Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 20:23

Le camp de Sarkozy ne manque pas d'air. Mais alors pas du tout. C'est à se demander d'ailleurs si ils ne sont pas sponsorisés par un fabricant de compresseurs.

 

sarkozy sarkostique dette 2012 7

Merci à Wingz

 

La clique de l'UMP, brigade des applaudissements comprise, sait très bien que Sarkozy n'est pas, n'a jamais été et ne sera jamais crédible. Alors il faut démolir la crédibilité de l'adversaire. Cela ne mange pas de pain et évite de se pencher sur son bilan et ses compétences.

 

sarkozy sarkostique dette 2012 2Merci à Placide

 

En l'occurence ici, il s'agit de la compétence de Sarkozy. Compétence et Sarkozy forment un oxymore du plus bel effet. Celui-ci n'ayant jamais rien réussi depuis qu'il est président de la république et même bien avant. Par contre il parade fièrement pour faire croire le contraire.

 

sarkozy sarkostique dette 2012 4Merci à Tropical Boy

 

Sarkozy n'ayant donc rien prouvé, essaye aujourd'hui de nous faire croire qu'il n'est pas le président de la France. Il n'a d'ailleurs pas beaucoup à se forcer car on cherche un président pour la France et un premier ministre depuis 2007.

 

sarkozy sarkostique dette 2012 10Merci à Nolegz

 

Il faut faire oublier toutes les conneries accumulées pendant des mois. Toutes les décisions toutes plus débiles et coûteuses les unes que les autres. Les slogans raccoleurs et digne d'un tapinage au rabais : Travailler plus pour gagner plus par exemple.

 

sarkozy sarkostique dette 2012 5Merci à HuB

 

Et surtout, plus que tout, il faut faire oublier le gouffre budgétaire que Sarkozy a creusé pendant les 4 dernières années. Gouffre presque sans fond et honteux. Pensez vous ! Le sauveur du monde et de l'univers tout entier est en effet responsable de 500 milliards de trou dans les caisses.

 

sarkozy sarkostique dette 2012 1Merci à Placide

 

Ah non, c'est vrai, ce n'est pas de sa faute, c'est la faute à la crise ! La crise est responsable de tout, et Sarkozy a évité à lui tout seul la fin du monde et la mort du soleil. Excusez du peu.

 

A ce train il devrait passer un casting pour incarner la sainte trinité dans le prochain film du vatican. Il n'y aurait même pas besoin d'effets spéciaux !

 

La parole de Sarkozy jamais ne se transforme en actes. Par contre ses actes se transforment assez vite en grosse douloureuse pour les ménages. Ceux-ci vont se manger la facture des conneries du gouvernement d'incompétents qui croit gouverner quelque chose depuis 4 ans.

 

sarkozy sarkostique dette 2012 8Merci à Wingz

 

C'est la rigueur à tous les étages sauf pour l'électorat préféré du gesticulateur coûteux. Il faut savoir remercier ceux qui financent la campagne (merci les valises !) et ceux qui prêtent leur yatch pour des vacances au rabais !

 

sarkozy sarkostique dette 2012 6Merci à Bar

 

 

Sarkostique le Sarkozy blog officiel satirique 

 


Newsletter   
   

Partager cet article

Ecrit par Sarkostique le blog anti sarkozy - dans Les casseroles de Sarko
commenter cet article

commentaires

marvin rouge 15/11/2011 18:01



tout à fait exact Balrog,  l'endettement de la france est artificiel et on veut nous faire croire que le pays vie au dessus de ses moyens, qu'il faut se serrer la ceinture et blablabla...
BULLSHIT!! propagande gouvernementale d'un ramassis de laquais au service d'une minorité de nantis! 


l'autre belle saloperie c'est les retraites, le discour disant "en 2040, 2 travailleurs paieront la retraite de 3 personnes"  me fait bien rire. avec un raisonnement pareil en 1945 quand
y'avait 10 millions de paysans et que le nombre baissait  ils pouvaient prevoir la famine pour 2010. sauf qu'evidement avec la mecanisation, la productivité a explosé et on en est pas là. et
bien les 2 travailleurs de 2040 c'est pareil, ils bosseront pour 4, c'est jouable. mais FRANK LEPAGE explique tout ça beaucoup mieux que moi, je vous invite à chercher sur youtube si ce n'est
déjà fait ;).


 


 



Seagull 14/11/2011 14:43


0 sergiozz, en allamagne, vous pouvez faire un temps partiel le matin dans une boite et un autre l'apres midi dans une autre, ce qui à l'arrivée vous donne un temps complet! Et la vie courante est
moins chere là bas entre at % pour les produits essentiels ! @ marie, je rajouterai que l'allemagne n'a pas bradé sa recherche et favorise les innovations, ce qui nj'est pas le cas dans notre pays.
Quant à Monier, il ferait bien de sortir un peu de sa tour et de vivre un peu plus dans le monde reel, celui d'en bas !


Balrog 14/11/2011 13:53



Loi n°73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France


 


La Loi n°73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France (aussi appelée loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973, et parfois, péjorativement, loi Rothschild, allusion au fait que Pompidou fut
directeur général de la Banque Rothschild), est une loi votée en France sous l'impulsion de Valéry Giscard d'Estaing, alors ministre de l'Économie et des Finances, sous la présidence de Georges
Pompidou.


L'article 25 de cette loi est le suivant : "Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France."1 Cette loi a été abrogé le 1er janvier 1942
puisque reprise par l'article 104 du traité de Maastricht puis par l'article 123 du traité de Lisbonne3.


Par facilité de langage on parle parfois d'abroger cette loi, ce qui revient soit à réviser les traités de l'Union Européenne soit à en sortir.


D'autres pays, tels la Suisse ou l'Allemagne, ont inscrit une disposition similaire directement dans leurs textes constitutionnels4,5.


Loi et conséquences Cette loi modifie l'organisation de la Banque de France et affaiblit les droits du Trésor Public par rapport à celle-ci. L'article 25 interdit en effet au Trésor Public
d'emprunter directement à la Banque de France à un taux d'intérêt faible ou nul, comme il en avait jusqu'alors le droit. Les gouvernements français devront dès lors trouver d'autres sources de
financement, principalement en empruntant à des taux d'intérêts plus élevés aux banques privées ou encore par des emprunts nationaux. Cette loi empêche donc de mettre en oeuvre des stratégies
inflationnistes de type assouplissement quantitatif et empêche donc la dévaluation progressive de la monnaie corrélative à l'augmentation de l'endettement étatique.


Un emprunt national sera d'ailleurs émis juste après la création de cette loi.


En 1973, Valéry Giscard d'Estaing met en place l'Emprunt Giscard, emprunt national à un taux d'intérêt de 7% indexé sur l'or qui sera particulièrement coûteux pour la France: les dévaluations
successives du franc dans les années 1980, conjuguées à la montée des cours du métal précieux et un taux d'intérêt élevé, conduiront à ce que pour les 7,5 milliards de francs empruntés l'État dut
rembourser (en intérêts et capital) plus de 90 milliards de francs.


Interrogé en 2008, Valéry Giscard d'Estaing déclara que « La réforme des statuts de la Banque de France, adoptée sous le mandat de Georges Pompidou et lorsque j'étais ministre des Finances, est
une réforme moderne qui a transposé en France la pratique en vigueur dans tous les grands pays : il s'agissait à
l'époque de constituer un véritable marché des titres à court, moyen et long terme, qu'il soit émis par une entité privée ou publique » et évitant ainsi "une situation d'inflation monétaire
permanente".


Plusieurs personnalités politiques ont dénoncé cette loi comme un endettement volontaire de la France au bénéfice des banques privées,le Trésor Public devant emprunter aux banques privées à des
taux d'intérêts plus élevés que ceux pratiqués par la Banque centrale (Banque de France puis BCE), augmentant depuis lors la dette publique de la France.


L'essayiste altermondialiste André-Jacques Holbecq estime que, par cette loi, l’État a transféré son droit régalien de création monétaire sur le système bancaire privé.


Nicolas Dupont-Aignan explique: « Comment pouvons-nous accepter d'avoir transféré la création monétaire au secteur privé, c'est-à-dire aux banques privées ? […] Est-il normal, pour construire une
autoroute, pour financer le haut débit, d'emprunter à 3% à des banques ou par des obligations alors que la banque centrale publique prête à 1% ? […] Alors même que l'on pourrait, comme la France
l'a fait jusqu'en 73, avec la plus forte croissance de l'Occident, financer à un taux abordable nos équipements publics. »


En octobre 2010, Alain Colbert, du Parti de gauche, écrivait: « La France a payé, depuis 1980, 1176 milliards d'euros d'intérêts. Sa dette actuelle s'élève à 1149 milliards d'euros. 1176 - 1149 =
27. Si la France se prêtait à elle-même, au lieu d'une dette abyssale, elle se retrouverait avec 27 milliards d'excédents. »


 


Balrog



Marie 13/11/2011 19:59



Si l'Allemagne s'en sort mieux que nous, c'est parce qu'ils n'ont pas délocalisé leurs industries, donc ils exportent
toujours des produits qu'ils sont les seuls à produire. Nous, on a bradé notre industrie.


 


oui 



sergiozz 13/11/2011 17:33



"De plus les chiffres annoncées sont faux, puisqu'ils prennent en compte les salariés à temps partiels qui sont presque le
double que chez nous (pour la Hollande c'est encore beaucoup plus)."


Eh bien, non, les chiffers ne sont pas faux. Cela veut dire qu'en Allemagne, le taux de précarité est encore plus élevé que
chez nous. Si pour vous, le bon modèle, ce sont des salariés qui bossent plus de 40 h par semaine et une majorité qui sont en temps partiel forcé avec des salaires de misère, pour moi, ce n'est
pas le bon modèle. Je ne connais pas grand monde qui a bénéficié du fameux slogan "travailler plus pour gagner plus". De plus, cela a abouti à une exonération de charges sur les heures sup, ce
qui a coûté au budget de l'Etat des milliards d'euros et une augmentation du chomage car les entreprises ont préféré payer des heures sup que d'embaucher. Si l'Allemagne s'en sort mieux que nous,
c'est parce qu'ils n'ont pas délocalisé leurs industries, donc ils exportent toujours des produits qu'ils sont les seuls à produire. Nous, on a bradé notre industrie.


 



Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy