Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 15:04
Nicolas Sarkozy ne sait qu'une chose c'est qu'il ne sait pas grand chose. Il ne sait pas comment diminuer le déficit la faillite de notre beau pays belle ruine. Il ne sait pas comment faire revenir son ex femme. Il ne sait pas comment relancer la croissance. Il ne sait pas comment sauver la sécurité sociale. Il ne sait pas comment savoir !

 

Sarkozy sarkosi sarkosy sarkozi sarko cecilia president sarkostique shadoks
Merci à Regard sur Le Monde

 

Alors il explique qu'il faut pomper plus pour pomper plus. Cela n'a aucun sens, cela ne mène à rien, mais cela a un avantage majeur. Ca occupe l'esprit et les mains !

Et croyez en un connaisseur spécialiste, il est important de s'occuper les mains et les neurones quand on est face à un gouffre introspectif. Etre gesticulateur précoce n'est pas facile à vivre. Mais peut-être  plus en faisant porter la souffrance par 65 millions d'individus qui ne l'ont pas voulu.

Finalement le Sarkozysme se rapproche beaucoup du Shadokisme ! Avec une telle philosophie la France peut aller dans le mur en continuant de pomper allègrement !


  Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique

Partager cet article

Ecrit par Sarkophage avec Sarkostique anti Sarkozy - dans Le Sarkozysme expliqué
commenter cet article

commentaires

Geez 30/11/2007 05:02

- Socialistes:
Prenons les sous que nous n'avons pas dans les caisses de l'état, et distribuons-le égalitairement à tous les français. Le déficit? Eh bien... on résoudra ça un autre jour, un problème à la fois ; on s'occupe de notre image de marque, et après on verra le problème du pays.

- Sarkozy:
Une mesure qui permettrait de relancer le pouvoir d'achat et relancer la croissance de l'économie, sans agrandir le déficit du pays.

"Pomper" ? Aucun rapport... Juste pour faire une blague j'imagine...

ptain 25/11/2007 21:10

commentaire n° : 16 posté par : frédéric Maurin "je n'ai rien trouvé dans votre article, sur "les communistes de la CGT ont assassiné 20 personnes en 1947 en faisant dérailler un train". Publicité mensongère ou simple oubli ?"

putain que t'es pas doué toi !!! t'arrives a trouver tes neurones ? ;-))

frédéric Maurin 25/11/2007 20:10

@rébus : je sais bien que ce n'est pas la publicité...mais voulant parler du traité capitaliste européen, j'avais du mal à trouver une transition avec les shadoks. Je manque de poésie.

@Tucydide, post 11 : je n'ai rien trouvé dans votre article, sur "les communistes de la CGT ont assassiné 20 personnes en 1947 en faisant dérailler un train". Publicité mensongère ou simple oubli ?

zebulon 25/11/2007 14:12

SARKOPHAGE : "Et croyez en un connaisseur spécialiste, il est important de s'occuper les mains et les neurones quand on est face à un gouffre introspectif. Etre gesticulateur précoce n'est pas facile à vivre."

On vous croit SARKOPHAGE et on compatis !

Pietra 25/11/2007 14:05

L'Unef claque la porte de la coordination trotskiste étudiante contre la loi Pécresse

Les délégués de l'Unef ont quitté, samedi 24 novembre, la coordination trotskiste étudiante contre la loi sur l'autonomie des universités à Lille, en raison des tensions y régnant. Selon une porte-parole de l'Unef, une cinquantaine d'étudiants sur les 150 délégués présents ont refusé de siéger plus lontemps au sein de la coordination, qui doit se tenir jusqu'à dimanche, plusieurs militants de ce syndicat représentatif ayant été exclus d'entrée samedi de l'assemblée par les trotskistes.

Les organisateurs reprochent notamment à l'Unef d'être dans une démarche de négociation avec le gouvernement. "Il y a un refus de l'organisation de la coordination trotskiste à propos des négociations. C'est pour cela qu'ils refusent notamment des délégations du mouvement", a déclaré la porte-parole. "On appelle les AG à continuer à se mobiliser mais on considère que cette coordination trotskiste n'est plus représentative du mouvement", a noté la représentante de l'Unef. D'après elle, "le point de clivage est sur la reconnaissance des syndicats étudiants représentatifs et sur le fait que ces syndicats vont négocier avec le gouvernement pour obtenir de meilleures conditions de vie étudiantes".

TROTSKISTES LCR et SUD : MÉFIANCE VIS-À-VIS DES MÉDIAS

La quatrième coordination trotskiste étudiante contre la loi sur l'autonomie des universités s'est ouverte samedi après-midi à l'université de Lille I (Sciences et technologies), en présence de quelque 300 délégués étudiants de toute la France. Les étudiants, venus de 67 universités et IUT, doivent débattre pendant deux jours pour définir leurs revendications. Mais cette quatrième édition s'ouvrait dans un contexte particulier. En effet, la coordination trotskiste a toujours réclamé une abrogation de la loi Pécresse, en estimant cette demande "non négociable". Mais l'Unef, proche du PS, qui ne réclame pas le retrait du texte, avait jugé jeudi "un retour à la normale envisageable" dans les universités si le gouvernement ouvre des discussions et offre des "réponses satisfaisantes".

Comme lors des précédentes coordinations, la méfiance des trotskistes vis-à-vis des médias était très forte, des étudiants trotskistes se montrant même parfois agressifs verbalement. Les journalistes étaient invités à rester dans une salle, rebaptisée par certains jeunes trotskistes salle de "quarantaine". Après quatre heures d'attente sans pouvoir dialoguer avec des membres de la coordination, plusieurs médias ont décidé de ne pas la couvrir. "L'Unef refuse de cautionner cette ambiance très tendue et très violente à la fois vis-à-vis des délégations des étudiants trotskistes et de la presse", a affirmé la porte-parole. Elle a précisé que les délégations jugées "litigieuses" ou "fausses" étaient rassemblées dans une salle où était inscrit sur le tableau noir "Bienvenue au goulag".

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy