Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2006 5 10 /11 /novembre /2006 11:57

Sarkophage vous le dit : Nicolas Sarkozy s'est trompé de vocation. Plutôt que de devenir président à talonnettes, il faudrait qu'il soit coupeur de têtes.

Dans le cadre de l'affaire Clearstream, affaire tout à fait transparente et ou les méchants sont forcément contre Nicolas Sarkozy, il a une fois de plus sorti la machette.

Sarkozy veut la tête de la femme de Lahoud

NOUVELOBS.COM | 09.11.06 | 16:53

Nicolas Sarkozy n'a pas digéré qu'Imad Lahoud, falsificateur présumé des listings bancaires Clearstream, affirme l'avoir rencontré deux fois, ce qu'il dément. En réaction, le ministre de l'Intérieur a demandé au ministre des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy de renvoyer Anne-Gabrielle Heilbronner, conseillère technique chargée du budget dans le cabinet du ministre, qui n'est autre que la femme d'Imad Lahoud, selon les indications d'une source proche du dossier, jeudi 9 novembre. Agée de 37 ans, Anne-Gabrielle Heilbronner est membre du corps de l'Inspection générale des Finances et est la fille de François Heilbronner, ancien directeur adjoint et directeur du cabinet du Premier ministre Jacques Chirac.

Philippe Douste-Blazy était d'accord pour exécuter l'ordre de Nicolas Sarkozy mais Anne-Gabrielle Heilbronner ne l'entendait pas de cette oreille. En effet, cette dernière a refusé de démissionner et était prête à aller au clash, quitte à ce que "l'affaire dans l'affaire" soit médiatisée. Par ailleurs, la même source a confirmé une des fameuses rencontres entre Nicolas Sarkozy et Imad Lahoud. Ce dernier aurait été reçu à Bercy par François Pérol, directeur adjoint de cabinet de Nicolas Sarkozy et ami des Lahoud, en juillet 2004. C'est à cette occasion qu'il aurait rencontré Nicolas Sarkozy

Sarkophage l'a toujours dit : il y a du Chirac dans le petit Sarkozy ! Ce côté vengeur démasqué est une marque de fabrique de la droite occupée à régler des comptes plutôt que les problèmes de la France. On s'occupe comme on peut ! 

Sarkozy chirac meme combat

Merci à emperorhadrien

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

sarkozy sarkostique bouton j'aime ca  Image Hosted by ImageShack.us

Partager cet article

commentaires

Décroissance 12/11/2006 23:04

Je suis très sérieux.
Bien sûr ce ne sont pas des coïncidences. Mais tous se sont servis des travaux de Marx, pour prendre le pouvoir et établir une dictature.
Pour certains c'est à relativiser, car Mao par exemple a eu le mérite au début de permettre aux Chinois d'avoir à manger. Il a très vite changé de comportement cependant.
Décrire ces hommes comme communistes est une des plus grandes propagandes de tous les temps. Ce n'est pas toi que je vise Aurélie par ces propos, je précise.
Ils ont utilisé la même stratégie qu'hitler, à savoir se faire passer pour ce qu'ils n'étaient pas. Leurs régimes n'étaient pas exactement identiques à celui d'hitler ou mussolini, mais en étaient néanmoins bien plus proches que d'un régime qu'on pourrait qualifier de communiste. Je les considère pour ma part comme des fascistes rouges.

Il y a une immense différence "dictature du prolétariat" et dictature d'un homme ou d'un parti politique.
Le mot dictature s'applique en toute rigueur à un seul homme, le tyran, ou à la limite un petit groupe. Donc lorsqu'on l'emploie pour un grand ensemble de personnes, il ne peut avoir la même définition. D'autant qu'il faut resituer le contexte. A l'époque, quand on parlait du prolétariat, une très grande partie du peuple était concernée. Il restait les paysans mais je ne pense pas qu'il les excluait en les considérant comme ennemis, mais plutôt parce qu'ils n'étaient pas directement impliqués dans la "lutte des classes". Pour moi le mot "prolétariat" était surtout utilisé pour exclure les puissants, qui exploitaient les ouvriers.
Dans cet esprit, on peut définir à mon avis la démocratie comme la dictature du peuple.

Marx se fait cracher dessus depuis très longtemps pour des crimes avec lesquels il n'a rien à voir. Rien dans ces écrits ne peut être évoqué par les soviétiques (ou autres) pour justifier leurs actes. Et j'exècre tous ces assassins, qui, en plus d'avoir fait endurer les pires souffrances à des millions d'humains, ont discrédité pour longtemps une idéologie qui n'a rien de criminel. Que ce soit staline, lénine, trotsky dans une moindre mesure ou les autres du même genre.
La majorité des personnes qui se disent communistes aujourd'hui ne fait pas référence à ces gens-là, j'en suis persuadé. Evidemment, car qui pourrait sérieusement souhaiter un régime meurtrier, dont les opposants sont éliminés et dans lequel aucune liberté n'a sa place, sinon celle de vouer un culte au chef ? Pas moi en tout cas, même si je me sens plus proche d'Yves Cochet que des communistes. Personnellement, je n'envisage pas le communisme autrement que dans un cadre démocratique et républicain.

Pour moi, l'un des seuls épisodes de l'histoire, sinon le seul (il y en a peut-être eu d'autres, mais difficile de le savoir puisqu'étrangement ni les médias ni l'école ne montrent un grand enthousiasme à nous parler de ces choses-là), où le communisme a réellement été appliqué, c'est pendant la Commune de Paris.
A noter d'ailleurs la répression dont les Parisiens ont été victimes à l'époque. Les conservateurs, effrayés, ont voulu leur faire passer l'idée de recommencer pour longtemps. Force est de constater qu'ils ont plutôt bien réussi.

Mais attention, il ne faut pas me croire sur parole. L'important est de conserver en toute circonstance l'esprit critique, quel que soit l'interlocuteur. Il ne s'agit que de mon opinion et tu as tout à fait le droit de penser autrement.
Je suis sincère dans ce que j'affirme, mais comme tout le monde je peux me tromper.

Après, la "dictature du prolétariat" est discutable. J'ignore ce que Marx voulait désigner exactement par là. L'expression est maladroite. Mais jamais il n'a prôné le meurtre, ou la suppression des libertés ou l'extermination des opposants.
Et puis il faut adapter les idées à l'époque contemporaine. On peut être communiste aujourd'hui sans suivre aveuglément le Manifeste du parti communiste. Je dirais même que c'est très souhaitable. Prétendre que Marx aurait imaginé un système économique et politique parfait, et qu'il suffit de l'appliquer pour obtenir le bonheur universel serait naïf, stupide et dangereux.

Aurélie 12/11/2006 21:39

Tu n'es pas sérieux Décroissance? Alors Mao, Ho Chi Minh, Castro, Lénine, Staline, Pol Pot, seraient des coïncidences? Tous ont appliqué l'idéologie communiste avec le succès que l'on connaît...

Décroissance 12/11/2006 21:05

staline était un dictateur, donc ne pouvait pas être communiste. Par définition, dirais-je même.

Le communisme s'inscrit nécessairement dans une forme de démocratie.

Aurélie 12/11/2006 17:36

@ Gd:
Il faut préciser quand même, malgré le rôle trouble joué par le Vatican dans la déportation des Juifs (au minimum de la complaisance), qu'Hitler et ses acolytes étaient hostiles à toute religion. Si cela avait été possible, il les auraient toutes interdites. Sans vouloir faire de conjonctures, il est probable que ça aurait fini par se faire si son régime avait duré plus longtemps.
D'autre part, moult catholiques et protestants ne se sont pas conformés aux consignes de leur hiérarchie et étaient des adversaires convaincus du régime...
Sujet glissant donc... Et je précise que je suis athée ;)

phiconvers 12/11/2006 15:47

@ Gd : cf encyclique Mit brennender Sorge (en allemand, traduit par Avec une vive inquiétude) est une encyclique du pape Pie XI. Publiée le 10 mars 1937, elle est datée du 14 mars, lue le 21 mars, dimanche des Rameaux et diffusée dans la presse le 22.

Adressée aux évêques allemands, et exceptionnellement rédigée en allemand pour faciliter sa diffusion et être lue dans les églises de ce pays (les encycliques sont presque toujours rédigées en latin), l'encyclique traite de la « situation religieuse dans l'Empire allemand », aux termes de son sous-titre. Elle déplore les violations du concordat de 1933 et condamne la doctrine nazie comme fondamentalement antichrétienne. En particulier, elle récuse le culte de la race et de l'État.

Signée par Pie XI, l'encyclique a été préparée en secret par les cardinaux Pacelli et Faulhaber, ce dernier étant archevêque de Munich. Afin de ne pas être interceptée par la Gestapo, elle fut transmise secrètement en Allemagne.

Suite à cette encyclique, des persécutions anti-catholiques prennent place en Allemagne. En mai 1937, 1 100 prêtres et religieux sont jetés en prison. 304 prêtres sont ensuite déportés à Dachau en 1938. Enfin, les organisations catholiques sont dissoutes, et l'école confessionnelle interdite.

Cela se passe de commentaires, je crois.

@ Decroissance : Communiste stalinienne, ce n'est pas un oxymore, disons qu'il s'agit d'une redondance...

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy