Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2006 6 11 /11 /novembre /2006 21:20

Le petit Nicolas Sarkozy est hilarant. Il ne pouvait pas laisser passer l'anniversaire de la mort de Mongénéral sans essayer de récupérer quelques voix et soutiens.

Pour ce faire il s'est donc déclaré ... gaulliste ! A quand un Nicolas Sarkozy Maoïste, Léniniste ou Pinochetiste ? 

 

Il n'a peur de rien notre ministre à talonnettes. Il est capable de faire un grand écart là n'importe quel danseur y laisserait ses adducteurs !

Lors de sa visite aux USA, il a montré tout son sens Gaulliste de la politique en devenant ce que Fabius a avec ironie appelé : le Caniche de Bush. Rien que du Gaullisme !  

Sarkozy fils spirituel de Mongénéral

Merci à Placide 

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

sarkozy sarkostique bouton j'aime ca  Image Hosted by ImageShack.us

Partager cet article

commentaires

Kerherve 01/03/2008 11:52

Le gaullisme de Sarkozy : zéro pointé !


C'est clair pour le commun des mortels. Nicolas Sarkozy utilise le général de Gaulle pour redorer son blason.
Profitant de l'inauguration de l'Historial Charles de Gaulle ce vendredi 22 février, le Président de la République s'est octroyé une "parenthèse gaulliste" comme aiment à le faire remarquer les médias qui ont couvert l'évènement.
"Ce n'est pas le moindre des paradoxes de l'histoire de notre pays que d'avoir unanimement célébré la mémoire du grand homme alors que tout au long de son existence sa légitimité fut contestée" précise dans son allocution Nicolas Sarkozy, pensant ainsi positiver l'effondrement vertigineux de sa popularité dans les sondages d'opinion.

Mais, faut-il le rappeler, la légitimité du Général n'a jamais été contestée que par ses éternels adversaires des "féodalités" que le fondateur de la Vème république vilipendait dans le monde politique et syndical.
En toute occasion, et toujours, le général de Gaulle a bien pris soin d'emporter le soutien du peuple souverain. Battu le 27 avril 1969 lors du référendum sur la régionalisation et la réforme du Sénat, il a mis immédiatement un terme à son mandat. Une leçon de démocratie que nos élites politiques actuelles devraient méditer !

Nicolas Sarkozy peut affirmer sans cesse, et comme une excuse à sa trahison, que nul ne peut prétendre savoir ce que le Général dirait aujourd'hui de la situation de la France, mais il ne saurait ignorer ce que le fondateur de la Vème république a toujours refusé : mettre en œuvre une politique sans l'adhésion des Françaises et des Français.

J'ai souvent eu l'occasion d'émettre ici des réserves, bien plus, des critiques sur les initiatives et actions du Président Chirac : cohabitation, quinquennat, construction européenne, pour ne citer que les plus criantes. En revanche, j'ai pu apprécier à sa juste valeur la position qu'il a défendue dans l'affaire irakienne malheureusement toujours d'actualité. De même, s'il n'a pas tiré toutes les conséquences de son échec référendaire le 29 mai 2005 sur le traité établissant une constitution européenne, laisser le peuple se déterminer souverainement après un large débat contradictoire peut être mis à son actif.

Aussi :
- la politique "show-biz" du locataire actuel de l'Elysée et ses égarements verbaux de plus en plus nombreux dénaturent la fonction présidentielle ;
- la ratification du protocole européen de Lisbonne par les seuls parlementaires, véritable coup de force contre les Français, entame gravement sa légitimité ;
- l'alignement inconditionnel de sa politique étrangère sur celle des Etats-Unis met, en conséquence, un terme à la politique d'indépendance initiée par le général de Gaulle et poursuivie jusqu'aujourd'hui par ses successeurs ;
- sa volonté maintes fois affirmée d'intégrer les forces militaires françaises dans les structures de l'Otan contrairement à ce que le Général a décidé le 7 mars 1966 en sortant la France du commandement de l'Otan et en exigeant la fermeture immédiate des bases US sur le territoire national ;
- la transformation de notre propre texte fondamental qu'il nous concocte à partir du rapport Balladur, rompant les équilibres de nos institutions qui font la force de la constitution gaullienne ;

... représentent tant de ruptures profondes avec le gaullisme authentique qu'il m'arrive, chaque jour un peu plus, à regretter néanmoins la présidence de Jacques Chirac.


Alain KERHERVE
www.gaullisme.fr

toto 13/11/2006 17:30

c'est clair que le petit gros a tout intérêt que le gros haineux (tiens donc ! les haineux sont-ils tous gros ? ) se présente aux élections
dans le cas contraire il a trop la trouille que le menhir lui barre la route
- en faisant reporter les votes haineux sur un autre candidat
- en présentant systématiquement un candidat pour faire des triangulaires assassines au moment des autres élections

Tariec 13/11/2006 10:50

C'est loin d'étre gagné pour les 500 signatures du triste fasciste Le Pen ! Mais il est clair que Nabot 1er, roi des populo-fascistes, oeuvre pour lui comme personne d'autres (même Miterrand en son temps) !!

De toutes façon, si ce taré et son clan de franchouillards frustres et frustrés accéde au pouvoir, c'est la guerre civile !!!! Entre les deux tours de 2002, certains commencaient à penser à la clandestinité pour mieux lutter contre l'ordre nouveaux. Alors s'il passe, je vous prédis un chaos incroyable, le pays bloqué par les syndicats, des réglements de compte entre voisins, la (re)naissance de groupuscule terroristes divers et variés bref LE scénario catastrophe qui me fait penser au film "V" (Vendetta) à voir absolument pour comprendre comment passer d'une démocratie (fragile) à un état totalitaire !!

RSV !!!

Le sang coule, la démocrratie en danger... 12/11/2006 22:51

Prêt à tout, comme d'habitude le Nain.

" A quand un Nicolas Sarkozy Maoïste, Léniniste ou Pinochetiste ? "

En tout cas, Lepéniste, c'est déjà fait.

Et pendant ce temps-là (Non, PAS "au parti communiste" éhéh)le borgne vomit sur toute les chaines-propaganda, et se croit déjà dans la cour des grands (enfin dans la courSE aux signatures pour l'instant)et parle lui-même de se retrouver au second tour, grâce à la "lepénisation des esprits".

LA FAUTE A QUI ?????

RESISTANCE !!!
Le devoir de mémoire, c'est à faire dès 2007 en allant aux urnes.

andrushka 12/11/2006 13:01

Il est tellement pitoyable dans ses essais de grandeur que c'ent est pathétique. Et c'est ça qui veut diriger la France? ....nooooooooon!!!!

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy