Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2008 7 30 /03 /mars /2008 17:01

Plutôt que de longs discours lénifiants, dans la grande tradition française, écoutons avec beaucoup de plaisir un résumé de la prestation du mari de Carla Bruni au pays des Anglois.

Cela vaut un sacré détour et il serait on ne peut plus dommage de s'en passer. Tout ceci étant possible grâce à un phénomène musical : La Chanson du Dimanche.


Et pour ceux qui en veulent encore, il faut regarder "Nicolas et Rachida". C'est bon non ?!


 
Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Partager cet article

Ecrit par Sarkostique le blog anti sarkozy - dans Sarkosons et Sarkovideos
commenter cet article

commentaires

TYGER 02/04/2008 21:12

merci Sarkophage pour cette fraicheur sur ce blog par l'entremise des deux comparses de la Chanson du Dimanche... sont impayables ces deux là

j'avais pas encore eu l'occasion d'entendre cette dernière "au pays d'Elisabeth"...

MDR : "le lutin il parle british comme un âne"... ils ont osés... mouarf... c'est tellement vrai...

Louis de Saint-Aout 31/03/2008 17:32

Mon commentaire......... sans musique
sur...http://www.louis.over-blog.org/

Louis de Saint-Aout 31/03/2008 17:30

Mon commentaire....sans musique
sur..........http://www.louis.over-blog.org/

Bernie 31/03/2008 14:48

Je voudrais faire deux petites remarques et deux grandes :

La première est à propos du fait que notre Imperator aurait une famille recomposée. On n'avait pas été officiellement présentés avant l'élection (Oui ! Bonjour ! Voici mes deux fils issus de mon premier mariage terminé par un divorce, et voici les deux filles issues du premier mariage de ma femme qui s'est terminé par un divorce, mon fils, mon épouse. Bonjour, enchanté. Enchantée, enchantés) mais il avait déjà été question de Jean Sarkozy à propos de l'histoire du scooter avant les élections. Le fils qui s'était fait voler son scooter ne pouvait pas être le petit de 8 ans, donc c'était un fils d'un premier lit..... Non ? Nous le savions. A condition de réfléchir un petit peu.

La seconde est à propos du "Montblanc" qu'offrent les Allemands. Je doute que ce soit Angela Merkel qui soit à l'origine du cadeau. Moi je vois une dame qui est serviable et qui fait passer le cadeau, mais qui n'a pas l'air spécialement de comprendre. Mais par contre, le grand mec à moustaches à droite, il est vachement content de son coup et on se doute qu'il se fout ouvertement de N Sarkozy.

Et cela m'amène à la première grande remarque : c'est que ce n'est pas neutre, cette histoire d'immaturité. Par exemple, au jugé, par rapport à l'Allemagne, puisqu'il en est question. L'Allemagne réunifiée et au centre géographique de la Nouvelle Europe a beaucoup moins besoin de la France qu'auparavant. En plus, elle a réussi la merveilleuse transformation du mark en euro. Et donc la politique de l'euro arrange avant tout la politique économique de l'Allemagne (je sais, c'est interdit de le dire, mais c'est indéniable). Ce pays se trouve actuellement en position de force : il n'a strictement rien à faire pour continuer d'assurer sa domination sur l'Europe. Donc il faudrait à la France, pour contrer cette politique, quelqu'un de très malin, un grand stratège comme l'était Mitterrand, ou Chirac qui s'était fait tellement secouer la tête par son prédécesseur qu'il avait fini par comprendre. Et donc quelqu'un de très mûr. Qui réfléchit et qui n'est pas en train de courir partout. Imaginez qu'il faille discuter de quelque chose d'important.
Allez, au hasard, imaginons par exemple que quelqu'un de malin ait l'idée, pour contrer l'influence de l'Allemagne, de créer un marché méditerranéen.
Ce marché, cela ferait pièce à l'influence géographique de l'Allemagne, cela replacerait la France dans la lutte d'influence, permettrait de récupérer le coup avec la Turquie et reboosterait la France. Je vous passe les détails politiques et stratégiques. L'autre Nicolas (Dupont- Aignan) les explique mieux que je ne pourrais le faire.

Eh bien, je pense qu'Imperator est trop immature pour pouvoir tenir ce coup-là. Surtout face à A Merkel qui a grandi en RDA où, contrairement à Neuilly, les circonstances voulaient qu'on n'avait pas très longtemps des problèmes de maturité.
Oui, je sais, je rigole, je sais qu'effectivement, il a lâché l'affaire.
Personnellement, j'adore les Allemands, surtout les Grünen, et Berlin est la ville que je préfère hors de l'hexagone. Je n'aurais pas aimé devenir nazie, mais être allemande ne me dérangerait pas plus que cela.
Je doute toutefois que l'objectif de l'électorat de notre Imperator soit de vivre dans une Europe allemande. C'est pourtant ce qui est en train de se dessiner sérieusement.

Mais on a ce qu'on mérite. Ne pas aimer les étrangers et penser que ce sont toujours les autres qui doivent changer, et voter en fonction de cette seule donnée pourrait faire qu'on se retrouve les pauvres étrangers de d'autres étrangers qui sont bien plus malins que nous, ne s'embarrassent pas de préjugés stupides et élisent des dirigeants qui ont un minimum de maturité.

Et moralité : pour vos enfants, Allemand en première langue.

J'ajoute que ce n'est qu'un exemple, mais c'est toujours comme cela. NS tient sur des billevesées d'amour-propre, et il lâche des trucs énormes qui nous engagent sur des décennies.
Mais comme j'ai l'esprit très joueur, je pense que ça vaut le coup de continuer à regarder, parce que comment un pays réussit à s'enfoncer autant en aussi peu de temps, ce sera un contre-exemple lumineux pour les générations du futur.
Le feuilleton, ce ne sera pas Dallas, c'est la Chute de la Maison Usher.

La seconde grande remarque est à propos de "l'animal politique". C'est à la mode maintenant de dire que c'est parce qu'il est très doué que l'Imperator est devenu Président Et c'est l'argument de Guiral à un moment.
Moi je n'en crois pas un mot. Je pense que c'est quelqu'un qui est seulement un démagogue dans son sens littéral, c'est à dire quelqu'un qui est allé chercher des pulsions très négatives dans une partie de l'électorat. Je me souviens que Val avait fait un éditorial en ce sens dans Charlie tout de suite après son élection, et je pense que c'est encore d'actualité.
Et qu'en plus, il avait joué sur un ressort que Badiou appelle pétainiste mais qui fait appel à quelque chose de beaucoup plus fondamental dans les instincts humains : N'ayez pas peur, inutile de continuer à penser, ne pensez plus, le Grand Chef va se charger de tout. Vous n'aurez plus à penser à vos problèmes personnels et collectifs. Je me charge de tous ces problèmes. Et on a oublié à quel point ces données étaient importantes dans cette espèce de débat parce qu'il avait persuadé (comment ?) tous les journalistes qu'il était une sorte de sauveur.
Et il y a eu une sorte de sidération des pro-sarkozystes qui étaient beaucoup dans cette logique, et des autres, qui n'y comprenions absolument rien et ne comprenons toujours pas pourquoi il a été élu dans la mesure où nous pensons que justement, dans ce nouveau monde, il nous faut tous réfléchir pour agir. Et ça rend encore certains anti-sarkozystes furieux.

On a assiste, j'en reviens au débat entre Guiral et DS, à une discussion entre d'une part quelqu'un qui est encore tout secoué d'avoir été et d'être encore dans ce maelstrom où l'émotionnel, la démagogie ont rendu le combat pour simplement rester soi-même une sorte d'impératif de survie. Et il y avait si peu réussi qu'on avait l'impression un peu avant les élections chez les anti-sarkozystes que même Libé et Le Monde étaient pro-sarkozystes. D'ailleurs, certains @sinautes s'en font l'écho sur le forum quand ils expliquent que seule Marianne avait résisté. Et en face DS qui évidemment raisonne sereinement, surtout après coup, et après que cette sidération ait disparu de l'opinion publique, puisqu'il pense qu'il faut réfléchir pour agir et qui n'en revient pas de ce qu'on lui raconte.

Mais j'avais lu la chronique de DS qui est à l'origine de ce débat dans Libé, et j'avais bien aimé le raisonnement, mais je pense que ça n'aurait rien changé à l'élection, parce que je le répète, les ressorts étaient ailleurs : quand on joue sur des ressorts démagogiques ou j'irais jusqu'à dire ataviques, le raisonnement ne rentre pas en ligne de compte. Peu importe que celui qui agite ces ressorts soit mûr ou pas. Au contraire, son immaturité est une donnée de l'agitation.

Bon ! Maintenant que je vous ai bien rabattu le moral avec Oui Oui en Allemagne et Tintin en Démagogie, je dois dire que pour moi, ce débat était plus intéressant par ses non-dits (Guiral n'a absolument pas compris ce qui lui est arrivé. Il en revient encore moins que DS, mais il est persuadé d'avoir fait ce qu'il y avait à faire) que par lui-même.
Même s'il pose bien le problème de l'immaturité : agir et ensuite réfléchir.

Melly 31/03/2008 01:52

moi, je l'appellerais le "marri" (avec deux r) de Carla !
Marri
marri: Adj, affligé, désolé de.

le marri mari ou le mari marri ! hi hi hi

pas une petite affiche détournée de Carla déguisée en bonne-soeur, qui fait la révérence à la Reine ?

allez, un petit effort !

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy