Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2005 1 12 /12 /décembre /2005 08:00

Le petit Nicolas Sarkozy a provoqué des émeutes très graves dans notre pays. Il n'est pas l'unique cause mais détient une responsabilité énorme. 250 millions d'euros plus loin .. a-t-il demandé des excuses pour tous les malheurs causés par ses maux douloureux ?

Lu dans un article du Canard Enchaîné du 16 novembre 2005 :

---------------------------------------------

Quinze jours plus tard, Sarko juge son bilan "plutôt positif". On est content pour lui. Pourtant l'échec et cuisant. Voilà un immigré de la deuxième génération. Il a vécu toute sa vie en banlieue. La république lui a tout donné : un enseignement mis au point par des générations de dévoués pédagogues, des services publics efficaces, des soins médicaux quasi gratuits grâce à la sécu, la liberté de s'exprimer, de circuler, de s'engager en politique, le droit de vote, et même celui d'être élu ! Et voilà ce que ça donne, arrivé en haut de l'échelle, devenu ministre d'état, ministre de l'intérieur, Nicolas Sarkozy reste quand même un gosse des banlieues. Il parle mal. Il est vulgaire. On le sait à l'origine des émeutes, il y a ses mots. L'étincelle qui a tout fait exploser. Après avoir promis de nettoyer au Karcher, il s'est engagé à les débarrasser de la racaille. Pourtant, s'il a réussi, lui, à sortir de sa désolante banlieue (Neuilly : l'enfer !) pour monter à Paris c'est bien parce qu'on lui a appris les bonnes manières, le français classique, la bienséance. Le banlieusard aime qu'on lui parle correctement, comme à un français normal. Il sait que le ministre d'état ne se met pas à parler petit nègre quand il rencontre des africains, ni à rouler les "r" avec les auvergnats. Parler vulgaire à un banlieusard, c'est lui mettre le nez dans sa misère, dans sa honte, lui signifier qu'il n'est bon qu'à croupir dans son ghetto. Traiter de racailles quelques centaines de jeunes dont le seul tort est de l'avoir hué lors d'une visite (et de lui avoir lancé quelques projectiles), c'est être délibérément offensant. C'est faire de la provoc'. C'est agir en chef de bande, venir provoquer l'adversaire chez lui, l'humilier, le chauffer, le faire sortir de ses gonds. Le banlieusard Sarkozy sait tout cela ..

Il a dit qu'il retournerait en banlieue chaque semaine, et il le fera. Il les traitera de vermine, de bâtards, de bouffons, de crapules, de minables, de canailles, de rebuts, tous les mots qui font mal et qui font de l'audimat. Deux gamins mourront d'une mort atroce parce qu'ils ont paniqué face à des flics ? Il n'aura pas une parole de compassion. Une grenade lacrymogène atterira dans une mosquée ? Quand on marcge sur le pied de quelqu'un même si ce n'est pas exprès on s'excuse : lui ne le fera pas. Il en a donné la preuve au long de ces quinze jours d'émeute : jamais il ne dira les quelques mots qu'on attend de lui. Jamais. Car pour rafler les électeurs de Le Pen, il faut faire du Le Pen. Ce dernier l'a bien compris : marquant sa solidarité avec Sarkozy, il a prédit que ces deux mots (Karcher et Racaille), "il va les trainer toute sa vie, comme moi j'en ai trainé un durant vingt ans". Bien vu : pour le "point de détail", jamais Le Pen n'a présenté d'excuses, jamais.

Jean-Luc Porquet

Le Canard Enchaîné 16.11.05

-----------------------------------------

 

 

Sarkostique le sarkozy blog officiel satirique 

Partager cet article

Ecrit par Sarkostique blog anti sarkozy - dans Les guides spirituels du sarkozisme
commenter cet article

commentaires

Virginie 04/03/2011 10:15


Ben c'est encore moi... Le lien de mon précédent commentaire, semble ne pas vouloir fonctionner. Alors je vous ai fait un copier/coller de cette lettre... Merci à Tous...

"Bien Cher Monsieur le Président

Comment ne pas se laisser tenter pour vous fondre une lettre ouverte, lorsqu'après deux bonnes années où je vous ai envoyé multiples courriers électroniques, depuis un espace réservé spécialement
pour tous contacts à votre attention, puisque aucune autre issue nous est possible, mise à part aussi les vrais courriers bâtis sur du papier et envoyé par la poste... Comment donc, Bien Cher
Monsieur le Président, ne pas se laisser tenter, de vous fondre ici, cette lettre ouverte ?



Depuis deux années je vous envoie des mails. Toujours avec le plus grand respect, Vous êtes quand même, Bien Cher Monsieur le Président, NOTRE Président, à nous bons citoyens français...



Il me vient là, une chose à l'esprit, plus qu'une chose, une question... Je me la pose avec un frêle sourire, mais ai-je vraiment envie de sourire Bien Cher Monsieur le Président ? Non, croyez-moi,
mais c'est l'ironie des choses, et non du sort, car il serait ma foi, bien trop facile de dire que cela est un sort... N'est-ce pas ? Donc, je me questionnais :



" Une femme qui se retrouve à devoir faire du ménage ci et là, chez des bonnes gens, où elle ne sera qu'à peine reconnue comme une citoyenne comme tout le monde et dont l'on ne lui offrirait qu'un
minime respect, cette femme qui se lèvera à des heures pas possible et qui curera les chiottes de tous ces culs au poil sans graines brossé dans des fils d'or... Cette femme qui se lèvera parce
qu'il lui faudrait nourrir ses progénitures, les habiller et leur donner un semblent de mise à l'échelle sociale... Ou bien encore un autre exemple, cet homme qui se coucherait à des heures
tardives parce qu'il se rendrait à un travail que nul ne s'en soucierait, qui ne profiterait si peu de sa famille, car à son retour, épuisé et meurtrit, il se ratatinerait le cœur vide et l'âme
pleine de colère, et tout cela, pour que la femme, ou cet homme là, à leur fin de chaque mois, dans cette non reconnaissance, ils ne toucheraient qu'un salaire à faire rire les rats... Dites-moi
Bien Cher Monsieur le Président, est-ce qu'ils accompliraient leurs tâches tristement quotidiennes, par leur seul gré, leur seul choix que d'avoir choisit cela ? Auraient-il fait la grande école de
la misère, parce qu'ils auraient trouvé cela intéressant ? Croyez-vous qu'un RMiste et RSAiste, se plait dans sa situation et s'en contente pleinement, c'est un choix aussi, une école où ils
auraient pointé chaque instant de leur vie, parce qu'ils auraient trouvé gouts d'y vivre ?



Et je rajoute, Bien Cher Monsieur le Président, je me demande, si un homme qui, son derrière posé sur un siège que l'on pourrait aussi nommer "Trône", s'est retrouvé là, par le pur des hasards,
contre sa volonté ?



Vous avez fait une campagne pour que le peuple VOUS choisisse, Vous, plutôt qu'un (qu'une) autre... Vous avez donné tout le meilleur de Vous même pour que peuple Vous reconnaisse comme SON
"protecteur attitré"... Bravo, Vous avez bien mené campagne, vous fûtes élu, ou heureux élu... Tandis que beaucoup d'entre nous tous, fêtaient VOTRE gloire, d'autres certainement priaient, ou
espéraient, que Vous soyez un bon Président...



Poignées de mains serrées entre chefs d'États d'un pays à un autre, voyages, séminaires, aides internationales etc etc...



Vous additionnez projets de Lois... On les vote... Vous vous félicitez des déroulements des choses et Vous nous faites de beaux discours de conduite et de bien d'autres choses, dont j'avoue être
dépassée... je dois dire, que je comprends pas tout (ou aucun) discours politique... Moi, ce que j'aime, ce sont les résultats...



Les résultats sont là... La pauvreté non seulement ELLE demeure, mais en plus elle évolue... Et où on en parle ? Est-ce une honte pour un État, que la misère gît à tous les coins de rues ? Il y a
honte de ne pas s'en occuper...On fait des statistiques de chômage, évolution n'allant qu'en se dégradant, avez-vous compté, Bien Cher Monsieur le Président, le nombre de personnes qui ne sont pas
inscrits à vos Locaux de recherches d'emplois, parce qu'ils y trouvent plus d'humiliation, de découragements, de déchirures... qu'ambition et construction...



L'on s'étonne, dans votre beau monde, qui soit dit en passant, tant mieux qu'il soit beau, car au moins, vous n'avez pas à souffrir de la couleur des petites monnaies rouges, qui suffisent à peine
à finir le mois d'un honorable citoyen modeste... L'on s'étonne d'une grande évolution de délinquance que l'on veut non instruire, mais punir... La punition, vous devriez le savoir Bien Cher
Monsieur le Président, si du moins, vous avez été un jeune un jour, ne sert à rien, bien au contraire...



L'on peut remettre les causes de cette délinquance, aux Parents, ben oui, la première éducation de l'enfant, se passe dans Son foyer... Mais... Mais l'enfant dont les parents roulent sur la misère
sociale, les enfants dont tous loisirs leurs sont privé de joies, où l'éducation se fait difficile car, beaucoup de moyens matériaux sont en manque... Quand un enfant à faim, Bien Cher Monsieur le
Président, il cri ! qu'il ai faim de vie, ou de nourriture...



Je vais parler aussi, de choses qu'il m'est possible de parler, puisqu'elles me touchent, moi aussi...



Mère de famille, seule, RSAiste, sans emploi (non inscrite au chômage... ben oui, et pour cause !)... Vous oseriez à nous, parents dont les salaires sont si bas, qu'ils peuvent sentir l'urine des
"Chiens" sur les pieds des pâquerettes... (Avez-vous déjà sentit cette urine là ? je vous souhaite ne jamais l'avoir sous votre nez un jour... jamais), oseriez-vous leur retirer leur seul espoir de
pouvoir financièrement, subvenir très très modestement, au quotidien familial... Dont ce modeste espoir serait la CAF, petite aide misérable offerte par l'État, en échange de mener les enfants à
l'école...



L'école est une très bonne chose, tous les enfants devraient s'y retrouver, ça devrait être un DROIT... Mais voilà, je me demande si c'est plus un DEVOIR qu'un droit... C'est cela qui rend les
choses assez triste...



L'enfant ne demande pas mieux qu'apprendre et grandir... Mais là, il est fort difficile pour lui, parfois, de se rendre quotidiennement à son DEVOIR... Quelles pourraient en être les raisons ???
Qu'est-ce qui pourrait pousser un enfant à renoncer à ses DROITS (notez là, la différence... ) Vous êtes vous posé réellement la question..., L'âne, à force qu'on lui fasse le coup de la carotte,
finira par vous faire encore plus rager...



L'enfant est un être qui ne manque pas d'expressionS et si on lui empêche cette expression naturelle, soit il se renferme sur lui-même, soit... Il se rebelle...



J'ai vu moi, des enfants de 5 ans, 7 ans, 10; 12 ans assassiner l'air par leur rébellion parce qu'il leur manque quelque chose, qu'eux même ne sauraient vous dire quoi ! et qui dit que ça n'est pas
d'être entendu certes, mais aussi d'être écouté ?



Alors, l'on pousse les parents à mener à leur DEVOIR leurs enfants en leur fourrant la belle carotte qui est la CAF face à eux, sous menace de leur retirer si ceux-ci, n'accomplissent pas LEUR
DEVOIR...



Je veux savoir Bien Cher Monsieur le Président, quel est VOTRE DEVOIR à Vous auprès de votre peuple ????? Vous l'entendez, mais vous ne l'écoutez pas et vous osez dire ce qui est bon pour lui, sans
même savoir de quoi il a réellement besoin...



Je vous adresse là ces mots, en tout bon respect... Que chose soit clair, mais ces mots viennent de mon être intérieur et puisqu'il nous est très difficile de communiquer avec vous, ces mots sont
disposés aux yeux et cœur de chacun...



Mais, j'ai beaucoup beaucoup de choses à vous dire... Comme je vous adressais au dernier mail envoyé à votre cabinet, j'aurais tellement aimé, Bien Cher Monsieur le Président, Vous rencontrer...
non pas pour obtenir de vous un autographe, vous signez bien assez de décrets et projets de lois pour votre peuple pour avoir en plus à me balader avec votre signature sur je ne sais quel document
"inofficiel". Juste, qu'à force de combats pour quelques soucis dans mon quotidien, à force de me battre d'en la grande impression de me battre contre la froideur d'un mur de glace, j'avais besoin
de votre haut pouvoir, pour me guider, m'aider, me soutenir et me permettre enfin de VIVRE...



Non pas que je rêve de manger caviar tous les jours, bienheureux à ceux à qui cela se fait, ce n'est pas seulement que je ne veux pas manger de caviar tous les jours, mais je n'aime pas le caviar,
si seulement, je pouvais juste manger des bonnes et belles choses de la vie, dans toutes leurs plus belles simplicités... Je serai enfin heureuse...



Bien Cher Monsieur le Président, le bonheur n'appartient pas qu'à ceux qui le prennent aux autres, mais à tous...



Je ne parle pas du bonheur que les humbles de cœur, et les simples Gens ont... Ceux là, sont hors de cause...





Cette lettre donc, jusqu'à peut-être un jour venir à vous, sera comme dans une bouteille jetée à la mer, sur


Virginie 04/03/2011 10:12


http://www.facebook.com/note.php?note_id=194118027276611&id=1300900583

Je vous invite à venir ici, lire ma lettre ouverte publiée sur FB, adressée au Président... ou à dresser au Président... :o) ! si le lien ne fonctionne pas... heuuuu... crotte...


Alex 12/04/2007 17:52

Vas-y, passe à l'action, on t'regarde...mdr

Sinon, tu n'as qu'à créer ton blog/site sur lequel tu pourras vanter les mérites des gentils travailleurs qui se crèvent au boulot pour indemniser les méchants chômeurs (dont 90% souhaitent réellement un emploi, un vrai, pas se faire exploiter pour une misère...)

Et si moi je te disais que toutes les taxes que tu subis servent à éponger la politique calamiteuse mise en oeuvre par les gouvernements et les pillages et détournements auquels leurs représentants se sont livrés et se livrent encore depuis des années??

Blog plus que nul 12/04/2007 17:14

Je comprend vraiment pas les gens qui s'acharne comme ça sur un homme, des gens qui ne respectent personne et qui ose attribué des responsabilités au gens sans en avoir la moindre idée. Comme si Nicolas Sarkozy était responsable des émeutes, la banlieue ça fait longtemps qu'elle craint et il a bien raison de dire qu'il faut faire le ménage, et oui trop de personnes sont là pour foutre la merde.
J'ai hate à une chose c'est qu'on fasse tous ensemble le ménage parce yen à marre des gens qui foute rien dans d'autres se battent pour vivre en payer des charges sociales qui vont à ce genre de personne et oui : la réalité est bien la !!! Certain se crève au boulot pour donner au fénéants de première qui préfère dilé dans les cité et trafiqué toute sorte de chose. Plus que merde, il est temps de passer à l'action

Hasting 13/12/2005 19:34

Embarrassé je le suis, mais uniquement par la présence de vos propos sur ce site !

Court Forrest !

Flux RSS

FLUX RSS :







Le Musée Sarkozy