Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2006 4 13 /07 /juillet /2006 14:25

Notre immersion dans les relations Sarkozyennes se poursuit. Après Patrick Devedjan, c'est au tour d'Hervé Novelli.

Pas plus rassurant que le précédent !

--------------------------------------------

Hervé Novelli

Lui aussi ancien membre d'Occident, d'Ordre nouveau (successeur d'Occident, dissous le 28 juin 1973 pour troubles à l'ordre public, mais beaucoup plus proche du parti gaulliste qu'Occident) et du Parti des forces nouvelles (P.F.N., extrême droite favorable à la droite de gouvernement), M. Novelli reconnaît lui-même qu'il « sent le soufre ».

cf. Ras l'Front n° 58, octobre 1998 ; Le Monde, 28 mai 1998

Quoi d'étonnant à ce que M. Novelli ait obtenu le soutien du F.N. aux élections législatives de juin 1997, en échange d'un engagement à s'opposer au traité de Maastricht et à défendre la « préférence nationale » ? C'est qu'il ne récuse en rien son passé :

« Je n'ai pas un regret. Occident, c'était un anticommunisme dans lequel je me reconnais toujours. […] Ne tombons pas dans le piège de la béatification de l'extrême gauche et de la diabolisation de l'extrême droite. » cf. Le Monde, 13 février 2005

M. Novelli n'a rien d'un député de base dont le parcours relèverait de l'anecdote. Chargé des relations avec le Parlement pour la chambre syndicale de la sidérurgie parisienne, il s'occupe aussi la campagne du giscardien Michel d'Ornano à la mairie de Paris en 1977, - sûrement au nom de la neutralité politique hautement proclamée par le patronat. Il entre au parti républicain en 1986, devient chef de cabinet de M. Longuet, puis secrétaire général du Parti républicain à ses côtés *.

M. Longuet ne manifeste pas plus de regrets que son ami pour son passé à l'extrême droite activiste et raciste :

« Je connais depuis trente ans les qualités personnelles d'Alain Robert, son courage, sa générosité et son refus de tous les conformismes. Aux époques difficiles de la décolonisation et du communisme, ses qualités se sont exprimées par des jugements très actifs - trop, jugent certains, ce que, pour ma part, je ne pense pas. » cf. Le Monde, 25 mars 1993

Dirigeant d'Occident aux côtés de MM. Madelin, Longuet et Devedjian, M. Robert passa par Ordre nouveau, le Groupe union et défense (G.U.D., extrême droite étudiante) le fn puis le P.F.N., avant de rejoindre le bien à droite C.N.I. puis le R.P.R. (il est aujourd'hui au R.P.F. de M. Pasqua) : un homme très « actif ».

M. Novelli déplore que le F.N. et la droite ne se soient pas alliés plus souvent après 1988 et approuve vigoureusement les présidents de région élus grâce à l'extrême droite, comme M. Millon :

« Les gens y voient bien autre chose que la relation au fn. Ils ont apprécié le bras d'honneur. Le politiquement incorrect, c'est ce qui rapporte aujourd'hui. Le refus devient une attitude sympathique. » cf. Le Monde, 16 mai 1998

Délégué général de Démocratie libérale quand le Parti républicain prend ce nom après l'élection de M. Madelin à sa tête, M. Novelli est la cheville ouvrière de la convention nationale du 16 mai 1998, où D.L. fait scission de l'U.D.F. Il s'occupe alors des relations avec M. Millon et se retrouve au comité directeur du Club Idées-action, qui s'attache à rapprocher droite et extrême droite, sur le modèle italien (Ras l'Front, op. cit.).

Son refus de la construction européenne, n'est qu'un élément parmi d'autres d'une carrière très ancrée dans les idées d'extrême droite. Ce charmant personnage a aussi des idées libérales bien arrêtées en économie et une proximité politique avec M. Sarkozy de Nagy-Bocsa. Il est le coauteur du rapport dit Ollier-Novelli, prônant entre autre des privatisations massives pour réduire drastiquement le champ de l'intervention publique, dans la droite lignée de ce que fit Mme Thatcher au Royaume-Uni.

Le « sarkozyste » Hervé Novelli est désormais secrétaire national de l'U.M.P. chargé des fédérations, avec le non moins fidèle M. Estrosi (Libération, 14 décembre 2004).

* Soit dit en passant, il semblerait que M. Novelli soit aveugle, car son supérieur a été mis en examen pour sa participation personnelle au financement occulte du P.R., entre 1987 et 1992, mais pas lui. C'est étonnant comme le P.R. a compté d'aveugles.

Merci au contributeur rédacteur de ce texte (ce n'est pas Sarkophage !)

--------------------------------------------

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Bouton ca vous a plu du blog sarkostique le sarkozy blog satirique  Bouton reagir du blog sarkostique le sarkozy blog satirique  Bouton best off du blog sarkostique le sarkozy blog satirique

Partager cet article

Ecrit par Sarkostique Blog anti Sarkozy - dans Les amis de Sarkozy
commenter cet article

commentaires

albert dugenoux 11/05/2007 19:00

Minable, gerbant, je ne vois rien d'autre à dire sur l'auteur de l'article de Novelli.
Pour le connaître personnellement je ne retrouve aucune vérité dans ce que j'ai lu.
Vous parler du FN comment oublier que le FN a été pendant 14 ans le jouet de Mitterrand, et ce même mitterrand était ministre de Pétain.
Il faut arrêté d'avoir la mémoire courte.

Chieuvrou 24/09/2006 15:27

Il semble qu'il y ait une légère gourance dans votre texte sur Novelli : les cinquième, sixième et septième paragraphe ont trait en effet à un certain Alain Robert, qui vient comme un cheveu sur cette soupe déjà pas bien ragoûtante, le seul point commun entre les deux, outre le fait qu'ils sont l'un comme l'autre des Sarko-boys, étant qu'ils ont longtemps milité à l'extrême droite.
Une correction serait la bienvenue.

cobra 17/07/2006 23:18

ils sont violents ces petits jeunes anti sarko, j'en temblerais presque :)

Tariec 15/07/2006 10:33

Alors vivement la baffe...

Résistance !!

toto 14/07/2006 19:18

"Jusqu'où irons-t-ils .../... ?"
jusqu'au jour où ils prendront une baffe !

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy