Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2006 3 12 /04 /avril /2006 16:04

Sarkophage s'est déjà fendu de communications sur les méthodes de la police de Sarkozy et sur les choix graphiques parfois douteux ...

Aujourd'hui il ne résiste pas au plaisir de soutenir le travail admirable des pandores de France et de Navarre.

Le résultat est au delà des espérances ! Sous le règne de Karcher 1er, les plaintes contre les  violences policières ont augmenté de 10%. Une paille sur la joue des suppliciés !

La CNDS (Commission Nationale de la Déontologie de la Sécurité) relève dans son rapport, par exemple :

Elle cite le cas d'un garçon de 15 ans, menotté pour un doigt d'honneur lors d'une visite présidentielle à Marseille, gardé trois heures et qui s'est plaint de violences et d'insultes racistes, jugeant "hautement disproportionné" le traitement "musclé" de cette affaire.

Coups de poings et pieds, torsions des menottes, non respect de la dignité, refus de soin ou d'avocat, la commission a aussi noté de nombreux manquements lors des reconduites à la frontière d'étrangers.

Elle cite le cas d'enfants mineurs placés dans un centre de rétention à Toulouse en tant qu'"accompagnants" de leurs parents alors que le centre ne disposait pas d'espace pour les familles. Ou encore celui d'un nourrisson d'un mois né en France, retenu avec sa mère d'origine somalienne dans un véhicule de la PAF (police des frontières) "pendant près de huit heures sans eau ni nourriture".

Remarquez, il ne faut pas oublier que le petit Nicolas Sarkozy est le champion des défenseurs des droits de l'homme, comme a pu le vérifier Alvaro Gil-Robles.

Il est vrai que la police de Sarkozy n'use pas du Karcher. Il faut vivre avec son temps !

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Partager cet article

commentaires

kostyks 16/04/2006 23:33

Un policier courageux s'exprime sur les dérives policières ... : http://egesite.free.fr/police.wmv

Tariec 14/04/2006 11:40

Il y a déja deux ans, la LDH avait déclaré que l'état français était passé d'un "état de droit" à un "état plicier" ! Le rapport d'hier ne fait qu'enfoncer le clous et "l'autre", Michey, de rester droit dans ses bottes...

Virons les populo-fascisants de ce pays, virons les...vite !

kostyks 14/04/2006 00:43

J'en rajoute un ... le même, plus complet :
http://www.lexpress.fr/info/quotidien/actu.asp?id=3354

john 14/04/2006 00:25

Merci pour le lien EosReia !
Je crois qu'il est important de le reprendre entièrement:

"La LDH dénonce des "dérives des politiques publiques" en France :

PARIS (AFP) - La Ligue des droits de l'Homme (LDH) met en garde contre "la régression" des droits en France et des "dérives des politiques publiques", à un an de l'élection présidentielle en 2007, dans son rapport 2005 présenté jeudi à Paris.

Dans son rapport, la LDH passe en revue les événements qui l'ont interpellée en 2005 et publie également un dossier sur les droits des femmes.

L'inquiétude majeure, au coeur du rapport, est la "dérive sécuritaire", attribuée au ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, dont la LDH dit craindre les ambitions politiques pour 2007.

"Le changement de gouvernement intervenu en juin a aggravé les dérives sécuritaires et xénophobes qui tentent trop de dirigeants et de forces politiques dans ce pays", écrit le président de la Ligue Jean-Pierre Dubois. "En particulier le retour au ministère de l'Intérieur d'un candidat permanent à l'élection présidentielle (...) a accéléré l'application d'orientations inacceptables aussi bien sur le plan de la politique de l'immigration que dans la mise en scène de la gestion policière des quartiers populaires et des banlieues", poursuit-il.

La crise dans les banlieues en novembre 2005 est l'un des révélateurs majeurs de ces "dérives" selon la LDH.

Lors des violences urbaines de 2005, "des peines très lourdes" ont été infligées, alors que 60% des prévenus n'avaient jamais été condamnés: "2.787 personnes interpellées, plus de 600 incarcérées", dénonce la LDH. Les sanctions ont concerné surtout des jeunes de 16 à 25 ans issus de l'immigration, souligne la Ligue.

Outre la "violence judiciaire", "chacun peut apprécier la violence symbolique du recours non nécessaire à l'état d'urgence, c'est-à-dire à une forme d'état d'exception qui renvoie à la guerre d'Algérie et à l'affaire d'Ouvéa", poursuit la LDH.

Le "tout sécuritaire" se lit aussi dans les réformes du gouvernement. Et de citer le programme Identité nationale électronique et sécurisée (INES), qui doit être présenté au Parlement en juin. Il équivaut, selon la Ligue, à la "mise en place d'un outil de surveillance généralisée de toute la population et place la société française sous la mainmise de la police comme jamais auparavant".

La justice contribue à cette évolution, estime la LDH: au 1er décembre 2005, sur 59.241 personnes incarcérées en France, 21.033 étaient présumés innocentes, en détention provisoire. Le nombre de places dans les prisons est passé à 51.195 contre 49.601 en 2004, et la population des mineurs détenus à 808 contre 637, précise le rapport.

Premières victimes de cette politique: les étrangers et les sans-papiers dont "la traque a pris une ampleur et un rythme réellement sans précédent", estime la LDH.

La Ligue s'inquiète, par ailleurs, de l'extension de la précarisation en général en France. A commencer par le "déficit structurel de logements": plus de trois millions de sans-logis et mal-logés. Il faudrait construire environ 300.000 logements de plus par an, selon elle.

La LDH déplore aussi la "déstabilisation du système de protection sociale" et le manque de réformes adaptées pour lutter contre le chômage. Elle regrette notamment la création du Contrat nouvelle embauche (CNE) qui remet en cause le contrat à durée indéterminée, "seul statut juridique réellement protecteur du salarié".



john 14/04/2006 00:14


Ce qu'il ne faut certainement pas faire dans un conflit social, c'est d'appliquer la méthode Sarko et "d'infliger des "peines exemplaires" aux "casseurs"." !

N'oublions pas que la guéguerre pitoyable que se sont livrés Villepin et Sarkozy a eu notamment pour conséquence d'instaurer un climat de violence rarement vu en France.

Nombre de jeunes, pour simplement avoir voulu manifester se sont vu molester et parfois arrêtés arbitrairement. Beaucoup de jeunes, non seulement dans la lutte contre le CPE mais également dans les émeutes des banlieues, ont écopé, la grande majorité sans casiers judiciaires, de la prison ferme, allant parfois jusqu'à 9 mois.
Certains d'entre eux, rentrés en prison comme 'petits délinquants', en sortiront, encore plus frustrés, plus haineux... par les lourdes peines encourues, adeptes du grand banditisme, kamikazes endoctrinés pour des causes obscures, ou tout simplement... IRRECUPERABLES !
Maintenant que le conflit sur le CPE se termine, il faut que Jacques Chirac amnistie l'ensemble des manifestants et émeutiers engagés dans la lutte contre le CPE et celle des banlieues !


NON A L’ACHARNEMENT REPRESSIF !
AMNISTIE DES JEUNES ANTI-CPE

Signer la pétition sur le site :http://www.humanite.fr/

Voici le texte et les premiers signataires:

"Pendant deux mois, notre pays a connu une mobilisation exceptionnelle pour exiger le retrait du CPE. Les millions de lycéens, d’étudiants, de salariés engagés dans ce mouvement ont finalement obtenu gain de cause. Or, des milliers de jeunes, interpellés lors des manifestations de ces dernières semaines alors qu’aucun de leurs agissements ne peut être assimilé à un comportement de « casseurs », sont condamnés à la chaîne par les tribunaux. Cet acharnement répressif est d’autant plus inadmissible que les exemples abondent qui révèlent l’injustice et l’arbitraire de ces arrestations et le plus souvent de ces condamnations. Alors que le CPE a vécu, il serait totalement incompréhensible que le pouvoir continue à vouloir faire payer sa défaite aux jeunes engagés dans ce mouvement. Nous demandons l’arrêt de toutes les poursuites engagées contre des jeunes anti-CPE et l’amnistie des peines déjà prononcées à leur encontre.

Premiers signataires : Cédric Clérin (MJC), Razzye Hammadi (MJS), Bruno Julliard (UNEF), Tristan Rouquier (FIDL), Karl Stoeckel (UNL), Patrick Le Hyaric (directeur de l'Humanité), Pierre Laurent (directeur de la rédaction de l'Humanité), Nicole Borvo (sénatrice, PCF), Jean-Pierre Dubois (président de la Ligue des droits de l'homme), Maryse Dumas (CGT), Frédéric Dutoit (député, PCF), Fondation Abbé-Pierre,Henri Leclerc (avocat, président d'honneur de la Ligue des droits de l'homme), Dominique Noguères (avocate), Irène Terrel (avocate), Michel Toubiana (président d'honneur de la Ligue des droits de l'homme)Jean-Jacques de Felice (avocat), Mouloud Aounit (MRAP), Jean-Claude Amara (Droits devant), Jean-Baptiste Eyraud (DAL), Charles Hoarau (comité chômeurs, CGT des Bouches-du-Rhône)."

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy