Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 19:26
On savait déjà que Sarkozy ne servait pas à grand chose (sauf pour la presse pipole et les vendeurs de montres hors de prix), on sait maintenant que la fonction de VRP ne lui va pas du tout.

Sarkozy sarkosi sarkosy sarkozi sarko cecilia president sarkostique nu nue sexe carla bruni fillon ump cecilia elysee inde
Merci à Delucq

Et pourtant il voyage (il a déjà fait l'équivalent de 10 fois le tour de la terre) beaucoup. Avec moult avions et invités privilégiés. Cela coûte très cher mais ne rapporte pas grand chose.


Son voyage en Inde est une illustration de son incapacité à convaincre. Il n'est pas difficile de comprendre qu'il est attendu de très loin depuis ses frasques sentimentales. Comment être crédible quand on fait la une des magazines pipoles ? On ne le peut pas.

Le passage en Inde sera donc touristique et diplomatique. Autrement dit un voyage pour rien. Il faut dire qu'il a tout fait pour que cela se passe mal. En faisant lanterner les indiens sur la venue ou non de sa nouvelle conquête qui pose nue, en ne passant là bas que quelques heures, alors qu'un voyage comme celui ci devrait se faire sur plusieurs jours.

Sarkozy sarkosi sarkosy sarkozi sarko cecilia president sarkostique nu nue sexe carla bruni fillon ump cecilia elysee inde
Merci à Snut

Les français sont pour beaucoup ignorants de l'image pourrie qu'il traine avec lui à l'étranger. Sans doute parce que la presse française, dans sa grande liberté et objectivité a oublié de rapporter certaines réalités. Chose qui n'arrive pas chez nos amis étrangers. Sarkozy est vu au mieux comme un courreur de jupon frustré, au pire comme une adolescente de treize ans aux commandes d'une puissance nucléaire (lisez Courrier International, vous verrez !)

Sarkozy sarkosi sarkosy sarkozi sarko cecilia president sarkostique nu nue sexe carla bruni fillon ump cecilia elysee inde
Merci à Snut

On peut imaginer qu'à ce rythme il restera de plus en plus à la lanterne ou se ménagera quelques voyages dans les commissariats de France. Parce qu'il ne peut même pas se rendre en banlieue dans son pays ! Il risquerait de finir en omelette sur patte ou en cible à crachats.

Sarkozy sarkosi sarkosy sarkozi sarko cecilia president sarkostique nu nue sexe carla bruni fillon ump cecilia elysee inde
Merci à Bauer

Cela fera au moins quelques économies sur le budget de l'état. La France est en faillite. Supprimons les voyages touristiques inutiles !

 

  

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Partager cet article

Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Un président en toc mais bling bling
commenter cet article

commentaires

Benoit 28/01/2008 17:21

très drôle et ma fois très bien fait.

Par ailleurs, je signale le blog d'un journal simpa que quelques amis à moi ont faits :
http://lejournalpandore.blogspot.com/

bonne continuation

deun 28/01/2008 12:28

CHOSE PROMISE ;-)

SCIENTIFIQUEMENT INCORRECT
Dimanche 27 janvier 2008
Théorie inédite: Proportionnalité biologique et expérimentation proportionnelle


Chapitre premier

Quelle forme a l’univers? Nous ne le saurons certainement jamais. Même si notre étoile ne devenait pas une Nova, désintégrant au passage la planète Terre, même si notre espèce colonise d’autres planètes et survit à la disparition de notre belle bleu, même si le big-cruch est une théorie erronée et que l’univers continue à se répandre ou se mettait à stagner(force égale entre la masse critique et la gravitation), et malgré les avancées formidables que connaîtront la science et la cosmologie remontant même au plus profond de l’univers, donc à une période proche de la création de l’espace et du temps, nous serons toujours dépassé par les énigmes que sont la création elle même, le « point de départ », la forme et les contours de cette univers gigantesque et abstrait qui nous entoure.Connaître les limites de l’univers, sa forme exacte, sphérique ou autre « selle de cheval »-d’après les propres termes des scientifiques-, revient à répondre à la question cruciale que l’homme se pose depuis toujours:-qui sommes nous et d’où venons nous?L’infiniment grand et l’infiniment petit pourraient se résoudre en une seule équation qu’est l’équation ultime. Une question se pose alors: qu’est ce qui est grand, qu’est ce qui est petit? Et surtout où se situe l’homme dans ces données d”espace et de temps? Par rapport à la vie microbienne, nous sommes des géants, des monstres qui doivent d’ailleurs paraître immobiles, figés, “à la vue” des microbes s’ils avaient les moyens techniques de nous observer. En revanche, par rapport aux nébuleuses, amas de galaxies et autres constellations, la terre donc les hommes ont la taille de minuscules particules qui observent à leur tour d’immenses réactions en chaînes qui nous apparaissent alors immobiles, sclérosées et n’ont de valeurs réelles de mouvements que sur plusieurs millions ou milliards d’années.

Outre les dimensions issues de la théorie des cordes, les dimensions confirmées que nous connaissons sont au nombre de 4(3 d’espace et 1 de temps), c’est une des données de la relativité, ce qui nous démontre que ce que nous vivons chaque jours, chaque seconde n’est une réalité du temps présent valable uniquement pour les êtres vivants que nous sommes. Par exemple, un être humain qui vie à l’heure actuelle, au présent de cette année 2007, observe un astre lointain dans l’univers. Que voit-il ? Un astre tel qu’il était il y a plusieurs millions d’années; phénomène naturel et légitime de la lumière qui met approximativement 300 000km/seconde à nous parvenir. Une étoile qui est à 1 année lumière de la terre signifie que sa lumière que nous recevons met une année à la vitesse de 300 000km/seconde pour qu’elle atteigne notre vue. Et inversement, si des êtres vivants habitent à coté de cette étoile et qu’ils “pointent” un télescope sur notre planète, ils aperçoivent la terre telle qu’elle était en l’an 2006.
Tout est relatif ce qui veut dire que la terre subit les mêmes lois physiques que le reste de l’univers mais à des échelles de grandeurs différentes. Par exemple, la terre subit l’attirance gravitationnelle du soleil tout comme une galaxie subit une attirance gravitationnelle des autres galaxies qui l’entourent. Quand au trou noir, né d’une étoile morte qui s’effondre sur son propre poids, sa densité et sa masse sont tels que même la lumière ne peut s’en échapper ; si un trou noir était une bouteille en forme d’entonnoir, les astres deviendrais des abeilles qui, une fois pris au piège, seraient prisonnières à jamais. Les trous noirs sont des objets dont le fond, la forme et l’utilité nous échappe complètement. Certains scientifiques pensent que les trous noirs pourraient être l’entrée d’un tunnel dont la sortie, appelée « trou blanc », permettrait des raccourcis dans le temps et l’espace, hypothèse et théorie fort séduisante et scientifiquement envisageable.

La cosmologie et la physique tels que nous les avons connues furent constamment reformées. Les données et théories des savants du 5ème siècle après J.C subirent moult corrections par les avancées des savants du 10ème siècle qui furent à leur tour ébranlées par les découvertes du 20ème siècle et le 25ème siècle nous prouvera que les techniques et théories du 21ème semblaient archaïques pour certaines d’entre elles! En effet de nouveaux Einstein révolutionneront la science et réformeront alors la cosmologie connue jadis.

La proportionnalité biologique. La notion du temps entre les espèces biologiques diffère dans un même espace de temps aux dimensions identiques et dans un lieu commun et défini, en l’occurrence sur la planète terre. En effet, les espèces vivantes que nous connaissons n’ont pas toutes la même notion du temps. La durée de vie moyenne d’un être humain est d’environ 70 ans tandis que celle de certains papillons nocturnes est de quelques heures seulement! Si la durée de vie de ces insectes nous parait extrêmement courte, il n’en est pourtant rien. Toute proportion gardée, la durée de vie d’un homme n’est pas plus longue que celle d’un insecte. La durée de temps que nous avons connu dans une vie humaine, le nuisant l’aura connu en une nuit. Peut-être même que la durée de vie de ce dernier lui a paru une éternité! Certaines tortues de mer vivent plus de 200 ans soit pratiquement 3 fois plus que l’être humain. Ce qui ne veut pas dire qu’elles ont une appréciation du temps plus allongé que nous. Elles vivent tout simplement une notion du temps différente à la notre. Les secondes, les minutes et les heures n’ont pas la même valeur entre certaines catégories biologiques.Les dimensions et les appréhensions diffèrent dans un lieu commun. Un lieu commun et défini comme la terre nous permet de constater des différences énormes entre les organisations. Les muons, observés en laboratoire ont des durées de vies qui frisent le ridicule soit 2 millionièmes de secondes! Ce qui ne veut pas dire qu’ils n’existent pas. Ils ont leur place à tenir dans l’espace et le temps tout comme nous. Ils vivent dans une dimension avec une notion de temps différente. Si nous avions la capacité de nous propulser dans “leur monde”, nous pourrions sans doute apprécier une durée de vie et de temps qui, en toute proportionnalité, nous paraîtrait aussi longue que celle que nous connaissons en tant qu’être humain.

Connaître les “contours” de l’univers, cet immense espace qui nous gère, revient à résoudre son origine, à savoir si big-bang il y a eut et ce qu’il y avait avant, à confirmer la croyance d’un Dieu, bref tout connaître sur tout! L’homme est en quête de savoir et d’évolution permanente. Qu’adviendrait-il à son espèce s’il aboutissait à toutes les réponses? Démunie d’idéal, de rêves, de fantasmes, sa soif de connaissance abolie, il se replierait sur lui-même et s’auto-détruirait , non plus pour une cause mais par lassitude. Quand l’homme a peu de savoir ou peu de pécule, il cherche à améliorer sa vie pour un avenir meilleur ou, tout au moins, plus saisissable. S’il avait tout et connaissait toutes les réponses, quel serait alors l’attrait et le but de son existence?
Avec des modes de vie et des notions de temps différentes, les espèces vivantes sur la terre sont, en proportion, identiques.La proportionnalité biologique permet de comparer des données, des faits et d’associer leurs rapports. Les mammifères, les reptiles ou les insectes subissent les mêmes lois physiques mais leurs appréciations de l’espace et du temps sont différentes. De même que certains microbes, les espèces animales ont, par exemples besoin de lumière, d’eau ou de nourritures. La prolifération et la survie restent leurs priorités.[les particules (atomes, molécules), font partis de la proportionnalité biologique et subissent des lois identiques bien que leurs apports diffèrent quelques peu]. Chacun vit pourtant dans un même univers mais avec une notion élastique de la 4ème dimension qu’est le temps, les uns par rapport aux autres. La preuve la plus concrète est la notion du temps qui sépare l’homme de la mouche. Tout le monde s’est essayé à attraper une mouche posée sur un support quelconque (en plein vole l’opération est quasiment impossible). Loin d’être évident, n’est-ce pas? La raison de nos échecs face à l’insecte est pourtant simple; la mouche a tout le loisir de nous voir venir car nos faits et gestes sont, à son appréciation, au ralenti! Tous nos mouvements lui apparaissent d’une extrême lenteur. Ce n’est donc pas une question de rapidité ni son champs de vision de 180° qui en sont les causes, mais tout simplement le temps qui s’écoule différemment entre elle et nous. Bien que leurs notions de temps soient différentes, ces univers sont proportionnellement comparables et les êtres qui les peuplent le sont aussi.Si certaines lois physiques et biologiques tels que la naissance et la mort, l’évolution et la sélection naturel, l’énergie, la masse et la matière, sont des lois qui s’appliquent sur les espèces vivantes, les molécules et autres particules connaissent aussi les mêmes lois qui peuvent nous rapprocher les uns des autres.


L’expérimentation proportionnelle.Tous les animaux font des expériences en fonction de leurs capacités intellectuelles.Le serpent ne manquera pas 2 fois sa proie à une précipitation qui lui a valu un échec. Il se camouflera patiemment jusqu’au passage d’un mammifère qui, prit par surprise, deviendra un fin met. L’oiseau ne servira plus ses oeufs en repas aux prédateurs rampants, il préférera limiter les risques et nichera alors ses progénitures dans les arbres. Le chimpanzé ne se fracturera plus la main pour casser une noix, il utilisera des outils tel que le galet pour ouvrir le fruit sec.La nature se résume en une gigantesque cuvette où chaque espèce expérimente l’espace qui l’entoure et son contenu. L’homme s’est démarqué du milieu animal hostile grâce à sa faculté intellectuelle mais continu à reproduire ses expériences, non plus en pleine jungle mais en laboratoire “artificiel”. Pourtant, si l’homme se trouve au sommet des espèces vivantes sur la terre en tant qu’être évolué et avancé, il n’en demeure pas moins qu’un simple maillon sur l’immense chaîne existentielle dont les extrémités connues à ce jours sont des subdivisions du quark où l’infiniment petit et l’univers où l’infiniment grand. C’est là que l’expérimentation proportionnelle entre en jeu. En effet, si l’homme à la capacité d’expérimenter et d’analyser en laboratoire les espèces biologiques et autres particules qui l’entourent, il semble logique et inévitable qu’il soit proportionnellement expérimenté à son tour! D’ailleurs l’homme le reconnaît lui-même, il y a “quelque chose” ou “quelqu’un”au dessus de lui. 95% de la population mondiale croit en une existence supérieure à la notre sous une forme ou sous une autre. La plupart d’entre nous l’appel “Dieu”. Pour ma part, je préfère contourner la spiritualité religieuse qui a largement contribué à ralentir le domaine scientifique. Je parlerai donc plus justement, d’une “existence qui dépasse notre entendement”. Par conséquent et toute proportionnalité gardée, l’homme, la terre, les galaxies, les amas, les nébuleuses, bref, l’univers se résume en un gigantesque laboratoire et nous ne sommes que des cobayes parmi tant d’autres, gérés par cette “existence” qui dépasse notre entendement. De la même manière que nous observons, par des expériences, les particules, les atomes, la matière vivante ou inerte, les animaux et autres végétaux, - l’univers, dont l’homme fait parti, est sous la coupole d’un gigantesque microscope, dans un gigantesque laboratoire où se trouvent certainement des « scientifiques en blouses blanches » que l’on appel aussi « Dieu(x) ».L’époque du bûcher révolu, la théorie de l’expérimentation proportionnelle, comme toutes théories jadis, déclenchera sans doute du scepticisme voire de l’ironie chez les plus incrédules. Pourtant, scientifiquement, cette théorie est bien plus recevable que certaines théologies qui servent de repères aux hommes depuis des milliers d’années. Le résumé de la genèse devrait, en l’occurrence, effacer quelques sourires: -Dieu créa la lumière, l’univers, la terre et un homme nommé Adam. Pour combler le labeur de ce dernier, il lui ôta une côte et créa ainsi la femme nommée Eve!!!Ce rappel simplifié de la bible n’est en aucun cas une atteinte à la liberté spirituelle et aux croyances personnelles des individus. Il souhaite simplement rappeler la crédibilité qu’ont certains hommes envers des écrits dignes d’un conte de fée et qui jugent et condamnent pourtant les travaux des théoriciens sans remettre en question leurs propres croyances à connotation religieuses.L’expérimentation proportionnelle serait ainsi LA réponse à de nombreuses questions jusqu’ici restées vaines à savoir que cette réponse est… qu’il nous ait impossible d’avoir de réponse, l’être humain n’étant pas une espèce suffisamment évoluée pour apprécier certaines « données », pour évaluer et comprendre l’univers. Autant demander à une particule d’évaluer son environnement dans un laboratoire créé par l’homme et d’en saisir le but expérimental !

Chapitre second

Relativité restreinte, relativité générale et expérimentation proportionnelle.Nous sommes donc dans un immense laboratoire qu’est l’univers et la terre ne peut pas, mathématiquement, être la seule planète, le seul astre à abriter la vie. La terre et neuf autres planètes font partie d’un système solaire. Celui-ci est enrôlé dans une voix lactée, c’est ce que l’on appel la galaxie. Et dans cette galaxie, il y a des millions de systèmes solaires avec des planètes et des étoiles dont certaines sont similaires à la terre et à notre soleil. Et il y aurait des milliards de galaxies, donc des milliards de système solaire, donc des milliards de milliards de planètes, d’étoiles et astres en tout genre. Dans toutes ces données « astronomiques » qui dépassent notre entendement, il serait bien naïf, voire prétentieux de se croire seul dans ce que nous appelons l’univers. En effet, pourquoi la terre serait le seul astre a abriter la vie alors que l’univers aurait vu le jour environ 11 milliards d’année avant notre belle bleue ?La terre est née, il y a environ 5 milliards d’année. La vie est apparue sur cette terre un milliard d’année plus tard. Les espèces organiques se sont succédées, s’éteignant pour donner vie à d’autres espèces organiques. Il y a eut, à ce jour, 5 extinction massives de vies sur la terre, la plus connu étant celle des dinosaures, il y a 65 millions d’années, sans qui d’ailleurs, l’homme n’existerait certainement pas aujourd’hui, et les dinosaures doivent leur apparitions aux amphibiens et ainsi de suite. C’est ce qu’on appel la chaîne de la vie. Il y a une chaîne de vie interne (sur la terre) comme externe (partout dans l’univers). Si la vie existe sur terre et la terre elle-même existe, il parait logique et même mathématique que d’autres vies se soient développées sur d’autres planètes, se développent actuellement et se développeront demain. Il est même plus que probable que certaines civilisations extra-terrestres soient plus avancées que l’homme et nous expérimentent, ou nous ont expérimenté et nous rendent visites régulièrement pour suivre l’évolution de leurs expérimentations, à bord d’astronefs. Ce qui expliquerait les nombreuses apparitions d’ovnis, notamment durant les conflits guerriers ou encore à proximité de lieux mythiques, spirituels ou stratégiques tels que les centrales nucléaires, ou lors de missions spatiales. Il est intéressant de noter que toutes les écritures saintes font références à des êtres suprêmes descendus du ciel, à des chariots volants et autres « dieux » venus pour féconder la terre et la femme. La relativité restreinte où le voyage à une vitesse proche de celle de la lumière diminuant alors considérablement les gigantesques distances qui nous séparent des autres planètes, ces visiteurs pourraient en plus utiliser des trous de vers et autres portes spatio-temporelles, contractant ainsi le temps, pour nous rendre visite. Sans parler qu’ils pourraient évidemment déjà se trouver dans le banlieue de la terre, c’est-à-dire dans notre système solaire, à bord d’ « îles de l’espace » où planètes artificielles.
Après avoir joué à « Dieu » en clonant des organismes vivants, l’homme se retrouverait lui-même l’objet d’expériences par des civilisations extra-terrestres qui, pourquoi pas, nous auraient génétiquement modifié à un certain moment de notre évolution, jadis. Si l’homme est observé, expérimenté et a été « créé » par des extra-terrestres, qui observe, expérimente et a créé ces « petits hommes gris » ? Cette même « existence qui dépasse notre entendement », ces mêmes « êtres en blouses blanches » qui ont créé et observent notre univers à des fins expérimentales. Car tout ce qui se trouve dans l’univers, du simple muons à l’amas de galaxie fait parti de cette expérimentation qui est donc proportionnelle : si je créé et j’observe, j’ai été créé et je suis observé.Ces « êtres » en blouses blanches, hyper évolués, créateurs de l’univers, dont aucune vie terrestre ou extra-terrestre ne peut mesurer ni la grandeur, ni l’intelligence, ni même un aspect quelconque physique ou psychologique, sont responsables par conséquent du fameux big-bang*. Aucune chance donc, d’imaginer le moindre contact, le moindre échange avec « eux ». Seule la spiritualité, par le biais utopique du support religieux, nous fait encore croire en un lien de réciprocité avec le(s) « créateur(s) ».
« Ils » tiennent les commandes du laboratoire et l’homme ou l’extra-terrestre, aussi évolué soient-ils, sont aussi insignifiants pour les « créateurs », qu’une particule l’est pour un scientifique terrien. Les galaxies, les systèmes solaires, les astres, la vie terrestre ou extra terrestre ne serait donc qu’une expérimentation dont la valeur à une durée de 100 ans, 1 million d’années ou 5 milliards d’années se résumerait en quelques secondes, minutes, heures ou journées dans le laboratoire des « créateurs » d’après la Proportionnalité biologique et la relativité. Chacun voit midi à sa porte car tout dépend où l’on se situe.
Il est également plausible que ce même « créateur » ne se soit pas cantonné à cette « minuscule » expérience que l’on appel « univers » mais qu’il l’ai multiplié. Le monde scientifique terrien se penche depuis quelques décennies sur l’existence de mondes ou d’univers parallèles. Quelle coïncidence…qui n’en est sûrement pas une. Cependant, les réflexions les plus poussés se demanderont alors qui a créé ce « créateur » qui nous a lui même créé, nous et nos voisins extra-terrestres !Face au « créateur » de notre univers, nous avons un Q-I qui frôle celui d’une blatte. Alors essayez juste de demander à une blatte de savoir qui l’a créé ? Dieu a-t-il un dieu ? C’est ce que se demandaient des « hérétiques » dans l’antiquité. Au 2ème siècle après J.C, un certain Marcion affirma que le Dieu qu’on priait n’était pas le Dieu suprême mais qu’il y en avait un autre, auquel il était lui-même tenu de rendre des comptes. Pour les gnostiques, les dieux s’emboîtent les uns dans les autres comme des poupées russes, les dieux des mondes les plus grands enrobant les dieux des mondes plus petits.Cette croyance, appelée aussi « bithéisme »fut notamment combattue par Origène. Simples chrétiens et chrétiens gnostiques se déchirèrent longtemps pour déterminer si Dieu avait lui-même un dieu. Les gnostiques furent finalement massacrés par les chrétiens monothéistes et les rares qui subsistent pratiquent leur culte dans la discrétion la plus totale.Imaginez un seul instant que la théorie que je vous prose ici, la proportionnalité biologique, et que les gnostiques aient raison…cela éradiquerait complètement les plus grandes religions du monde terrien. C’est pour cela que les gnostiques ont été massacrés : afin de cacher la vérité et laisser les hommes dans leurs croyances archaïques.
Et pourtant, si les gnostiques avaient raison… ?

—-

*LE BIG-BANG
Est appelé “Big-bang” la création de l’univers, sa naissance, son point de départ, il y a, pense t-on aujourd’hui, 15 milliards d’années. C’est une explosion qui en fait n’en ait pas une: une explosion projette de la matière dans l’espace, cet espace était là avant l’explosion, alors que l’univers ne s’étend dans rien, il n’y a rien autour de lui car l’univers est lui-même l’espace! En effet, selon sa théorie, le Big-bang a créé l’espace qui est en expansion. Et avant le Big-bang, qu’y avait-il? RIEN! répond la théorie. Car celui-ci a engendré le temps et l’espace donc il n’y a aucun sens à se demander ce qu’il y avait avant le temps, puisque, pour que la notion d’avant existe, il aurait fallu que le temps soit là! Mais c’est le Big-bang qui a créé le temps; donc avant, pas de temps, et si pas de temps, pas d’avant non plus! Donc avant le Big-bang il n’y avait rien…en théorie! Car rien ne veut-il pas dire rien? Mais quand il n’y a rien, ABSOLUMENT RIEN, il ne se passe rien! La palisse lui-même l’aurait dit! Seulement là, il y a eut le quelque chose, le Big-bang! Quelque chose a bien provoqué cette énorme déflagration et ce n’est pas le saint esprit! A moins que…! Bref, la théorie du Big-bang ne tient pas du tout la route!

Deun, Décembre 2007
par deun
ajouter un commentaire commentaires (21) recommander
Vendredi 25 janvier 2008
Pyramides, civilisations disparues et intelligences extraterrestres
D’Aristarque de Samos aux astronomes de 1900, l’humanité a mis vingt-deux siècles pour calculer avec une approximation satisfaisante la distance de la Terre au Soleil : 149.400.000 kilomètres. Il eût suffi de multiplier par un milliard la hauteur de la pyramide de Chéops, construite 2900 ans avant Jésus-Christ. Nous savons aujourd’hui que les Pharaons ont consigné dans les pyramides les résultats d’une science dont nous ignorons l’origine et les méthodes.
On y retrouve le nombre Pi, le calcul exact de la durée d’une année solaire, du rayon et du poids de la terre, la loi de précession des équinoxes, la valeur du degré de longitude, la direction réelle du Nord, et peut-être beaucoup d’autres données non encore déchiffrées. D’où viennent ces renseignements ? Comment ont-ils été obtenus ? Ou transmis ? Et dans ce cas, par qui ?
Mais la discussion flotte parmi les décimales, et il n’en reste pas moins que la construction des pyramides témoigne d’une technique qui nous demeure totalement incompréhensible. Gizeh est une montagne artificielle de 6.500.000 tonnes. Des blocs de douze tonnes sont ajustés au demi-millimètre. L’idée la plus plate est la plus fréquemment retenue : le Pharaon aurait disposé d’une main-d’œuvre colossale. Resterait à expliquer comment a été résolu le problème de l’encombrement de ces foules immenses.
Et les raisons d’une aussi folle entreprise. Comment les blocs ont-ils été extraits des carrières. L’égyptologie classique n’admet comme technique que l’emploi de coins de bois mouillé introduits dans les fissures de la roche. Les constructeurs n’auraient disposé que de marteaux de pierre, et de scies de cuivre, métal mou. Voilà qui épaissit le mystère.
Comment des pierres taillées de dix mille kilos et plus furent-elles hissées et jointes? Au 19ème siècle, nous eûmes toutes les peines du monde à acheminer deux obélisques que les Pharaons faisaient transporter par douzaines. Comment les Égyptiens s’éclairaient-ils à l’intérieur des pyramides? Jusqu’en 1890, nous ne connaissons que les lampes qui filent et charbonnent au plafond. Or, on ne décèle pas une trace de fumée sur les parois. En captant la lumière solaire et en la faisant pénétrer, par un système optique ? Nul débris de lentille n’a été découvert.”
Il est possible qu’un lien étroit unisse la civilisation Egyptienne et les Atlantes, et qu’il ait permis d’aboutir à la construction des grandes pyramides. La croyance populaire attribue toujours les pyramides de Gizeh à des monuments funéraires, mais aucune inscription n’en indique son propriétaire et cette hypothèse fut sérieusement ébranlé en 1994…
A cette date Robert Bauval publia un livre “The Orion Mystery”, dans lequel il établit un lien entre les pyramides de Kheops, Khephren et Mykérinos et les trois étoiles de la constellation d’Orion : “Al Nilam, Al Nitac et Mintaka”.
Il constata : - Que les trois pyramides n’étaient pas parfaitement alignées, tout comme les étoiles de la ceinture d’Orion, mais que ces deux dispositions se superposaient parfaitement 10.000 ans av JC (alors que les scientifiques datent les pyramide à environ 2600 ans av JC). - Que Mykérinos, la plus petite des pyramides représente aussi l’étoile la moins brillante de la ceinture d’Orion (Mintaka). - Qu’Orion est situé à l’ouest de la voie lactée, tout comme les pyramides par rapport au nil. - Que la principale galerie interne de Kheops débouche sur Al Nitak.
A droite la constellation de Draco et à gauche, la nébuleuse d’Orion… le berceau de l’humanité ?Selon d’anciennes religions solaires de la vallée du Nil, Orion est également la constellation qui abrite le dieu Osiris. Gizeh en serait la reproduction astrale, qui à la manière d’aiguilles d’acuponcture, préserverait le site des grandes catastrophes géologiques et astronomiques.Le Sphinx
Une Etude réalisée par John West arriva à la conclusion que le corps du Sphinx était à l’origine celui d’un lion taillé 10.500 ans avant notre ère.
Il est orienté vers le point d’équinoxe où se lève le soleil le 21 mars.Or il y a 10.500 ans, le soleil se levait dans la constellation du lion à l’équinoxe vernal. Pour lui, ce n’est que beaucoup plus tard que Pharaon fit retailler sa tête à son effigie (ce qui serait à l’origine de la disproportion actuelle du monument). D’après les traces d’érosions encore visibles, le Sphinx aurait également subit le déluge 10.500 ans avant notre ère.
Ce même déluge qui englouti l’Atlantide (date que Platon évoqua également pour la disparition de ce continent). En 1933, Edgar Cayce (”Les mystères de l’Atlantide revisitée”) avait donné une vision médiumnique du site de Gizeh. Selon lui, à proximité du Sphinx, une salle d’archive secrète renfermait l’histoire de toute l’humanité. Il ajouta qu’une colonie rescapée de l’Atlantide édifia en Egypte les bases d’une nouvelle civilisation avec l’aide d’une civilisation issue d’Orion.
Les monuments interdits
En 2001, une chambre secrète fut découverte à proximité des pattes du Sphinx, mais elle fut classée (et demeure encore) top secrète sous la pression de la CIA. Une autre médium, Monique Mathieu déclara en 2000, qu’un nouveau crâne de cristal était sur le point d’être découvert en Egypte, et qu’il révèlerait au monde l’immense connaissance acquise par les civilisations oubliées. NB : Selon la légende, il existe 13 de ces crânes et ils auraient été transmis aux Atlantes par des visiteurs du ciel.
Leur réunion ouvrirai aux hommes l’histoire de leur civilisation. Il est curieux de voir ici que deux mystères non résolus (pyramides et crânes de cristal) se regroupent autour d’une autre énigme qu’est le continent englouti de l’Atlantide.
En 1977, une énorme pyramide de 150 mètres de haut et 300 m de longueur de base (enfouie à 90%), a été découverte au fond de l’Atlantique. Où exactement ? Dans le triangle des Bermudes ! Le fameux cristal qui aurait alimenté les Atlantes en énergie serait-il responsable des phénomènes électromagnétiques inexpliqués dans le triangle des Bermudes ? D’après Edgar Cayce, d’autres preuves Atlantes nous y attendent.
Conclusion
Le Sphinx serait le vestige d’une civilisation ancienne proche des Atlantes, qui fut engloutie par le déluge il y a 10.500 ans. Le site de Gizeh accueilli alors quelques rescapés qui édifièrent les pyramides avec une technologie qui nous est encore inconnue. Selon les prophéties d’Edgar Cayce, des documents Atlantes existent dans une salle secrète proche du Sphinx, ils pourraient nous renseigner sur l’origine de notre civilisation.
En 50 av J.C, la grande bibliothèque d’Alexandrie fut entièrement détruite dans un incendie, il nous faudra 1600 ans avant de redécouvrir que la Terre est ronde. Combien de temps nous faudra t’il encore pour redécouvrir les connaissances perdues de nos ancêtres ?
Mu berceau de toutes civilisations ?
Les écrits de toutes les civilisations anciennes (Grèce antique, Égypte, Inde, Babylone, Perce, Amérique du Sud) se réfèrent à la légende de Mu. Ils parlent d’un peuple ayant colonisé la Terre et qui aurait sombré dans un terrible tremblement de terre engloutissant dans un tourbillon d’eau et de feu tout le continent il y a 12.000 ans. Les tablettes Naacal trouvées en Orient et au Mexique racontent l’histoire d’hommes “débarqués” sur ce continent pour y fonder les premières colonies humaines.
Ce continent situé dans l’océan Pacifique, aurait été peuplé à l’origine de 64 millions d’habitants (il y a environ 50.000 ans) qui formaient dix tribus sous un même gouvernement unifié par la divinité Ra-Mu. Cette civilisation semblait bien supérieure à la notre et son continent s’étendait du nord de Hawaï, jusqu’aux îles Fidji, et en passant par l’île de Pâques.
Ce monde était gouverné par l’ange déchu Poséidon et de nombreux temples lui étaient consacrés. Mais environ 10.000 ans avant Jésus Christ serait arrivé le grand cataclysme. Tout le continent fut englouti à des centaines de kilomètres de profondeurs en quelques heures et quelques survivants se tassèrent sur des îles perdues des mers du sud. Les survivants tombèrent de plus en plus bas, jusqu’à ce que la tradition même de leur passé fut oublié.
Ce serait de ces cendres que naquirent de nouvelles civilisations. Le Mexique et l’Amérique centrale furent alors colonisés par les descendants de Mu, comme le suggèrent les inscriptions du temple d’Uxmal dans le Yucatan, où l’on peut lire “cet édifice est un monument commémoratif dédié à la mémoire de Mu, le pays natal de tous nos mystères sacrés”. Certains chercheurs affirment que l’Atlantide était aussi la terre de Mu.
L’histoire de ces deux continents est très semblable, à la différence que l’Atlantide se situerait dans l’océan Atlantique. Cette puissante civilisation fut oubliée, et dans l’Ancien Testament, une confusion peut être été faite entre le continent de Mu et le véritable Eden.
-
Si vous pensiez que les pyramides étaient l’apanage de l’égypte et bien détrompez-vous car il en existe de nombreuse en Chine mais qui sont bien moins connu. Les premiers à les découvrir furent deux marchand australiens au début du siècle.
Hausdorf a évalué à plus de 900 le nombre de ces pyramides allant de quelques mètres a presque deux fois la taille de Kephren pour la plus grande.
Quels âges ont ces pyramides ? Le Professeur Wang Shiping de Xian estime qu’elles dateraient de -4500 ans.
Autres pyramides
Teotihuacán, ancienne ville située 40 km. Au nord-est de la capitale du Mexique, sur une vallée à 2280 m d’altitude.
Selon la légende Aztèque, c’est a Teotihuacan que tout commence, et que les étoiles, le soleil et la Lune touchent la terre.
Les deux grandes pyramides sont celle de la lune, de 43 m d’hauteur, située au nord, et a l’est la pyramide du Soleil, de 70 m. de hauteur, et 220 m. de base, la troisième pyramide la plus grande du monde après celles d’Égypte. Aux cotes des pyramides il y a des temples plus petits, construits pour des dieux moins importants.
Il y a des théories qui proposent que les pyramides ont des origines extraterrestres, a cause de leur orientation exacte vers les Pléiades et que l’axe de la pyramide de la Lune s’aligne sur la position du soleil à son coucher au soir du solstice d’été. Teotihuacán est donc considéré comme un endroit énergétique, cosmique et spirituel. Ce qui est sur c’est que les pyramides ont été construites par une culture supérieure, donne que le site fut construit avant Jésus-Christ.
Ce sont les Aztèques qui quelques siècles après sont arrives a Teotihuacan et on donne son actuel nom a la ville. Teotihuacan est un mot Nahuatl (la langue des Aztèques) qui veut dire “la ville ou les hommes deviennent des Dieux”. En 1998, on a découvert plusieurs sépultures intactes sous la Pyramide de la Lune. Ces sépultures sont semblables a celles d’Égypte, mais faites beaucoup avant.

Des montagnes pointues attirent toute l’attention des chercheurs en Bosnie. Selon certains, elles pourraient abriter des pyramides, les seules en Europe. Les archéologues supposent qu’un passage souterrain mènerait vers l’enceinte des “pyramides”, situées près de la ville de Visoko, à une trentaine de kilomètres au nord de Sarajevo. Sous l’oeil curieux des habitants, des excavations archéologiques ont commencé dans la première des dix zones désignées, d’une surface de 20 mètres sur 50, situées au pied de l’une des deux collines recouvertes de végétation.
L’initiateur du projet, un explorateur bosniaque Semir Osmanagic, avait réalisé à la fin de l’année dernière les premières recherches à proximité des deux collines. Il est convaincu que ces “constructions” sont l’oeuvre d’une civilisation mystérieuse et qu’elles ont été bâties avec des blocs de pierre taillés, avant d’être recouvertes d’une sorte de béton inconnu.Le découvreur des “pyramides” bosniaques affirme qu’elle présentent des similitudes frappantes avec les célèbres pyramides du Mexique représentant l’une le Soleil et l’autre la Lune. C’est pour cette raison qu’il a baptisé la plus grande des deux collines “La pyramide bosniaque du Soleil”.

Les questions qui se posent sont les suivantes :
-Pourquoi des monuments construits au 4 coins de la planète par des peuples différents, furent tous de formes pyramidales ?
-Comment les a t-on construit à l’époque alors qu’aujourd’hui l’homme serait bien incapable de reproduire ces chef-d’œuvres ?
- Il y a-t-il eu des civilisations hyper évoluées, les atlantes ou autres, qui ont disparu ?
-Ces « atlantes » étaient-ils extraterrestres ou des hommes initiés par une intelligence extraterrestres ?

Deun, juillet 2006
par deun
ajouter un commentaire commentaires (14) recommander
Vendredi 25 janvier 2008
LES OVNIS DU III° REICH, réalité ou fiction?
Pour commencer, une simple et très anodine information: En date du 14 décembre 1944 (six mois avant la fin de la Guerre) le très sérieux et important quotidien US, le “New-York Time”, publiait pour la première fois, depuis les premières observations dans le monde, de “soucoupes volantes”un article étonnant: ” Les ’soucoupes volantes’ sont des armes secrètes.Une nouvelle arme allemande a fait son apparition sur le front occidental.Les pilotes de l’US Air Force rapportent que des “boules d’argent” survolent l’Allemagne, parfois isolées, parfois en formation. Certaines semblent totalement transparentes“
Que se passa-t-il donc après la guerre et qu’advint-il de ces engins? Un retour en arrière est indispensable : Vers les années 1936, dans la prévision d’un inévitable second conflit mondial, l’Allemagne nazie s’y préparait méthodiquement. Entre autres préparatifs il était indispensable de prévoir une logistique performante pour la guerre maritime. Outre les accords secrets avec des “alliés du Grand Reich”et amis potentiels dans certains pays d’Amérique du Sud pour le ravitaillement et l’avitaillement des navires de guerre, il fallait une base discrète, solide et inattaquable pour les sous-marins de la Kriegsmarine.
En 1938, un porte-avion le “NEUES SCHWABENLAND” embarqua une expédition vers l’Antarctique et, arrivés à l’endroit prévu, situé entre le 10° méridien Ouest et le 20° Est et entre le 70° et 75° parallèle Sud (à 10° sous le cercle polaire antarctique), une région libre de glace avec lacs et montagnes, bordée au nord par l’Océan Atlantique, les allemands s’attribuèrent 600.000 km carrés de terrains qu’ils baptisèrent “NEUES SCHWABENLAND” appellation géographique figurant toujours sur nos atlas sous le nom anglicisé de NEW SCHWABENLAND.. Des flottilles entières de sous-marins firent route vers ce territoire et des centaines de submersibles allemands équipés du schnorkel, connu sous le nom de tuba Walter, leur permettant de naviguer sous l’eau durant plusieurs semaines, se dirigèrent vers cette “base” y faisant escale et un certain nombre restèrent sur place.. et nul ne les revit. Les état-major des marines des Alliés, en particulier ceux de la US-Navy et de la Royal-Navy ont estimé, après avoir des mois durant dressé les inventaires de la flotte sous-marine de la Kriegsmarine depuis le début de la guerre, après avoir comptabilisé les pertes réelles, ont estimé qu’une bonne centaines d’unités, les plus récentes en technologie, les U-21 et U-23, avaient mystérieusement disparu… ni coulées en opérations, ni sabordées par leurs équipages, ni saisies, ni arraisonnées par les forces Alliées.. Officiellement et statistiquement, personne ne sait où sont passés ces sous-marins ! Il est raisonnable de penser que ces sous-marins ne partaient pas à vide, mais outre des “équipages et passagers constitués de techniciens spécialisés”, fuyant sur ordres l’occupation alliée en Allemagne après ou très peu de temps avant la défaite, et du matériel sophistiqué furent débarqués à la base du Neu-Schwabenland, et aussi certainement des disques volants en pièces détachées ou tout au moins tous les plans et documents techniques permettant de les construire y furent mis à l’abri… Ce n’est pas sans une bonne raison évidente que fin 1946 sous le commandement de l’amiral Richard, Evelyn BYRD, ayant un passé d’explorateur de l’Antarctique, une expédition baptisée se mit en place pour une opération de plusieurs mois. Une partie de l’armada quitta la base US de Norfolk en Virginie le 2 Décembre 1946,pour être rejointe par deux autres groupes d’unités vers des bases de l’Antarctique prévues à l’avance, mais avec pour objectif parfaitement ciblé, la base de NEU SCHWABENLAND. Après avoir installé un camp de base sur une zone centrale à Little America, les zones Est et Ouest étant couvertes par des patrouilles maritimes et aériennes, le 13 Février 1947 les vols de reconnaissance sur l’objectif commencèrent, mais la perte d’avions et aussi surtout après avoir constaté que les occupants de Neu Schwabenland, disposant d’une telle supériorité technologique inattendue, seraient invincibles face à la logistique militaire dont était dotée les américains et leurs alliés du moment, le 3 Mars 1947, ordre fut donné à toute l’armada d’abandonner l’aventure et de regagner Norfolk.. Ce à quoi cette expédition fut confrontée reste encore un mystère bien épais… (malgré la profusion de “rapports officiels” prêtant plus à sourire qu’à être crédibles!). Le 5 mars 1947, le journaliste Lee van Atta, accrédité lors de cette expédition, publia dans les colonnes du plus grand quotidien sud-américain, “El MERCURIO”, une interview de l’amiral Byrd au cours de laquelle il déclara en substance: “C’est dur à entendre, mais dans le cas d’une nouvelle guerre, il faudra s’attendre à des attaques d’avions qui peuvent voler d’un pôle à un autre” Il laissa aussi comprendre: “Qu’il y avait là-bas une civilisation avancée qui se servait d’une technologie supérieure“ Rappelons nous que ces événements se sont passés en 1947. En résumé que conclure de tout cela : Il y a déjà des millénaires que sur terre, des hommes de civilisations disparues ou venant d’ailleurs disposant de technologies avancées firent voler des engins, tout comme dés le premiers tiers de notre XX°, d’autres furent également capables de rééditer ces “exploits technologiques” dont l’homme de la rue n’a jamais entendu parler, pas plus qu’il ne soupçonne quelle peut bien être la source d’énergie en permettant le fonctionnement… D’après les “Lectures” d’Edgar CAYCE et les “Planches et “Codex” de Pierre GUILDER, force est d’admettre que seules des Intelligences supérieures évoluant hors de portée physique des terriens avaient la connaissance et la maîtrise de la manipulation de ces énergies cosmiques ou solaires que les sciences humaines sont encore maintenant loin d’appréhender. De là, il ne peut être nié que les membres les plus éminents de Sociétés hautement secrètes (VRIL, THULE et l’Ordre Noir de la SS) ayant eu accès à ces informations par « contacts », lesquels ne disposant pas plus que les autres humains d’une science infuse, furent alors en mesure de mettre en oeuvre les techniques permettant de construire des engins et d’élaborer des matériaux aux performances bien supérieures à ce que les industries classiques mettaient au point et d’autres encore plus récentes utilisées actuellement. Il y a pour tous un mystère qui n’en est plus un si l’on accepte avec humilité et sagesse, de vouloir bien admettre que certains humains ont reçu des messages et des informations en provenance de sources nous étant inconnues. Il faudrait être complètement obtus pour ne pas comprendre que de nombreuses lois physiques universelles sont encore inconnues de l’homme (tout comme l’électricité l’était au Moyen-Age) et que des «initiés», dotés de sens perdus par l’homme après des millénaires d’oubli et d’adaptations génétiques à d’autres milieux successifs, soient capables de recevoir des informations… rejetées par la masse ignorante… mais pouvant très bien être exploitées par des esprits spirituellement ouverts, sans qu’il soit prouvé que ces esprits soient les mieux intentionnés du monde..
Que les septiques viennent donc nous expliquer comment ces engins purent être fabriqués et évoluer ainsi., alors que les avions de chasse les plus performants de l’époque de la Seconde Guerre Mondiale, de la Luftwaffe, de la Royal Air Force, de l’US-Air Force et de l’aviation japonaise, n’atteignaient pas les 800 km-heure ! Des vétérans de l’US-Air Force et de la R.A.F.se souviennent encore de ces “bizarres apparitions” durant leurs missions! (Il est vrai, pour les septiques, qu’il est plus simple et, oh combien rassurant, de nier tout en bloc… Rejeter sans chercher à savoir… C’est la réaction primaire du cancre au fond de la classe, près du radiateur!)
Les vagues d’observations de juin à juillet 1947 s’étant multipliées en Amérique du Nord, semblèrent venir narguer et faire toute une série de pied-de-nez aux observateurs officiels, scientifiques, et aux militaires du Pentagone et des Agents de la CIA, placés pour longtemps devant le problème que posait ces manifestations, sans réponse possible quant à la technologie spécifique utilisée par les constructeurs et utilisateurs de ces mystérieux objets volants… à identifier officiellement ! Rien de plus irritant pour un militaire que ne pouvoir trouver la parade à l’arme de l’ennemi (si toutefois dans le cas des ovnis, il s’agisse d’adversaire) et de relever le challenge ! Le double crash de ROSWELL ne permit pas de répondre car, quand bien même les fragments d’un très étrange métal aux surprenantes propriétés, des pièces diverses et à usage inconnu que plusieurs témoins ont effectivement eu en mains et ainsi que la presque totalité du second engin tombé un peu plus loin près d’une falaise, devant les connaissances forcément limitées des sciences humaines, ne permirent apparamment pas de comprendre le fonctionnement, la propulsion de cet engin…pas plus que pouvoir identifier le fameux “métal” dont il était en grande partie composé. Seuls quelques ‘plagiats’ électroniques et chimiques de composants ne permirent certainement pas de reconstituer un tel appareil.. et de l’utiliser ! Les quelques archives, documents, dessins et épures récupérés après la Guerre par les Alliés, ne constituaient que des informations,certes convaincantes, détenues par les Services Secrets de l’Ordre Noir de la SS et récupérées après-guerre mais étaient techniquement inexploitables. Les plans et les documents technologiques, permettant la construction en usine de ces engins étaient entre les mains des spécialistes chargés de l’élaboration, de superviser les assemblages et de faire procéder aux essais en vol et, compte tenu du caractère ultra-secret de leurs contenus, ayant été évacués à temps avant l’arrivée des forces Alliées soit sous la forme classique de papiers, soit plus vraisemblablement sous forme de microfilms, procédé systématiquement utilisé par les technologies de pointe de la production allemande du III° Reich. Beaucoup n’ayant pas le caractère “top secret de la SS” des armes secrètes et engins volants, les films de Carl Zeiss furent facilement “saisis” par les troupes US, sous les ordres du Major-Général ANDERSON de la US-Army, parvenues les premières à Jena le 21 Avril 1945 lesquelles, le jeu de la politique faisant, se sont retirés un peu plus tard, pour laisser une place “nette et bien propre”.. à leurs alliés soviétiques, après que les ingénieurs, technicien de points et leurs familles avaient été emmenées par autocars entiers vers les bases américaines du Sud de l’Allemagne, pour ensuite gagner les USA.
Or, ce procédé d’archivage et de conservation de documents était utilisé dans toutes les industries “sensibles” de l’Allemagne nazie pour mettre en lieux sûrs un ensemble de technologies pouvant éventuellement être facilement reconstituées en cas de destruction locale et aussi faire face à une issue désastreuse de la guerre pour le III° Reich, que beaucoup avaient envisagé bien des mois avant la chute de Berlin ou encore aussi -pourquoi pas- pour des technologies très avancées pour l’époque- servir plus tard pour la “bonne cause” à une survivance du Nazisme.(Car, depuis l’armistice signé à Berlin le 8 Mai 1945, n’oublions pas qu’aucun Traité de Paix n’a été signé avec l’Allemagne nazie depuis la fin de la Guerre. Si l’Allemagne a reconnu sa défaite, les “éléments nazis” ne l’ont jamais reconnue!!… Partant de ce “concept” tout est donc possible…) Survivance sous la forme d’ “organisations nazies” réparties dans quelques bases secrètes prévues, organisées et installées de longue date dans certaines contrées, occupées par des milliers d’ hommes bien entraînés et bien sélectionnés, sans attaches familiales pouvant faire preuve de zèle pour les rechercher après guerre, rayés officiellement du monde des vivants et évacués longtemps avant le 8 Mai 1945 et pour certains grands pontes… durant les tous derniers jours de la guerre!! Il était donc facile, sous une forme extrêmement réduite, de transporter tous les plans, cahiers et autres protocoles de fabrication de ces engins volants déjà utilisés auparavant, sans oublier les projets non encore mis en chantier, tel le stupéfiant ANDROMEDE de 139 mètres de long prévu pour emporter environ 130 personnes pour des vols au-delà de la stratosphère, voire intergalactiques(?) Ces hommes embarqués à bord de sous-marins, bénéficiant également de techniques de propulsion très en avance sur celle de l’époque et équipés d’un système de récupération d’oxygène pouvant naviguer sous la surface durant plusieurs mois sans se faire repérer vers, entre autres, la base du NEU SCHWABENLAND en Antarctique.. .précaution supplémentaire doublant ainsi l’envoi en pièces détachées des engins ayant fait leurs preuves. Il est donc loisible d’imaginer sans trop de risques d’erreurs que, de mai 1945 à fin 1946, les techniciens et spécialistes de la base de NEU SCHWABENLAND et également les occupants d’autres bases, pouvaient travailler activement au remontage des engins et aussi, à en élaborer d’autres. Personne ne sait tout ce qui avait pu être stocké et emmagasiné auparavant comme matériel, machines-outils et infrastructures, en bref toute une activité dans l’ordre et la discipline, la méthode, le calme et la sécurité.L’attention des Alliés du conflit terminé se portait vers d’autres préoccupations politiques et économiques prépondérantes plutôt que continuer, après cette “aventure”, à chercher à investir des bases fantômes, pour la plupart très mal localisées …
Outre le territoire antarctique du Neu Swchabenland il existe d’autres territoires à travers la monde où des colonies perpétueraient la survie du régime nazi, avec d’anciens SS et leur descendance, dans des camps parfaitement organisés dont le plus important est situé en Argentine sur un territoire de 16.000 km carrés, acheté avant la fin de la seconde guerre mondiale, sur les bords du fleuve Limay à 2.500 km au sud de l’équateur. Dans un secteur géographique de l’Amérique du Sud, outre le site déjà bien connu en Argentine,il y a au moins une base d’engins volants quelque part dans la Cordillère (la localisation se lit sur certaines planches de Guilder )grâce aux structures utilisées ou conservées “en l’état” depuis très longtemps.. Des dizaines et dizaines de siècles peut-être.. (les planches de Guilder ayant été toutes “dictées” par une entité atlante.. pouvant très bien avoir la faculté de “voyager” dans le temps et de décrire aussi certaines “choses” plus contemporaines. Une autre encore et non la moindre, se situerait dans le labyrinthe des hautes vallées perdues de l’Himalaya.Là essayons de comprendre pourquoi les forces chinoises ont tenu à occuper à tout prix le Tibet.. malgré le peu d’importance stratégique de ce territoire sacré!.. Une très importante raison occulte. Là ce n’est encore qu’une hypothèse non vérifiable. Puis encore sous les glaces du Groënland(?) et peut-être aussi en d’autres points invisibles car soigneusement et profondément enterrées dans certaines zones souterraines de notre planète où séjourneraient toujours les membres survivants et leurs descendants du dernier Bataillon. Ce fameux dernier bataillon nazi que Hitler citait dans son discours du 24 février 1945: “Je vous prédit aujourd’hui, comme toujours empreint de la foi en notre peuple, la victoire finale du troisième Reich où dans cette guerre il n’y aura ni vainqueur ni vaincu,que des morts et des survivants, mais le dernier bataillon sera allemand !” (Qui se souvient encore de ce fameux discours? Il est trop “gênant” pour avoir été inscrit dans les Livres d’Histoire à faire lire aux jeunes générations d’écoliers d’après-guerre!)
Et la ronde des OVNIS se poursuit. Ces étranges engins viennent toujours narguer les peuples en poursuivant une activité insoupçonnable, surgissant apparemment de nulle part et disparaissant mystérieusement, mettant depuis des décennies des milliers d’ufologues en émoi.. Lesquels cherchant très loin ce qui se trouve peut-être tout simplement, pour la plus grande majorité, basé dans quelques discrets recoins de notre planète.. Ceci n’est plus de la fiction : Ces engins volants existent bel et bien, conçus et pilotés…Mais quels sont ces équipages ? Certains ont été aperçus lors de rencontres dites du deuxième type : De grands blonds, parfois de très grands de plus de 2 mètres, d’autres plus petits, des nains ou des nabots à drôles de têtes, les avis divergent car il y a une diversité entre les occupants de certains engins avec d’autres. Leurs missions restent pour nous du domaine du mystère.Cette question reste encore sans solution…
par deun
ajouter un commentaire commentaires (8) recommander
Mercredi 23 janvier 2008
Mystères des lieux, textes sacrés, et intelligence extra-terrestre

De nombreux lieux mystiques sont sacrés et vénérés par les hommes depuis des milliers d’années. Nombres sont ceux qui engendrèrent des croyances, des cultes, des religions, plus ou moins accentués, dont un lieu, Jérusalem, est historiquement le berceau des trois plus anciennes religions que sont le judaïsme, le christianisme, l’islam. La ville sainte de Jérusalem est, en effet, revendiquée par les chrétiens, les juifs et les musulmans comme étant le point de départ de leurs croyances respectives. Au coeur de la polémique se trouve la très prisée Coupole du Rocher qui abrite, comme son nom l’indique, le rocher où Abraham voulu sacrifier son fils par crainte de Dieu. C’est de ce même rocher que l’âme du prophète Mahomet serait monté dans les cieux. Mais pourquoi une telle passion autour de ce morceau de caillou?

Descendant tous du prophète Abraham (les hébreux se considérant les descendants de son second fils, Isaac, et les arabes de son premier, Ismaël), les disciples de ces religions ont-ils correctement saisi et bien interprété ce que représenta ce fameux rocher? D’après le Talmud des juifs, qui résulte de millénaires de transmissions orales et écrites, le rocher bloquerait l’ouverture d’un abîme, tandis que les musulmans pensent qu’une fois libéré de sa gangue de pierre, le rocher flotterait librement dans les airs.Et si ce gros caillou n’était rien d’autre qu’un météorite? Cela expliquerait peut-être pourquoi nos congénères se déchirèrent jadis pour s’approprier ce “don” tombé du ciel. On peut en effet supposer qu’à l’époque, entre l’archaïsme de la science et l’apogée de la superstition, nos ancêtres prirent ce rocher “volant” comme un présent de Dieu. Fascinés par ce gros caillou, ils construisirent alors des légendes en l’associant à ceux qu’ils considéraient comme leurs prophètes.

L’histoire de Jérusalem est attesté vers 2500 av. J-C mais c’est le roi David (1004-965) qui fonda le premier état juif et fit de Jérusalem sa capitale. Sous son règne, l’objet le plus mystérieux de l’histoire de l’archéologie, l’Arche d’Alliance, fut conduit dans la ville sainte où son fils Salomon battit le célèbre temple portant son propre nom afin d’assurer la protection du contenu de l’Arche, à savoir les tables de la loi où furent gravés les 10 commandements de la main de Dieu, remis à Moise. Nous sommes alors en droit de nous interroger sur ce que vit réellement Moise quand cet « être », qu’il appela“Dieu”, lui remit les lois à suivre. Quel genre de rencontre a t-il fait sur le mont Sinaï? A t-il lui-même gravé les textes sous l’influence d’une entité où l’entité est-elle directement à l’origine de ces gravures? Moise fut-il en contact avec une forme de vie inconnue sur terre et tellement évoluée (extra-terrestre?) qu’il l’a pris pour un « Dieu » ?
Les êtres “magiques”, “entités”, “anges” ou “Dieu”, appelons les comme on voudra, reviennent sans cesse chez les peuples du début de l’ère historique(environ 3000 av J.C) jusqu’à l’ère chrétienne(naissance du christ); ces “visions” ou “rencontres” s’étendront même jusqu’au haut Moyen-Âge avec Mahomet(571-632 après J-C). Il est fort probable qu’une bonne partie de ces rencontres eurent lieu tant les transmissions orales et écrites sont nombreuses et figurent systématiquement chez tous les peuples aux 4 coins de la terre à une époque où on ne connaissait pratiquement rien des pays et des contrées voisines. Néanmoins, nos ancêtres ont très bien pu interpréter, à leur façon, ce qu’ils virent ou ce qu’ils crurent voir! Démunis, ébahis, complètement dépassés face à ces phénomènes, il n’est pas à exclure qu’ils furent confrontés à des êtres venus d’ailleurs, des extra-terrestres qu’ils prirent pour des Dieux. Si tel était le cas, il n’avait pas tout à fait tord de les comparer à des Dieux, vu la supériorité technologique qui les séparait. De plus, à ces époques où régnaient le désordre, le chaos, où les structures sociales et les nations étaient inexistantes, où les tribus avaient leurs propres lois et s’affrontaient continuellement, les hommes étaient en quête d’idéaux, de chemins qui les uniraient dans une même destiné et quoi de mieux quand on cherche des réponses à des questions restées vaines que de se simplifier la tache en imaginant un Dieu qui gérerait tout et en se créant des liens fraternels par le biais de ce que l’homme appela “Religion”! Car si Dieu existe, il n’est peut-être pas du tout celui que l’on croit!Il est un autre lieu mystique, hautement symbolique et sacré pour les chrétiens: Rome. D’après la légende, elle fut fondée par Romulus, en 753 av.JC, qui éleva un mur afin de préserver une zone sacrée. Celui-ci tua son frère jumeau Remus qui se moquait des dimensions encore modeste de l’ouvrage. Une légende? Pas tout a fait. En 1985, un archéologue, le professeur Cardini, mis à jour une fondation datant du VIIIème siècle av.JC qui correspondrait avec cette frontière que l’écrivain Romain Tacite avait décrit dans un recueil. De plus, l’emplacement du mur érigé par Romulus, lui aurait été dicté par les Dieux afin de délimiter la zone sacrée de Rome! Lui aussi fut donc, apparemment, en contact avec un être surnaturel ou hyper évolué! Décidément, ces “êtres venus d’ailleurs” tiennent beaucoup de place dans les fondations des croyances humaines! Reste à connaître leurs véritables identités et le but de leurs visites. Romulus ou pas, le fondateur de la région d’état de Rome est historiquement reconnu comme étant Numa Pompilius(715-672 av.JC). Durant son règne il fut confronté à son tour à un étrange phénomène. Un objet en forme de « bouclier » tomba du ciel dans la sainte ville. Pompilius attribua ce fait insolite…au Dieu Mars. Il fallait bien mettre un nom sur ce phénomène paranormal! Préoccupé par ce “disque volant”, il fit construire onze artefacts identiques à l’original afin que personne ne puisse reconnaître l’authentique et les mit en lieu sûr.Lorsque Rome fut pillé par les wisigoths en 410, les prêtres réussirent à mettre les biens les plus précieux du christianisme en sécurité. L’église catholique a t-elle conservé l’ « ovni » de Numa Pompilius dans les archives secrètes souterraines du Vatican? Personne ne sait ce que sont advenus le “disque volant” et ses « copies »! La science moderne continu à les chercher…

-
Les “anges”, les “dieux”, les “êtres divins” sont relatés dans presque tous les textes sacrés des civilisations humaines. Les récits sont, à quelques détails près, toujours les mêmes: ces “êtres” apparaissent comme hybrides, anthropomorphiques, “brillants”, de couleurs de peau blanche, un « halo » s’apparentant souvent avec leurs apparitions. Outre la bible où les écrits d’Ezéchiel décrivent parfaitement de tels phénomènes, le livre d’Hénoch est fort intéressant à étudier pour son caractère simple et riche en détails sur ces “apparitions”.Mais commençons tout d’abord par noter brièvement ce que nous dit la genèse dans l’Ancien Testament:- genèse6.4: “Les géants étaient sur la terre en ces temps là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants: ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité”.-genèse1.28: “Dieu les bénit-(les hommes)-et leur dit: soyez féconds, multipliez, et remplissez la terre et l’assujettissez”.-genèse9.2: “Vous serez un sujet de crainte et d’effroi pour tout animal de la terre”.A en croire ces faits, les « fils de Dieu », souvent appelés “les anges” où “l’armée de Dieu” par les prophètes, auraient fécondé les femmes où plutôt dirais-je les “femelles” hominidés qui vivaient sur terre. On peut ici parler de femelles car le morceau de phrase “ après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants ” du chapitre 6.4, fait référence au tout commencement à savoir une époque antérieure à celle d’Adam et Eve, et qui se situe bien avant l’ère historique. Ces « fils de Dieu » où « anges » où « armés de Dieu », fécondèrent donc l’ancêtre de la femme actuelle qui pourrait se situer entre l’Homo Néandertalensis et l’Homo Sapiens il y a plus de 50 000 ans. Il est d’ailleurs envisageable que Sapiens (l’homme qui sait où l’homme moderne) soit le fruit de la « fécondation » entre les fils de Dieu et notre ancêtre terrien Neandertal. D’autre part, personne ne sait vraiment quand Sapiens est apparu (vraisemblablement entre 40 000 et 100 000 ans), ni quand et comment Neandertal où « l’animal » – qui a côtoyé Sapiens- a disparu pour laisser place à son successeur « l’homme évolué ». Mais qui étaient vraiment ces“géants”, ces “fils de Dieu”? Des anges blonds avec des ailes dans le dos et une auréole au dessus de la tête? Où alors des “visiteurs” venant d’une autre planète, par conséquent des extra- terrestres? Cette hypothèse est loin d’être absurde! Mais alors, ont-ils eut des rapports sexuels avec des primates? Non, bien évidement! C’est comme si l’homme d’aujourd’hui essayait de féconder un singe! Il n’aurait guère de chance de réussir! Mais dans le terme féconder, ne faut-il pas plutôt comprendre « implanter », « modifier » … génétiquement? Et pourquoi pas? Nous, hommes modernes, n’avons nous pas faits ce genre d’expériences sur diverses formes de vies végétales ou animales? L’espèce Homo a t-il subi un, voir plusieurs “coups de pouces” à certains moments de son évolution par des “êtres” venus d’ailleurs? Sommes-nous, nous, Homo sapiens sapiens, le fruit d’une manipulation génétique perpétrée par des extra-terrestres? Les plus sceptiques répondront sans aucune hésitation que NON! Cela parait impossible! Impossible dites-vous? C’est ce que répondrait la brebis Dolly (premier clone officiel né vivant) si on lui posait la même question. “ Non”, brêlerai t-elle, « c’est ma mère qui m’a mise au monde, l’homme n’a rien à voir là dedans »! Mais ne sommes nous pas pourtant les créateurs de celle-ci? Ne sommes-nous pas, en quelque sorte, son “Dieu”, ses “Dieux”? Pauvre biquette, si elle savait…

-
Comme nous l’avons dit plus haut, ces “divinités” apparurent souvent accompagnées de soleils, de fortes lumières, de “roues” comme le décrit très bien Ezéchiel dans les livres poétiques de l’Ancien Testament, ce qui accrédite l’hypothèse extra-terrestre. Ezéchiel vécut au alentour de 600 avant Jésus Christ. Il fut déporté hors de Babylone vers 597 av.J.C et c’est à l’âge de 30ans, en 593 av.JC, qu’il eut ces “visions de gloire” qui perdurèrent durant 5 années:-Ezéchiel 1.1: “ La trentième année, le cinquième jour du quatrième mois, comme j’étais parmi les captifs du fleuve de Kébar, les cieux s’ouvrirent, et j’eus des visions divines”.-Ezéchiel 1.4: “Je regardai, et voici, il vint du septentrion un vent impétueux, une grosse nuée, et une gerbe de

nard79 28/01/2008 03:03

je vous parie qu'il va nous pondre des augmentations du smig et des retraites à sa prochaine conférence de presse pour éviter la déconfiture de l'UMP aux municipales

petiteve 27/01/2008 19:38

Bonjour,
Un week-end de rêves sans tv, sans radio = sans Sarko ;O )

Jacques Adam 27/01/2008 18:46

Ce site est de plus en plus réservé à ceux qui ont une connexion haut débit ! Parce que les autres... Y a vraiment pas moyen d'optimiser les images du point de vue de leur poids Ko pour que ce site reste regardables par tous ?

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy