» Comme pour un comédien, il espère que l'étalage de sa vie privée va se retourner à son profit : «Avec tout ce qu'on écrit sur moi, les gens disent que je vais craquer. ça crée de l'affect. Avant, on parlait de mon ambition personnelle. Maintenant, on parle de mon humanité.» Bref, tout serait bon à prendre dans la médiatisation. Même ­ et surtout ­ les critiques qui visent ses dérapages populistes sur le «nettoyage» de la cité des 4 000 à La Courneuve, ou sur le juge qui doit «payer» sa faute pour avoir libéré l'assassin de Nelly Crémel. «Je ne vise pas l'électorat du FN, je l'ai déjà. De toute façon, les journalistes se sont toujours trompés dans leur analyse politique.» Un récent sondage indique pourtant que les Français le jugent plutôt «excessif» ces temps-ci... «Le même sondage montre que deux tiers des Français me trouvent proche de leurs préoccupations, rétorque le président de l'UMP. C'est ça qui compte

Tête-à-tête. Nicolas Sarkozy ne regrette rien. Bien au contraire. En véritable Premier ministre bis, il est décidé à parler de tous les sujets quand il lui plaît. Avec ou sans l'aval de Dominique de Villepin. Jacques Chirac lui-même semble lui reconnaître un statut particulier puisque le chef de l'Etat le reçoit désormais en tête-à-tête une fois par semaine, le lundi matin. Si l'opération visait à calmer son ministre, c'est raté. Prochain sujet explosif : les services publics, qui étaient l'objet de sa visite dans le Cantal, et qui seront au centre de la prochaine convention thématique de l'UMP prévue le 7 juillet. Puis ce sera l'Europe, les institutions, l'économie... Autant de questions qui ne relèvent pas du ministère de l'Intérieur mais qu'il est nécessaire d'aborder avant de se présenter à l'Elysée. «Si j'arrête, dit Sarkozy, on risque de se retrouver avec un second tour extrême droite-extrême gauche.» Avant sa sortie du gouvernement, annoncée pour fin 2006, le premier flic de France veut continuer à imposer son tempo à la majorité et aux médias. Et quand on lui demande ce qui pourrait l'empêcher de devenir président de la République, il n'a qu'une réponse : «Moi

 

Hélicoptère. Hier, coiffant sa casquette de ministre chargé de l'Aménagement du territoire, Nicolas Sarkozy s'est concocté un parcours quasi présidentiel, visitant ici une école, là un hôpital ou une gendarmerie, s'entretenant avec des enseignants, des syndicalistes, des agriculteurs... Le tout en hélicoptère et en moins de quatre heures, ponctué par cette formule choc : «La Courneuve, le Cantal, même combat !» Mais le mot de la fin est revenu à une élève de CE1, scolarisée dans la commune de Condat, à qui son institutrice demandait à quoi pouvait bien servir un ministre de l'Intérieur. Réponse de la fillette : «C'est celui qui fait le ménage à l'intérieur de l'Elysée.» Bien vu.

 

 

 Thomas LEBEGUE Libération - 1er Juillet 2005

---------------------------------------------- 

Ca y est ca le reprend ! Cette sournoise maladie coriace se manifeste à nouveau. Sarkozy montre son projet, son but, le pourquoi de sa vie : L'Elysée. Toute son énergie est tournée et axée vers le palais présidentiel.

Pas de pudeur, pas d'intelligence dans le propos. Du calcul, du cynisme et un brin de sincérité : Français je vous e........, vos problèmes ne sont qu'un moyen pour moi de me faire élire.

Une fois élu, vous pourrez toujours demander à la Lune de vous aider... Je ferai comme Chirac : un sonotone dans chaque oreille pour être sur de ne rien entendre.

Le degré zéro de la politique est magistalement franchi. La France regarde, la France applaudit ...

Beurrrrkkkkkk

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Sarko et les médias
commenter cet article
5 juillet 2005 2 05 /07 /juillet /2005 00:00

Avec Sarkozy le poids des mots, le choc des images !

Tout juste de retour au ministère de l’intérieur, Nicolas Sarkozy met le paquet pour s’assurer une médiatisation sur mesure. Certains pensent qu’il lui arrive de « péter les plombs ». Mais si au contraire le ministre de l’intérieur ne faisait que suivre un plan bien élaboré grâce à une complicité médiatique au dessus de tout soupçon…

De retour au ministère de l’intérieur, nommé au lendemain de la débâcle du OUI au référendum, Nicolas Sarkozy annonce la couleur : pour lui, il s’agit d’abord d’une affaire personnelle. Dans un silence médiatique bien ordonné, à quelques rares exceptions prés, il annonce ainsi son intention « d’en finir avec les officines qui ont pris ma famille pour cible » sans préciser davantage. Fonctionnaires des services de police, du ministère, des renseignements généraux, ou journalistes n’ont qu’à bien se tenir. Menace à peine voilée contre tout ce qui pourrait se mettre en travers de sa route, il « condamne l’égalitarisme, le nivellement et l’assistanat », exprime la nécessité d’une « remise en cause des acquis sociaux » au nom du fait que « la politique sociale ne peut se résumer à la seule question des exclus ».

Nulle voix dans la presse, à la radio ou la télé pour indiquer qu’entre son allée retour place Beauvau, 55% des français se sont prononcés le 29 mai contre une politique qu’il revendique précisément dans ses déclarations « sociales ».

Au poids des mots, il faut à Nicolas Sarkozy pour accéder à une stature de chef la force des images. Les télés convoquées à répétition répondent présent. Après les affrontements inter communautaires à Perpignan, les chaînes de télé, mais aussi les radios et les journaux se font l’écho de la visite expresse du ministre, loin du lieu du drame, loin des communautés meurtries, souvent premières victime d’une situation sociale catastrophique, frappées par un taux de chômage bien au dessus de la moyenne. Et Nicolas Sarkozy, filmé sous tous les angles dans les rues, affirmant à quelques commerçants qu’il était là « pour débarrasser la France des voyous » et pour leur promettre que « ce travail » sera exécuté « sans faiblesse »… A la Courneuve, quelques semaines plus tard, il indique son intention de « nettoyer au karcher » la cité des 4000. « On y mettra les effectifs nécessaires et le temps qu’il faudra mais ça sera nettoyé ». 200 policiers, incarnations de rambo, sont ainsi mobilisés pour inspecter les lieux du toit aux caves, le jour des obsèques du gamin de 11 ans assassiné, avec moult publicité. Sans aucun résultat, mais cela ne devait pas avoir suffisamment d’intérêt pour être vraiment souligné.

Enfin l’apothéose, lourde de sens, révélatrice d’une espèce de collusion entre l’oligarchie politique et le système médiatique, expression d’une menace directe contre le fonctionnement de notre Démocratie. « Le juge doit payer pour sa faute ! » clame Nicolas Sarkozy qui désigne ouvertement à la vindicte populaire le magistrat auquel il reproche d’avoir remis en liberté un des assassins présumés d’une jeune femme. Le ministre de l’intérieur, président de l’UMP, fait ainsi mine d’ignorer les faits sans que la presse écrite, radio ou télé ne coupent court immédiatement à des propos fantaisistes, mais efficaces, car rejetant de fait dans le camp honni par le plus grand nombre, notamment dans les couches populaires, tous ceux qui critiqueraient pour ce qu’elles sont les paroles sarkosiennes. Contrairement à ce que dit en effet Nicolas Sarkozy, la loi a totalement été respectée, les expertises psychiatriques correctement menées, favorables à une mise en liberté décidée non par un juge, mais par un collège de magistrats en 2003 sans qu’aucune voie de recours n’ait été utilisée pour s’y opposer. Et un grand quotidien du matin de titrer malgré cela « Le juge par qui le scandale est arrivé ! »…

Pour un autre quotidien, le ministre serait « populiste ». Mais il serait enfin temps de s’interroger. Le « populisme », défini dans le petit Larousse comme un « mouvement littéraire qui s’attache à la description de la vie et des sentiments des milieux populaires », loin de revêtir le contenu péjoratif qu’on voudrait bien lui accorder, ne devrait-il pas être le repère de tout journaliste respectueux des mouvements réels de la société qu’il s’agit de révéler et d’éclairer ?

D’autres encore réduisent les propos de Nicolas Sarkozy à quelques mouvements d’humeur d’un homme dont les dérives seraient le produit de « tensions familiales », ramenant le débat à celui qui pourrait se mener dans un loft de mauvaise qualité, un mauvais sitcom politique. Et faisant du ministre un être de chair et de sang, sensible, victime d’un dépit amoureux…

Tous en réalité légitiment les propos de Nicolas Sarkozy, parfois même derrière un ton critique. En réalité, ils se montrent complices d’une opération qui veut d’ores et déjà faire du ministre de l’intérieur l’homme incontournable pour 2007, le point de repère de toute discussion. Les médias dans leur traitement évitent en effet l’essentiel :

• En demandant des sanctions contre le juge, en interpellant le président de la République pour « savoir ce qu’il allait advenir du magistrat qui avait osé remettre un monstre pareil en liberté conditionnelle », Nicolas Sarkozy se présente en justicier qui pratique la confusion des pouvoirs et porte une atteinte fondamentale aux principes de notre démocratie en remettant en cause l’indépendance de la justice.

• Personne dans le monde politique comme dans le monde médiatique n’émet la seule conclusion qui s’imposerait dans le cadre du respect de nos institutions et des valeurs de la république : un ministre qui parle ainsi devrait sur le champ démissionner de ses fonctions. Les hommes politiques devraient l’y inviter, sans hésiter. La presse libre le rapporter, et à défaut, souligner cette défaillance politique généralisée.

• Enfin, concrètement, quid de la victoire du ministre de l’intérieur ? Car tout cela se termine en effet par une victoire de Nicolas Sarkozy. Après ses propos, Jacques Chirac lui-même annonçait en effet un durcissement de la loi, réformant la libération conditionnelle avec mise en place du bracelet électronique à l’américaine, limitant les réductions de peine, relevant le seuil à partir duquel un condamné à perpétuité peut demander une libération conditionnelle (aujourd’hui 15 ans sauf pour les peines incompressibles).

Au fait, dans la logique de remise en cause de la séparation des pouvoirs et du discours tenu par Nicolas Sarkozy contre « ces monstres remis en liberté », il existe une façon sûre d’éviter la récidive : l’enfermement à vie ou, faute de place, le rétablissement de la peine de mort…

Jacques Cotta - Vendredi 1er Juillet 2005

http://www.info-impartiale.net/article.php3?id_article=66

 Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Sarko et les médias
commenter cet article
5 juillet 2005 2 05 /07 /juillet /2005 00:00

Un jour, dans un train, Sarkozy, Chirac et une jolie Norvégienne voyagent dans le même compartiment.

Ils roulent sans se parler depuis des heures, quand un tunnel vient plonger le train dans l'obscurité la plus totale. On entend alors un bruit de bisou immédiatement suivi d'un monumental bruit de baffe.

Quand le tunnel est passé et que la lumière revient, Chirac et la Norvégienne sont assis comme si de rien n'était. Sarko, lui, se tient la tête à deux mains, visiblement sonné.

Il se dit : " Chirac a embrassé la Norvégienne, elle a cru que c'était moi et elle m'a collé un pain. "

La Norvégienne pense : " Sarkozy a voulu m'embrasser mais il a loupé son coup et a embrassé Chirac qui n'a pas apprécié. "

Chirac se dit : " Au prochain tunnel, je refais le bruit du Bisou et je lui en recolle une autre, à ce con de Sarkozy. "

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique le blog anti sarkozy - dans Sarkostique
commenter cet article
3 juillet 2005 7 03 /07 /juillet /2005 00:00

Un montage photo de Abadidon qui résume bien la situation et les rapports de force : 

sarkozy villepin la folie des grandeurs

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique 

Repost 0
Ecrit par Sarkophage avec Sarkostique anti sarkozy - dans Sarkozy roi du navet
commenter cet article
2 juillet 2005 6 02 /07 /juillet /2005 00:00

Le côté obscur de la force ... un fantasme de scénariste de films ? Une réalité profonde chez certains ? (petit avec de grandes oreilles ? ah non je ne pense pas à Nicolas Sarkozy ! Maître Yoda a aussi une petite taille et des grandes oreilles !)

En tous cas certains magistrats sont en colère et le mot est faible. Les agitations du ministre de l'intérieur les agacent ... beaucoup !

Il faut dire que rendre la justice est un métieur, et que l'âge des Shériffs est sans doute révolu.

Cet article est donc à lire assis, ca décoiffe !

 

-----------------------------------

Le nouveau DARK VADOR vient de frapper

Tout juste arrivé place Beauvau, Nicolas Sarkozy s´engage à lutter contre les forces du mal en prenant en otage la République.

Ainsi :

Il souhaite " vider la France de ses voyous" et se déplace une heure à Perpignan en croyant régler les problèmes sociaux et économiques à coup de maintien de l´ordre " le temps qu´il faudra"...

Il prétend juguler le chômage en s´attaquant aux plus faibles, aux immigrés, en doublant les reconduites à la frontière, en instaurant un sytème directement discriminatoire des quotas...

Il utilise les pouvoirs de sa fonction pour règler ses problèmes conjugaux...

Il concentre entre ses mains les fonctions de président du conseil général, de président de l´UMP et de ministre de l´intérieur au mépris des règles les plus élementaires de la démocratie : ainsi comme ministre de l´intérieur, il est le supérieur hiérarchique du préfet chargé de contrôler la légalité des actes administratifs accomplis par le président du conseil général des Hauts-de-Seine... Nicolas Sarkozy

Ministre de la démagogie compassionnelle, il s´accapare le secrétariat d´Etat aux victimes dépendant du ministère de la justice...

A l´instar du Front National, il simplifie jusqu´à la caricature et appelle à la quasi relégation des récidivistes...

Comme M. Le Pen, il diabolise le Syndicat de la Magistrature, ne suportant aucune voix divergente...

Finalement l´action de M. le ministre de l´intérieur se situe délibérement du côté obscur de la force et s´éloigne de la légalité républicaine...

----------------------------------------------

Source : http://www.syndicat-magistrature.org/article/608.html

De la à ce que des magistrats zélés le mettent en prison ! Ce serait une sacrée bonne blague ...

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique le blog anti sarkozy - dans Ce qu'ils pensent de Sarko
commenter cet article
1 juillet 2005 5 01 /07 /juillet /2005 00:00

 Le chariot-type de la ménagère faussé par Nicolas Sarkozy

Mercredi 22 juin 2005

Signe certain que le gouvernement de M. de Villepin a remis la France sur les (bons) rails : le chariot-type hebdomadaire présenté hier à la presse par M. Breton pour la première fois est déjà en baisse !

Une erreur s’est toutefois glissée dans la composition de ce chariot : le nombre impressionnant (22) de "produits d’hygiène corporelle" est dû à Nicolas Sarkozy, qui achète chaque semaine 17 packs de lames Gillette et 5 brosses à dents.

Toujours pas de PQ en vue, en revanche : le ministre de l’Intérieur va finir par exploser s’il ne fait pas caca très vite.

Un article publié sur le succulent : http://bravepatrie.com

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique le blog anti sarkozy - dans Sarkostique
commenter cet article
30 juin 2005 4 30 /06 /juin /2005 00:00

Sarkozy est retourné à la cité de La Courneuve ... avec comme le titre Libération "La petite carotte et le gros baton".

Qu'a proposé Sarkomissaire de révolutionnaire ? Que veut-il faire de si grand pour ce quartier sur lequel tous les regards sont braqués ?

Analysons ses propositions et souhaits ...

-------------------------------

 

"Je veux voir si ceux qui me réclamaient du boulot tout à l'heure (lors d'un bain de foule devant la mairie, ndlr) sont prêts à se lever le matin", a-t-il déclaré. "Ce sera l'occasion de voir si on a eu raison de vous faire confiance", a-t-il ajouté.

Révolutionnaire ! Le postulat posé ici : je pense que vous êtes une bande de grosses feignasses, prouvez moi le contraire (sur l'air du Sergent décérébré de Full Metal Jacket)

Le ministre a proposé un partenariat avec l'Institut supérieur de mécanique de Paris, une grande école d'ingénieurs. "Les étudiants de cette école seront prêts à venir dans les lycées de La Courneuve pour montrer aux jeunes qu'ils peuvent intégrer des IUT et même cette école d'ingénieurs", a-t-il dit. Il a également annoncé une deuxième convention entre Sciences Po Paris et un lycée de La Courneuve et a proposé un partenariat avec l'Essec, une des grandes écoles de commerce.

Une grande idée ! Une mesure qui peut-être décidée dans n'importe quel patelin de notre bon royaume, devient dans sa bouche une proposition novatrice.

Concernant l'emploi, il a rappelé que le taux de chomâge pour la seule cité des 4000 était de 24%, soit deux fois plus qu'à La Courneuve. Le ministre a demandé à des chefs d'entreprises engagés dans la lutte contre la discrimination, dont Veolia, de proposer 150 contrats d'apprentissage par an aux jeunes du département. Quarante-six postes sont à pourvoir dès à présent. "Nous nous engageons, les jeunes doivent être prêts à s'engager aussi", a-t-il affirmé.

Et là Nicolas Sarkozy propose une rustine improvisée sur un problème complexe. De plus il fait appel aux copains, aux soutiens du privé pour donner quelques emplois ... Est-ce une mesure reproductible ? Est-ce une innovation véritable ? C'est le jeu des relations, le piston ! Rien de grand, de reproductible, d'innovant ...

En matière de sécurité, il a promis "un travail de nettoyage profond du trafic et des trafiquants". "Quand on aura fait le travail de nettoyage avec la police spécialisée, on renforcera les effectifs du commissariat de La Courneuve. Je publierai les résultats et je reviendrai", a-t-il dit.

Et une, encore une ! Des promesses en veux tu en voila. Pourquoi ce qu'il n'a pas réussi en deux ans place Beauvau, le réussirait-il en un an  ? (avant son départ déja programmé pour préparé la course à la présidence) L'essentiel c'est de le faire croire. Renouveller l'art de la promesse, l'enrober comme personne ne l'a fait. Un nouveau Chirac !

Ils faisaient quoi les flics avant de "nettoyer" le quartier ? Du trafic ? Des belottes ? Quel mépris pour leur fonction. Le sous-entendu : avant moi les policiers ne faisaient rien pour la sécurité du quartier .. beurk !

Le ministre a enfin annoncé une enveloppe de 150.000 euros pour financer des projets de ville-vie-vacances pour cet été pour les jeunes de la cité, utilisés pour passer un permis de conduire, aller au cinéma, faire des sorties, apprendre des langues...  

Et pour finir la cerise sur le gateau : l'aumone. Il a 150 000 euros à donner pour tous les quartiers dits difficiles ? Et pour le Village de Condom qui a besoin d'un foyer des jeunes, il a 150 000 euros ?

Le Dieu du Vent pourrait faire tourner plusieurs éoliennes a lui tout seul et ainsi contribuer à la réduction des gaz à effet de serre. Même pas !

Malgré ces évidences, malgré une manipulation voyante et grossière les Français dans leur grande majorité en feraient un président de la république.

Chirac nous avait servi l'insécurité. Nous avons le bonheur de devoir le supporter 12 ans ...

-------------------------------

Faisons de même avec Sarkozy ! 

 

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique le blog anti sarkozy - dans Sarkozy : échecs et ratages
commenter cet article
30 juin 2005 4 30 /06 /juin /2005 00:00
Vous en rêviez : L' U M P l'a fait !
Sarkozy est Monsieur Propre

 

sarko propre le retour



Merci à  abadidon  pour cette magistrale contribution !

Repost 0
Ecrit par Sarkostique le blog anti sarkozy - dans Sarko en images
commenter cet article
30 juin 2005 4 30 /06 /juin /2005 00:00

Cette dépêche laisse songeur :

---------------------------------------------- 

Jeudi 30 juin 2005, 12h16

Dominique de Villepin "pas informé" du départ de Nicolas Sarkozy du gouvernement avant la présidentielle

PARIS (AP) - Le Premier ministre Dominique de Villepin a assuré jeudi ne pas avoir été informé de l'intention de Nicolas Sarkozy de quitter le gouvernement au début de la campagne présidentielle.

"A aucun moment cela ne m'a été indiqué", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Matignon. "Chacun des membres du gouvernement est libre, évidemment", a-t-il ajouté. AP

--------------------------------------------- 

Notre premier ministre fait le sourd ? Il a le même problème que Chirac ?  Sa marque de sonotone est la même que "mon buldozer" ?

Sa dernière phrase est la plus drôle : "chacun des membres ...."

Donc en gros on quitte le gouvernement quand bon nous semble. Quid de la mission confiée ? Quid de la durée et des délais nécessaire à l'installation d'une politique ?

C'est vrai ... Sarkophage oubliait, mais dans deux ans, putain 2 ans, c'est le grand moment attendu par beaucoup de prétendants.

L'élection du prochain roi de France. Deux ans pendant lesquels la France va s'arrêter pour préparer cette élection, fossoyeuse de l'avenir de tous ...

Beeeuuuuuurrrrrkkkkkkkk

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Repost 0
Ecrit par Sarkostique le blog anti sarkozy - dans Sarkostique
commenter cet article

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy