Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2006 5 16 /06 /juin /2006 06:50

Le petit Nicolas Sarkozy a de plus en plus de mal à se cacher derrière l'écran de fumée qu'il a savamment mis en place depuis quelques années. Son incompétence criante est de plus en plus visible. Il suffit d'ouvrir les yeux, d'éteindre TFN, et de se remettre au vélo.

Voici une analyse qui ne laisse aucun doute sur Sarkozy Le Zorro de la Tolérance Zero :

-------------------------------

Il n'aurait pas roulé des mécaniques, il n'aurait pas annoncé, répété, ressassé qu'avec lui on allait voir ce qu'on allait voir. Il n'aurait pas joué de la matraque et du Flashball. Il n'aurait pas promis qu'attention, il allait nettoyer tout ça au Karcher. Alors on aurait accueilli avec équanimité le bilan des quatre années de Sarko comme premier flic de France. Un ministre de l'intérieur pareil aux précédents, légèrement plus à droite qu'un Chevènement ou un Vaillant, qui pousse un peu plus que les autres ses troupes à faire du chiffre, et vante ses bons résultats tout en disant qu'il y a encore fort à faire : rien que du classique.

Mais là, l'homme qui promet la tolérance zéro a beau multiplier les chiffres rassurants, voyez comme j'ai bien bossé, en un an le nombre de crimes et délits a baissé de 8,8% (mais il en reste quand même 3,7 millions !), applaudissez ma police, elle élucide 9% d'affaires en plus que l'an dernier (mais le taux d'élucidation n'est guère que de 33%, ce qui signifie que deux affaires sur trois ne sont jamais résolues), félicitez moi, je mets beaucoup plus de gens en prison qu'auparavant, 22,9% en plus, c'est magnifique, oui, il a beau fanfaronner et passer sous silence les trois semaines d'émeutes de novembre dernier, les pires que la France ait connues depuis des lustres, il y a quand même un résultat qu'il n'a pas pu glisser sous le tapis : en cette dernière année de Sarkozysme effréné, les atteintes aux personnes ont grimpé de 8%. C'est à dire, grosso modo, autant que chacunes des dix années précédentes : entre 1996 et 2005, en effet, ces atteintes ont augmenté de 80%.

Du coup on n'en revient pas. Quoi ? Toute cette agitation sarkozyenne pour si peu ? Jamais on n'a vu un ministre de l'intérieur en faire autant, arpenter ainsi "le terrain", sauter d'un commissariat à un "quartier prioritaire", sermonner les magistrats, menacer la racaille de ses foudres, répéter sur toutes les chaines télé, "Je ne tolérerai pas", "Je ne trouve pas admissible", "Je m'engage à" et les yeux dans les yeux des caméras promettre que ca va changer, ça va s'améliorer radicalement, croyez moi, car moi, "Jai l'habitude de faire ce que je dis et de dire ce que je fais".

Tout ça pour ça ... Quatre années comme premier flic de France et un résultat aussi, disons, mitigé. D'où cette impression bizarre : et si sa rupture c'était de la confiture ? Ce sarko ne serait-il pas, au fond, l'héritier d'un type très doué lui aussi pour brasser du vent ?

Le Canard Enchaîné - 14.06.2006

---------------------------------------

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Partager cet article

Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Ce qu'ils pensent de Sarko
commenter cet article

commentaires

Tariec 18/06/2006 11:18

Cnam : "Et pourquoi ne pas regarder à l'étranger ce qui marche et ce qui ne marche pas,"

"Regarder à l'étranger" est une chose mais museler les citoyens français par des compratifs merdiques en est une autre. Bien sur que l'étranger peut nous apporter des début de réponses, des pistes de réflexions, mais pas n'importe lesquelles. Style "tolérance 0" à l'américaine qui est un simple échec. Dire, quand il y a des renvendications sociales, "regardez les Chinois et fermez là" c'est à mon sens une méthode classique pour démonter toutes revendications. C'est là dessus que je voulais appuyer car l'entendant de plus en plus dans les bouches fétides de certains politiques de droites !

"à force de vouloir l'égalité, ça n'a fait que détruire le système publique et favoriser l'essort du privé"

Donc le concept d'égalité quant à l'éducation nationale est un frein ? supprimons l'égalité ? Je te renvois ta question : "que proposes tu ?"

john 18/06/2006 09:22

samedi 17 juin 2006, 19h52

USA: Un universitaire remet en cause la "tolérance zéro" de Sarkozy

Par Mira OBERMAN



CHICAGO (AFP) - La "tolérance zéro" invoquée par le ministre français de l'Intérieur Nicolas Sarkozy dans sa lutte contre la criminalité en banlieue pourrait conduire à l'inverse du résultat recherché et faire augmenter les tensions, selon une étude réalisée par un universitaire franco-américain.
Pour Bernard Harcourt, 43 ans, professeur de droit à l'université de Chicago, le choix de lutter contre la petite criminalité quotidienne dans l'espoir de décourager la grande est "dangereux".
"On s'appuie sur une politique qui ne fait baisser ni les meurtres ni les vols et on gaspille les ressources (policières). Les relations de plus en plus tendues entre la police et les populations dans les quartiers favorisent aussi un embrasement de la situation" comme lors des émeutes de banlieue en France, dit à l'AFP M. Harcourt qui a mené une étude approfondie de cinq grandes villes américaines.
Dans un essai récent, intitulé "L'illusion de l'ordre: incivilités et violences urbaines, tolérance zéro?", paru aux éditions Descartes et Cie en France, et Harvard University Press aux Etats-Unis, il établit un parallèle entre les Etats-Unis et la France.
"J'essaie de montrer que l'expérience des villes américaines souvent citées en exemple en France pour justifier la politique de tolérance zéro n'est soutenue ni par les faits ni par les statistiques", dit-il.
La "tolérance zéro", invoquée par Nicolas Sarkozy, découle de la publication en 1982 de la théorie des "fenêtres cassées" selon laquelle pour faire baisser la criminalité, il faut d'abord s'attaquer aux désordres urbains mineurs, des graffitis à la mendicité en passant par la réparation des fenêtres cassées.
Selon M. Harcourt, ce concept, popularisé par l'ancien maire de New York Rudy Giuliani crédité d'avoir "nettoyé" sa ville de cette manière, s'attaque aux symptômes et pas aux causes du problème.
Le chercheur fait valoir que la baisse de la criminalité constatée alors à New York (-60,1% sur les vols entre 1993 et 1996) ne faisait en réalité qu'accompagner une tendance identique à l'échelon national. Selon lui, elle est due surtout à la fin de "l'épidémie" de crack, toute une génération de jeunes y ayant renoncé après avoir été témoin de ses ravages.
Il souligne qu'à Los Angeles, la chute du pourcentage de vols a été la même qu'à New York dans le même temps, avec des moyens en hommes inférieurs dans une police engluée de corruption.
Le chercheur ajoute que dans le même temps, les plaintes pour bavures policières ont augmenté à New York de quelque 68%. Il cite le cas de personnes désarmées abattues par la police, ou celui d'un homme battu et agressé sexuellement par la police.
Tous les procès et les 190.000 arrestations qui ont suivi à l'intérieur de la police, ont coûté quelque 400 millions de dollars, selon lui.
L'un de ses arguments les plus probants porte sur le suivi de 4.600 familles à très bas revenus vivant dans des quartiers violents de cinq grande villes (New York, Los Angeles, Chicago, Baltimore et Boston) à qui l'on a donné la possibilité de déménager dans des quartiers plus calmes pour échapper au cycle de la violence.
Trois à cinq ans plus tard, l'étude montre qu'il n'y a aucune différence de taux de criminalité entre ceux qui sont partis et ceux qui sont restés dans les quartiers.
"Vivre dans un quartier calme n'a pas changé les comportements comme nous l'aurions pensé" dit le chercheur.
Créer l'apparence de l'ordre est important, dit-il, mais si l'on se sert de la police pour régler des problèmes sociaux, au lieu de s'attaquer à la vraie criminalité, on utilise mal ses ressources limitées. Selon lui, la criminalisation des problèmes sociaux ne sert qu'à exclure un peu plus des cohortes de gens déjà marginalisés.
"Il devrait y avoir une police plus ciblée sur les crimes sérieux" comme "la drogue et les gangs".

mylouse2 17/06/2006 13:13

Le problème de l'éducation nationale est beaucoup plus compliqué que ça.
Pour ma part,je pense que réduire les budgets comme ils le font depuis des années est une grossière erreur.

De plus en plus de profs vacataires,donc de moins en moins de titulaires,déjà,cela pose problème pour le suivi d'un programme scolaire annuel.
De moins en moins de personnel d'encadrement.2 ou 3 pions ne suffisent pas pour une cour de récréation de 500 à 600 élèves(et là je reste sympa au niveau des chiffres).
Certains établissements voient l'année commencer et se terminer sans assistante sociale.

C'est pour moi l'un des problèmes,mais c'est encore une explication bien maigre.A mon avis,le problème de l'éducation nationale en France ne se résume pas en quelques lignes,c'est au moins un bon sujet de thèse...


cnam,d'après les petites discussions que l'on a pu avoir hier,je trouve que tu es quelqu'un,certe avec des idées et opinions différentes mais avec qui l'on peut discuter.
En tout cas,je n'ai pas perçu d'idées racistes...

Relis les interventions de phiconvers.C'est un mec de droite comme il nous en arrive souvent de voir ici.
Dis-moi simplement ce que tu penses de ça stp,ça m'interesse vraiment.

cnam 17/06/2006 12:47

Mais propose donc des solutions, c'est tellement facile d'être contre tout et de demander tout à l'état.
Et pourquoi ne pas regarder à l'étranger ce qui marche et ce qui ne marche pas, est-ce notre nombrilisme légendaire qui nous empêche de voir ce qui se passe à côté de chez nous, et oui c'est fini, maintenant il faut vivre avec le reste du monde.
Je pense que le nivellement par le bas est surtout l'apanage de NOTRE gauche (pas celle des autres pays qui a bien évoluée), y'a qu'à voir dans quel état est notre éducation nationale, à force de vouloir l'égalité, ça n'a fait que détruire le système publique et favoriser l'essort du privé.

Tariec 17/06/2006 08:49

"Ensuite je ne vois pas en quoi le fait que les personnes issues des pays dont tu parles sont maltraitées serait une excuse pour les maltraiter ici".

Complétement Youkaidi, mais dans leurs esprits étroits, ça coince...dur !

Un peu comme ceux qui nous disaient "le CPE ? c'est mieux que rien". Dans ce monde en mutation profonde mais surtout dans notre pays dés qu'il s'agit de parler respect/éducation/drogue/sexualité/religion/etc.nos droitistes (et autres d'ailleurs)nivellent par le bas, relativisent en prenant les pires exemples. Bref pour nous maintenir la tronche boder-line (sur le fric/boulot/famille) ils descendent toujours la barre histoire que nous ne soyons pas trop exigeant car le "regardez à l'étranger et cessez de vous plaindre" fuse dés que des revendications se font entendre. Je pointe cela comme faisant partie de LA méthode de cette droite dite "décompléxée"...pour ne pas dire populiste !!

Et les soldats serviles de ce courant de pensée poisse reprennent eux aussi cette forme de tournure intellectuelle qui tronque le débat, l'échange...par des comparatifs à deux balles !

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy