Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2005 4 04 /08 /août /2005 00:00

Sarkophage n'est pas le seul obnubilé par la mouvance Sarkophile.

D'autres avant lui (et après ?) s'énervent un peu de voir un petit homme comme lui nous baver autant dans les oreilles.

Voici donc la position d'un camarade du web, que Sarkophage ne connait pas mais qui a toute son estime. Il vous invite d'ailleurs à aller visiter son sympathique site :

 http://www.webzinemaker.com/dugoin/

Le retour de Sarko-Démago au ministère de l’Intérieur renvoie à la grande œuvre démago-sécuritaire qu’il avait effectuée en 2002-2004 à ce même poste. Au delà du caractère répressif des mesures passées et, sans doute, de celles à venir, il nous faut nous interroger sur le fondement idéologique de cette politique.

Le premier acte de Sarko fut de se rendre dans la ville de Perpignan, ville endeuillée par deux meurtres, deux innocentes victimes de la bêtise humaine. Mais il avait refusé de se rendre dans le quartier Saint-Jacques pour dialoguer avec les communautés d’origine gitane et maghrébine. On aurait pu croire qu’en tant que ministre d’Etat d’une République démocratique et sociale, il aurait cherché à renouer des liens entre les deux communautés, qu’il aurait tenté de comprendre les raisons de ces violences. Mais que dalle, ses seules réponses furent :« répression », « on tape d’abord, on dialogue ensuite ».

La façon dont Sarko a géré cette crise est révélatrice de sa politique. On privilégie le spectaculaire à l’efficace, la démagogie à la réflexion. Pas une seule fois Sarko ne n’est demandé dans quel contexte social s’était développé cette atmosphère délétère. Et, au lieu de ça, il a fait le beau devant les caméras, serré des louches pour TF1 et embrassé des enfants pour France2 à moins que ce ne soit le contraire. .

Pourtant la sécurité des biens et des personnes est un problème qui mérite plus de considération et d’analyse que cela. Pour Sarko, la sécurité n’est pas un problème social mais une variable dans son plan de carrière que l’on module à coups de flash-balls. Le débat entourant le récent meurtre d’une mère de famille de Seine-et-marne, où l’un d’un suspect a été libéré de prison après une condamnation à perpétuité pour meurtre, est également significatif. Les ayatollahs de la répression à tout va, Sarko en tête, se sont tous élevés contre cette justice laxiste qui libère des criminels et la question de peine-planchers pour les multi-récidivistes a été remise sur le tapis.

La réflexion de Sarko est simple : "si la prison ne marche pas pour certains, il faut continuer à les envoyer en prison sans changer la prison"... Incroyable... mais que le n°2 du gouvernement arrive à penser des trucs aussi profonds n’est guère étonnant quand on a eu un premier ministre qui citait du Lorie. Par contre si vous avez le malheur de poser le problème de la surpopulation des prisons qui contraint l’accompagnement des détenus, des moyens de la justice, du suivi socio-judiciaire et de la réinsertion des ex-détenus, on vous case de suite dans la catégorie des irresponsables-angéliques-gauchistes-complices-des-truands-et-des-délinquants.

Pourtant là encore, le problème de la récidive posent des questions plus profondes que les visées à la petite semaine de Sarko. Il ne s’agit pas du tout de nier le problème de l’insécurité mais de poser le problème autrement. Ne pas poser le problème de l’insécurité en termes de statistiques ou de malfrats à emprisonner. Mais poser le problème de l’insécurité comme problème social, comme menace pour la cohésion de notre nation et qui doit donc soulever des questions politiques sur l’état de notre société et ses dysfonctionnements.

La politique d’immigration sauce Sarko est aussi caractéristique de cette vision à courte vue de la politique. A peine ses cartons défaits, Sarko relance le débat sur les quotas d’immigrés, en clair sur le pourcentage de balayeurs maliens et de maçons algériens autorisés à s’installer sur notre terre de France. Et même si de Villepin s’est déclaré opposé à des quotas sur une base ethnique ou nationale, il n’a en revanche rien dit sur des critères professionnels.

Là encore, au lieu de poser le problème profond de l’intégration des étrangers, Sarko balaie le problème d’un revers de la main et ne parle qu’en terme de quotas et de hausses des expulsions de clandestins comme si la police était une entreprise lucrative avec un quota de ressortissants non-gaulois à expulser au delà de la Méditerranée à coups de pompes dans le cul. Par contre personne ne s’est jamais demandé comment faire en sorte que le séjour d’un immigré se passe pour le mieux, personne ne s’est jamais demandé comment faire en sorte d’un immigré se sente Français.

Non, au lieu de ça, on préfère stigmatiser, expulser et soumettre la liberté de circulation aux sacro-saints « besoins du marché » et à la démagogie sarkoziste. Et le plus drôle dans l’histoire, c’est que ce soit l’UMP Patrick Stéphanini, un grand pote de Juppé, qui ait été choisi pour le poste de secrétaire général du « Comité interministériel de contrôle de l’immigration. » Et ce après qu’il ait été… condamné à dix mois de prison avec sursis dans l’affaire des emplois fictifs de la Mairie de Paris. Bizarre pour un type chargé de « contrôler l’immigration »…

C’est clair, la politique de sécurité et d’immigration de Sarko cuvée 2005 sera la même que celle de la cuvée 2002 avec les mêmes recettes : au lieu de prendre un problème dans ses dimensions les plus profondes, on ne fait qu’en traiter les aspects les plus visibles, c’est plus démagogique et le débat est à la portée de n’importe quel lecteur d’Entrevue ou de L’Equipe. On ne pose pas le problème de la délinquance et de l’intégration mais des délinquants et des immigrés. On ne réfléchi pas en termes de problèmes sociaux à résoudre mais de délinquants à enfermer et d’immigrés à expulser. On n’invite pas notre société à réfléchir sur ses propres dysfonctionnements mais on désigne, stigmatise des ennemis en montant les français les uns contre les autres.

On dit souvent que Sarko est un libéral, mais c’est encore pire. A lui tout seul il a inventé un nouveau concept politique : la politique de marché. Désormais avec Sarko, la politique est soumise aux règles les plus rétrogrades du marché : vision à court terme, rentabilité à tout prix… Mais surtout il fait du marketing une véritable marque de fabrique. Pour lui ce qui marche en politique, ce n’est pas ce qui règle les problèmes de notre société mais ce qui fait parler , le spectaculaire, ce qui donne l’illusion d’un résultat sans pour autant qu’il y ait vraiment des résultats et surtout ce qui sert sa carrière.

L’avènement de Sarko est donc le symbole de l’avènement d’une nouvelle société. Une société de consommation où le marché ne fait pas que caractériser le système économique mais aussi l’ensemble de la société. La politique ne se construit plus sur le long terme et un projet de société mais sur le court terme et des effets d’annonce. Le ou la plus populaire ne sera plus celui qui sera capable de porter un grand projet de société mais à celui qui fera péter l’audimat du 20h de TF1.

Sarko est le symbole d’un monde où le rapport au politique s’effrite considérablement, il est le symbole d’un monde où on voudrait que tout soit simple à penser, un monde que l’on régule à coups de SMS, un monde où la réflexion serait devenue ringarde, la culture obsolète. L’ascension de Sarko n’est pas seulement l’œuvre d’un mégalomane mais bien un phénomène social et comme l’insécurité il ne peut être compris qu’en le prenant dans ses aspects les plus profonds.

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Cet article sera retiré si son auteur en fait la demande. Par respect pour la propriété intellectuelle et la création originale

 

Partager cet article

Ecrit par Sarkostique le blog anti sarkozy - dans Ce qu'ils pensent de Sarko
commenter cet article

commentaires

Dugoin 07/08/2005 17:26

Bonjour je suis l'auteur de l'article cité.
Ayant autre chose à foutre qu'à chasser les fraudeurs (lol) et qu'en plus vous citez vos sources je suis ravi de voir mon article reproduit en lien. ;-)

(PS : J'ai bien reçu votre mail)

le citoyen 04/08/2005 16:20

Analyse excellente, concernant Sarko .. mais ayant visité le site " source " j'en partage beaucoup moins les articles concernant le TCE .. ( les bénis non. non).. euh .. les non.. n'ont jamais dit ( enfin en ce qui nous concerne ) qu'ils étaient anti-européens...mais pour une autre Europe... le site que tu demandes de visiter, a l'art aussi de caricaturer sur certains sujets !

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy